Réseau Sortir du nucléaire
Boutique Agenda Faire un donEN

Echos des luttes antinucléaires

Compte-rendus des actions à l’occasion des 10 ans de Fukushima

22 mars 2021 |




Retour sur les nombreuses actions qui ont eu lieu partout en France à l’occasion des 10 ans de Fukushima :



10 mars à Belleville-sur-Loire

Mercredi 10 mars, des militant.es de Sortir du nucléaire Berry Giennois Puisaye se sont retrouvés devant la centrale nucléaire de Belleville-sur-Loire à l’occasion des 10 ans de Fukushima.

> Ici un reportage réalisé le jour de l’action par Charlie Hebdo :

https://charliehebdo.fr/2021/03/ecologie/apres-fukushima-on-poursuit-le-mythe-du-nucleaire-securise/

11 mars à Paris

Environs 300 personnes se sont réunies sur la place de la République. Entre deux averses, un concert de tambours traditionnels japonais Taiko a ouvert le rassemblement (vidéo en-dessous) de façon solennelle et fait revenir un soleil radieux. Puis Youki Takahata a lu le message de Ruiko Muto, femme et mère de famille qui écrit "à toutes les personnes dans le monde qui continuent de se préoccuper du sort des habitants de Fukushima", sous une pluie de nouveau battante. Devant les caméras des médias présents, des militants grimés en experts-à-la-noix ont expliqué à un public médusé qu’il pouvaient les croire et que rejeter l’eau radioactive dans l’océan Pacifique était sans danger. Orano, l’AIEA, l’UNSCEAR, le gouvernement japonais : la mise en scène avec bouées radioactives et professeur Proton, scientifique/lobbyiste/pro-nucléaire à moitié fou, se voulait humoristique mais très critique envers les mensonges de ces institutions. Greenpeace France, Réseau "Sortir du nucléaire", le Collectif Contre l’Ordre Atomique, Yosomono-net, Sortir du nucléaire Paris, La France Insoumise, Europe Écologie les Verts : ils avaient répondu à l’appel et ont déployé leurs stands et ont participé aux prises de parole (vidéo en-dessous). Les porte-paroles ont dénoncés le déni des conséquences environnementales, sanitaires et humaines au Japon, et ont redit leur opposition à la relance de la filière nucléaire en France.

© Toshiko Tsuji
© Toshiko Tsuji
© Anne-Marie Bonnisseau
© Anne-Marie Bonnisseau
© Anne-Marie Bonnisseau

 Voir le reportage vidéo sur le rassemblement parisien réalisée par l’AFP

11 mars à Colmar et Mulhouse

13 mars à Nantes

Plusieurs centaines de personnes se sont réunies à l’appel de plusieurs collectifs au parc des chantiers à Nantes pour demander l’arrêt du nucléaire civil et militaire. Une scénographie pour rappeler la gravité de la catastrophe a été proposée aux centaines de personnes qui avaient répondu à l’appel. les militants ont mimer de verser le contenu de grosses bouteilles d’eau minérale « Cristalnuc , naturellement riche en tritium » dans la Loire, afin de dénoncer les rejets quotidiens de ce radioélément dans les cours d’eau et dont on connaît mal les effets sanitaires et écologiques. Plus de 500 personnes ont ensuite défilé dans la ville, au rythme d’une batucada et des slogans : « Fukushima plus jamais ça, arrêt du nucléaire civil et militaire ». ou encore « 19 milliards : EPR, trop cher, c’est sûr c’est la misère ». Des prises de parole affutées, pleines d’infos et super mobilisatrices ont ouvert le rassemblement, entrecoupées par des intermèdes musicaux à la guitare et au chant. Les curieux pouvaient se balader au milieu de l’enfilade de barnum, pour découvrir, s’informer ou découvrir les organisations présentes.

> Ici, une vidéo récapitulative de l’après-midi :

> À gauche, une partie des prises de parole :

> À droite, la vidéo de l’animation sur Bure et contre le projet Cigéo :

13 mars à Rouen

Des dizaines de militants ainsi que plusieurs personnalités politique se sont rassemblées ce 13 mars devant la Cathédrale de Rouen :

13 mars actions rond point à Ambérieu-en-Bugey

13 mars action zone à évacuer en cas d’accident nucléaire autour du Tricastin


Au total, ce sont plusieurs milliers de personnes qui se sont mobilisés sur le terrain à l’occasion des 10 ans de l’accident japonais, et ce malgré une météo souvent capricieuse.

