Réseau Sortir du nucléaire
Boutique Agenda Faire un donEN

Echos des luttes antinucléaires

A propos des graves accusations portées dans le journal Le Monde par un ancien membre de la direction de la centrale du Tricastin

12 novembre 2021 | Communiqué de presse du 12 novembre 2021 de STOP Tricastin




Les graves accusations portées dans le journal Le Monde par un ancien membre de la direction de la centrale du Tricastin portant en particulier sur une “politique de dissimulation“ d’incidents et d’écarts en matière de sûreté confirme nos craintes sur l’état général de cette centrale et le manque de transparence d’EDF que nous dénonçons régulièrement.



À de nombreuses reprises nous avions constaté nous aussi la volonté de la direction de la centrale de dissimuler à l’ASN des événements ou de les déclarer avec retard puis de publier a posteriori des communiqués lénifiants pour minimiser les incidents survenus.

Pour EDF, la prolongation à 50 ans du réacteur n°1 du Tricastin est un enjeu majeur, car c’est la “tête de pont “ d’une série de 32 réacteurs de 900 MW et le lanceur d’alerte nous apprend que tout a été fait pour donner la meilleure image possible de ce réacteur avant la visite décennale des 40 ans, quitte à passer sous silence ou à minimiser certains incidents au mépris des règles fondamentales de sûreté.

Notre collectif STOP TRICASTIN avait envisagé de porter plainte contre EDF et contre le directeur de la centrale pour “mise en danger de la vie d’autrui” car nous sommes en première ligne en tant que riverains de la centrale .

Nous sommes donc très reconnaissants à ce lanceur d’alerte et nous suivrons de près le suivi de la plainte qu’il a déposé contre EDF devant le tribunal de Paris.

À de nombreuses reprises nous avions constaté nous aussi la volonté de la direction de la centrale de dissimuler à l’ASN des événements ou de les déclarer avec retard puis de publier a posteriori des communiqués lénifiants pour minimiser les incidents survenus.

Pour EDF, la prolongation à 50 ans du réacteur n°1 du Tricastin est un enjeu majeur, car c’est la “tête de pont “ d’une série de 32 réacteurs de 900 MW et le lanceur d’alerte nous apprend que tout a été fait pour donner la meilleure image possible de ce réacteur avant la visite décennale des 40 ans, quitte à passer sous silence ou à minimiser certains incidents au mépris des règles fondamentales de sûreté.

Notre collectif STOP TRICASTIN avait envisagé de porter plainte contre EDF et contre le directeur de la centrale pour “mise en danger de la vie d’autrui” car nous sommes en première ligne en tant que riverains de la centrale .

Nous sommes donc très reconnaissants à ce lanceur d’alerte et nous suivrons de près le suivi de la plainte qu’il a déposé contre EDF devant le tribunal de Paris.



Le saviez-vous ?
Le Réseau "Sortir du nucléaire" est un véritable contre-pouvoir citoyen. Totalement indépendants de l’État, nous dépendons exclusivement du soutien de nos donateurs. C’est grâce à votre soutien financier que nous pouvons nous permettre de tout mettre en œuvre pour offrir aux générations futures l’espoir d’un avenir sans risques nucléaires. Aidez-nous à obtenir cet objectif et à nous permettre de continuer la lutte au quotidien contre cette énergie mortifère et pour promouvoir la sobriété énergétique et les alternatives renouvelables.

Faire un don

Le Réseau en action
Echos des luttes antinucléaires

Thèmes
Risques et accidents Travailleurs du nucléaire Tricastin