Réseau Sortir du nucléaire
Boutique Agenda Faire un donEN

Echos des luttes antinucléaires

Communiqué de BURESTOP55

Toujours plus de nucléaire : toujours plus de déchets ingérables !

1er mars 2021 |




L’Autorité de sûreté nucléaire (ASN), au terme d’une courte "consultation" dite publique mais passée inaperçue, a donné la semaine dernière le feu vert à l’allongement de la durée de vie des vieux réacteurs nucléaires. La réduction de la part du nucléaire de 70% à 50% passe à la trappe, la problématique posée par la sur-accumulation de déchets ingérables aussi.



On ne change rien, le nucléaire est un état dans l’Etat, la population n’est jamais conviée aux décisions. La programmation de 6 nouveaux réacteurs EPR, en haut lieu et sans vision d’avenir partagée avec les habitants de ce pays, s’inscrit elle aussi dans une tradition hors d’âge.

La France réinvestit sur la même machine et s’enferre dans l’impasse nucléaire

Le pays s’engage sur une voie toujours plus dangereuse :
 risque d’accident majeur accru [1]
 coût exhorbitant du rafistolage d’une trentaine de réacteurs
 aggravation de l’endettement d’EDF (42 milliards d’euros officiellement)
 asservissement à une électricité toujours moins compétitive
 accroissement des volumes de déchets radioactifs (structurels et de fonctionnement)
 creusement de l’écart technologique avec d’autres pays investissant eux sur des énergies renouvelables...

L’"utilité publique" de Cigéo au service la poursuite de la filière électro-nucléaire ?

Grands absents des débats : les déchets nucléaires.

Le projet Cigéo, censé régler le problème majeur des déchets les plus dangereux, vient d’être remis en question côté sûreté, faisabilité technologique et impacts sur l’environnement et les populations par l’Autorité environnementale. Dans ces conditions, l’Etat osera-t-il accorder en 2021/2022 une "utilité publique" de pure complaisance à Cigéo ? Cette décision serait avant tout politique afin de permettre la poursuite du mirage électronucléaire... sans régler la question centrale de déchets impossibles à gérer.

Le collectif Burestop 55 dénonce une fois de plus la scandaleuse prise en otage du territoire meusien et haut-marnais. L’Etat pourrait sacrifier tout un bassin de vie pour faire croire que tout sera résolu à Bure, alors qu’il ne ferait qu’aggraver une dette abyssale, voire criminelle, envers les générations futures.


Notes

[1Un premier objectif est de réduire les conséquences des accidents et notamment des accidents graves, avec une fusion du cœur du réacteur », a expliqué à l’AFP Julien Collet, directeur général adjoint de l’ASN. Des améliorations sont notamment prévues pour que la radioactivité reste confinée à l’intérieur de l’enceinte en cas d’accident.

On ne change rien, le nucléaire est un état dans l’Etat, la population n’est jamais conviée aux décisions. La programmation de 6 nouveaux réacteurs EPR, en haut lieu et sans vision d’avenir partagée avec les habitants de ce pays, s’inscrit elle aussi dans une tradition hors d’âge.

La France réinvestit sur la même machine et s’enferre dans l’impasse nucléaire

Le pays s’engage sur une voie toujours plus dangereuse :
 risque d’accident majeur accru [1]
 coût exhorbitant du rafistolage d’une trentaine de réacteurs
 aggravation de l’endettement d’EDF (42 milliards d’euros officiellement)
 asservissement à une électricité toujours moins compétitive
 accroissement des volumes de déchets radioactifs (structurels et de fonctionnement)
 creusement de l’écart technologique avec d’autres pays investissant eux sur des énergies renouvelables...

L’"utilité publique" de Cigéo au service la poursuite de la filière électro-nucléaire ?

Grands absents des débats : les déchets nucléaires.

Le projet Cigéo, censé régler le problème majeur des déchets les plus dangereux, vient d’être remis en question côté sûreté, faisabilité technologique et impacts sur l’environnement et les populations par l’Autorité environnementale. Dans ces conditions, l’Etat osera-t-il accorder en 2021/2022 une "utilité publique" de pure complaisance à Cigéo ? Cette décision serait avant tout politique afin de permettre la poursuite du mirage électronucléaire... sans régler la question centrale de déchets impossibles à gérer.

Le collectif Burestop 55 dénonce une fois de plus la scandaleuse prise en otage du territoire meusien et haut-marnais. L’Etat pourrait sacrifier tout un bassin de vie pour faire croire que tout sera résolu à Bure, alors qu’il ne ferait qu’aggraver une dette abyssale, voire criminelle, envers les générations futures.



Le saviez-vous ?
Le Réseau "Sortir du nucléaire" est un véritable contre-pouvoir citoyen. Totalement indépendants de l’État, nous dépendons exclusivement du soutien de nos donateurs. C’est grâce à votre soutien financier que nous pouvons nous permettre de tout mettre en œuvre pour offrir aux générations futures l’espoir d’un avenir sans risques nucléaires. Aidez-nous à obtenir cet objectif et à nous permettre de continuer la lutte au quotidien contre cette énergie mortifère et pour promouvoir la sobriété énergétique et les alternatives renouvelables.

Faire un don

Le Réseau en action
Echos des luttes antinucléaires

Thèmes
Bure - CIGEO