Webinaires (conférences en ligne)

En raison de la crise sanitaire le nombre de rassemblements est resté relativement limité cette année, cependant plusieurs conférences en ligne ont été diffusées sur les réseaux sociaux pour débattre des conséquences de Fukushima :

Webinaire CRIIRAD du 6 mars 2021

Webinaire du 10 mars : 10 ans après Fukushima, où en est-on au Japon ? Et en France ?

Au Japon, la catastrophe de Fukushima n’est pas terminée. Les conséquences environnementales, sanitaires et humaines de l’accident nucléaire du 11 mars 2011 continuent à se déployer. Dix ans après la fusion des trois cœurs de réacteurs, une large partie de l’archipel reste contaminée. Dans certaines régions, la radioactivité ambiante est trop élevée et les habitants mangent de la nourriture contaminée. En France, EDF prévoit de prolonger la durée de vie des ses vieilles centrales nucléaires et souhaite construire six nouveaux réacteurs, alors même que l’EPR de Flamanville (Manche) est un fiasco. Quelle est la situation sur place au Japon 10 ans plus tard, et les leçons de l’accident ont-elles été tirées en France ?

Avec :

Yuki Takahata - Yosomono-net, sur la situation au Japon > à 13min03

Alain Volle - STOP Tricastin, sur le Tricastin > à 26min45

Joël Guerry - Sortir du Nucléaire Bugey, sur le site du Bugey > à 40min

Paulo-Serge Lopes - Virage Énergie, sur Gravelines > à 52min40

Catherine Fumé - Collectif Loire Vienne Zéro nucléaire, sur les centrales le long de la Loire > à 1h1min50

Guillaume Blavette - STOP EPR Ni à Penly Ni Ailleurs, sur la centrale de Penly > à 1h17min20

Bernard Laponche - Physicien, président de Global Chance à 1h28min35

Animé par Julien Baldassarra - Réseau "Sortir du nucléaire"

> Retrouvez ici le Power point avec les documents projetés par chaque intervenants, dans leur ordre d’apparition dans le webinaire :

> Et ici les sources des choses citées dans le webinaire :

 Le webinaire de la Criirad sur les conséquences de Fukushima 10 ans après l’accident

https://www.youtube.com/watch?v=hcjDLHYN_zM&t=2518s

 Le suivi des cancers de la thyroide, disponible dans cette brochure éditée par Yosomono-net :

https://issuu.com/yosomonofr/docs/fukushima_10ans

 La brochure de la contamination radioactive du Japon à commander sur notre boutique en ligne :

https://boutique.sortirdunucleaire.org/index.php?id_product=589&controller=product

Webinaire du 11 mars Triste Anniversaire : 10 ans d’anormalité à Fukushima

https://www.facebook.com/Nucleaireenquestions/videos/1160642184382878

Une conférence organisée par le collectif "nucléaire en question" Avec David Boilley, président de l’ACRO et Julien Frémond des 7 Vents.

Webinaire du 13 mars sur la situation des agriculteurs de Fukushima

Qu’en est-il avec la situation des agriculteurs, notamment des éleveurs de Fukushima ?

Quelles sont les conséquences, l’évolution de la situation, et le vécu des hommes et femmes dans l’environnement contaminé par radioactivité suite à l’accident nucléaire de Fukushima Daiichi ?

Post-projection débat virtuel avec le réalisateur japonais, Tamotsu Matsubara, Bruno Chareyron, ingénieur en physique nucléaire qui dirige le laboratoire de la CRIIRAD, et Thierry Jacquot de la Confédération paysanne, éleveur, et militant contre le projet d’enfouissement des déchets les plus radioactifs à Bure, situé à 50 kms à vol d’oiseau de chez lui.

10 mars à Belleville-sur-Loire

Mercredi 10 mars, des militant.es de Sortir du nucléaire Berry Giennois Puisaye se sont retrouvés devant la centrale nucléaire de Belleville-sur-Loire à l’occasion des 10 ans de Fukushima.

> Ici un reportage réalisé le jour de l’action par Charlie Hebdo :

https://charliehebdo.fr/2021/03/ecologie/apres-fukushima-on-poursuit-le-mythe-du-nucleaire-securise/

11 mars à Paris

Environs 300 personnes se sont réunies sur la place de la République. Entre deux averses, un concert de tambours traditionnels japonais Taiko a ouvert le rassemblement (vidéo en-dessous) de façon solennelle et fait revenir un soleil radieux. Puis Youki Takahata a lu le message de Ruiko Muto, femme et mère de famille qui écrit "à toutes les personnes dans le monde qui continuent de se préoccuper du sort des habitants de Fukushima", sous une pluie de nouveau battante. Devant les caméras des médias présents, des militants grimés en experts-à-la-noix ont expliqué à un public médusé qu’il pouvaient les croire et que rejeter l’eau radioactive dans l’océan Pacifique était sans danger. Orano, l’AIEA, l’UNSCEAR, le gouvernement japonais : la mise en scène avec bouées radioactives et professeur Proton, scientifique/lobbyiste/pro-nucléaire à moitié fou, se voulait humoristique mais très critique envers les mensonges de ces institutions. Greenpeace France, Réseau "Sortir du nucléaire", le Collectif Contre l’Ordre Atomique, Yosomono-net, Sortir du nucléaire Paris, La France Insoumise, Europe Écologie les Verts : ils avaient répondu à l’appel et ont déployé leurs stands et ont participé aux prises de parole (vidéo en-dessous). Les porte-paroles ont dénoncés le déni des conséquences environnementales, sanitaires et humaines au Japon, et ont redit leur opposition à la relance de la filière nucléaire en France.

© Toshiko Tsuji
© Toshiko Tsuji
© Anne-Marie Bonnisseau
© Anne-Marie Bonnisseau
© Anne-Marie Bonnisseau

 Voir le reportage vidéo sur le rassemblement parisien réalisée par l’AFP

11 mars à Colmar et Mulhouse

13 mars à Nantes

Plusieurs centaines de personnes se sont réunies à l’appel de plusieurs collectifs au parc des chantiers à Nantes pour demander l’arrêt du nucléaire civil et militaire. Une scénographie pour rappeler la gravité de la catastrophe a été proposée aux centaines de personnes qui avaient répondu à l’appel. les militants ont mimer de verser le contenu de grosses bouteilles d’eau minérale « Cristalnuc , naturellement riche en tritium » dans la Loire, afin de dénoncer les rejets quotidiens de ce radioélément dans les cours d’eau et dont on connaît mal les effets sanitaires et écologiques. Plus de 500 personnes ont ensuite défilé dans la ville, au rythme d’une batucada et des slogans : « Fukushima plus jamais ça, arrêt du nucléaire civil et militaire ». ou encore « 19 milliards : EPR, trop cher, c’est sûr c’est la misère ». Des prises de parole affutées, pleines d’infos et super mobilisatrices ont ouvert le rassemblement, entrecoupées par des intermèdes musicaux à la guitare et au chant. Les curieux pouvaient se balader au milieu de l’enfilade de barnum, pour découvrir, s’informer ou découvrir les organisations présentes.

> Ici, une vidéo récapitulative de l’après-midi :

> À gauche, une partie des prises de parole :

> À droite, la vidéo de l’animation sur Bure et contre le projet Cigéo :

13 mars à Rouen

Des dizaines de militants ainsi que plusieurs personnalités politique se sont rassemblées ce 13 mars devant la Cathédrale de Rouen :

13 mars actions rond point à Ambérieu-en-Bugey

13 mars action zone à évacuer en cas d’accident nucléaire autour du Tricastin


Au total, ce sont plusieurs milliers de personnes qui se sont mobilisés sur le terrain à l’occasion des 10 ans de l’accident japonais, et ce malgré une météo souvent capricieuse.

Webinaires (conférences en ligne)

En raison de la crise sanitaire le nombre de rassemblements est resté relativement limité cette année, cependant plusieurs conférences en ligne ont été diffusées sur les réseaux sociaux pour débattre des conséquences de Fukushima :

Webinaire CRIIRAD du 6 mars 2021

Webinaire du 10 mars : 10 ans après Fukushima, où en est-on au Japon ? Et en France ?

Au Japon, la catastrophe de Fukushima n’est pas terminée. Les conséquences environnementales, sanitaires et humaines de l’accident nucléaire du 11 mars 2011 continuent à se déployer. Dix ans après la fusion des trois cœurs de réacteurs, une large partie de l’archipel reste contaminée. Dans certaines régions, la radioactivité ambiante est trop élevée et les habitants mangent de la nourriture contaminée. En France, EDF prévoit de prolonger la durée de vie des ses vieilles centrales nucléaires et souhaite construire six nouveaux réacteurs, alors même que l’EPR de Flamanville (Manche) est un fiasco. Quelle est la situation sur place au Japon 10 ans plus tard, et les leçons de l’accident ont-elles été tirées en France ?

Avec :

Yuki Takahata - Yosomono-net, sur la situation au Japon > à 13min03

Alain Volle - STOP Tricastin, sur le Tricastin > à 26min45

Joël Guerry - Sortir du Nucléaire Bugey, sur le site du Bugey > à 40min

Paulo-Serge Lopes - Virage Énergie, sur Gravelines > à 52min40

Catherine Fumé - Collectif Loire Vienne Zéro nucléaire, sur les centrales le long de la Loire > à 1h1min50

Guillaume Blavette - STOP EPR Ni à Penly Ni Ailleurs, sur la centrale de Penly > à 1h17min20

Bernard Laponche - Physicien, président de Global Chance à 1h28min35

Animé par Julien Baldassarra - Réseau "Sortir du nucléaire"

> Retrouvez ici le Power point avec les documents projetés par chaque intervenants, dans leur ordre d’apparition dans le webinaire :

> Et ici les sources des choses citées dans le webinaire :

 Le webinaire de la Criirad sur les conséquences de Fukushima 10 ans après l’accident

https://www.youtube.com/watch?v=hcjDLHYN_zM&t=2518s

 Le suivi des cancers de la thyroide, disponible dans cette brochure éditée par Yosomono-net :

https://issuu.com/yosomonofr/docs/fukushima_10ans

 La brochure de la contamination radioactive du Japon à commander sur notre boutique en ligne :

https://boutique.sortirdunucleaire.org/index.php?id_product=589&controller=product

Webinaire du 11 mars Triste Anniversaire : 10 ans d’anormalité à Fukushima

https://www.facebook.com/Nucleaireenquestions/videos/1160642184382878

Une conférence organisée par le collectif "nucléaire en question" Avec David Boilley, président de l’ACRO et Julien Frémond des 7 Vents.

Webinaire du 13 mars sur la situation des agriculteurs de Fukushima

Qu’en est-il avec la situation des agriculteurs, notamment des éleveurs de Fukushima ?

Quelles sont les conséquences, l’évolution de la situation, et le vécu des hommes et femmes dans l’environnement contaminé par radioactivité suite à l’accident nucléaire de Fukushima Daiichi ?

Post-projection débat virtuel avec le réalisateur japonais, Tamotsu Matsubara, Bruno Chareyron, ingénieur en physique nucléaire qui dirige le laboratoire de la CRIIRAD, et Thierry Jacquot de la Confédération paysanne, éleveur, et militant contre le projet d’enfouissement des déchets les plus radioactifs à Bure, situé à 50 kms à vol d’oiseau de chez lui.



Le saviez-vous ?
Le Réseau "Sortir du nucléaire" est un véritable contre-pouvoir citoyen. Totalement indépendants de l’État, nous dépendons exclusivement du soutien de nos donateurs. C’est grâce à votre soutien financier que nous pouvons nous permettre de tout mettre en œuvre pour offrir aux générations futures l’espoir d’un avenir sans risques nucléaires. Aidez-nous à obtenir cet objectif et à nous permettre de continuer la lutte au quotidien contre cette énergie mortifère et pour promouvoir la sobriété énergétique et les alternatives renouvelables.

Faire un don

Le Réseau en action
Echos des luttes antinucléaires

Thèmes
Luttes et actions Fukushima