Réseau Sortir du nucléaire
Boutique Agenda Faire un donEN

Raison n°5 : la démocratie

Lié au développement du nucléaire militaire, le programme nucléaire civil reste très opaque. Depuis sa création par des ingénieurs de l’École des Mines et une poignée de décideurs au sommet de l’État, le programme nucléaire français n’a jamais fait l’objet d’un vote. Ni les députés, ni les citoyens n’ont voix au chapitre. C’est un véritable déni de démocratie !


Pour introduire le sujet du nucléaire et de la démocratie la vidéo de la conférence de Didier Anger, réalisée lors de l’édition 2018 de La Grande Marche, vous donnera déjà quelques éléments :

 http://lagrandemarche.org/le-nucleaire-est-il-compatible-avec-la-democratie/

Cet article publié sur le site de Reporterre explique bien comment le système énergétique français n’est pas compatible avec la démocratie. Cette dernière consiste à obtenir les informations, y compris les analyses contradictoires, et à prendre des décisions collectives. Pourtant le nucléaire est un domaine où règne le secret. Ou bien les autorités mentent sciemment aux Français (« le nuage qui n’a pas dépassé la frontière » au moment de Tchernobyl…), ou bien les informations ne sont pas rendues publiques (l’état de la sécurité des centrales, la santé des sous-traitants, la contamination radioactive des territoires lors des incidents réguliers…). Vous pouvez aussi lire cet article des copain.es de Bure qui redonne l’essentiel des arguments mettant à mal le concept de démocratie quand il s’agit de nucléaire :

 https://bureburebure.info/le-nucleaire-democratique-nexiste-pas/

Du secret défense au secret des affaires

Avec une origine militaire, il était peu probable que le nucléaire civil ne soit pas traité de la même manière. Dans son discours du Creusot en 2020, Emmanuel Macron a avoué on ne peut plus clairement le lien entre les deux : "Sans nucléaire civil, pas de nucléaire militaire ; sans nucléaire militaire, pas de nucléaire civil". Une reconnaissance cynique de l’interdépendance entre les centrales et la bombe... Notre analyse de son discours :

 https://www.sortirdunucleaire.org/En-visite-au-Creusot-pour-annoncer-la

Le nucléaire reste un domaine opaque et secret où la désinformation domine. L’atome a été imposé en France sans débat démocratique. Ses liens avec la Défense Nationale renforcent l’omerta. Mais au-delà de son origine militaire, le nucléaire s’est surtout développé sans débat démocratique, sans référendum (comme au Danemark, en Autriche ou en Suède). Les trois articles suivants reviennent sur ce manque de débat et de discussion avec le peuple français, que ce soit lors de la mise en place du programme nucléaire, de sa poursuite ou de la gestion de ses déchets.

 https://blogs.mediapart.fr/loic-chabannes/blog/280112/nucleaire-et-democratie

 http://nucleaire-nonmerci.net/industrie-nucleaire-et-democratie.html

 https://journaldelenergie.com/nucleaire/letat-nucleaire-portrait-dune-democratie-malade/

L’absence de démocratie ne vient pas du fonctionnement des institutions françaises mais bien du système nucléaire puisque c’est aujourd’hui l’Agence internationale de l’énergie atomique qui a pour mission d’en contrôler la sécurité, d’assurer la non-prolifération des armes nucléaires qui doit assurer la promotion de cette même énergie. D’ailleurs, la Belgique est logée à la même enseigne que la France quand il s’agit de démocratie et de nucléaire.

 https://www.levif.be/actualite/belgique/nucleaire-democratie-5-0/article-opinion-496183.html?cookie_check=1619774286

En 2017, l’Observatoire des multinationales en lien avec le Réseau “Sortir du nucléaire“ a d’ailleurs publié cette étude comparative entre le système nucléaire et le système de la finance mondialisée tant critiquée aujourd’hui :

De l’impossibilité de parler de transparence dans le nucléaire

On vous invite à lire ce regard croisé sur le concept de transparence datant de 2009 entre Monique Sené, militante historique antinucléaire et Didier Champion, directeur de l’environnement et de l’intervention de l’IRSN à cette époque. Malgré sa date assez ancienne beaucoup d’éléments décrits et décriés par Mme Sené sont toujours d’actualité.

 https://www.irsn.fr/FR/connaissances/Nucleaire_et_societe/expertise-pluraliste/debats/Pages/3-nucleaire-secret-transparence.aspx#.YIvPrus6-i4

Des consultations publiques et des instances d’information qui se drapent dans la technicité

Si le 2 novembre 2019 l’éditorial du Monde titrait Le choix du nucléaire mérite un débat public, c’est bien que ce débat très général n’a pas encore eu lieu depuis plus de 50 ans…

Bien sûr des débats publics ont eu lieu et des instances d’information existent mais force est de constater que ce ne sont bien souvent que des simulacres… quelques exemples publiés sur notre site internet :

Sur les Commissions locales d’information, installées à proximité de chaque installation nucléaire mais où la grande majorité des membres sont pro-nucléaires et où même certains laboratoires indépendants comme la Criirad refusent de s’y rendre :

 https://www.sortirdunucleaire.org/30eme-Conference-des-CLI-7-novembre-2018-Paris
 https://france3-regions.francetvinfo.fr/auvergne-rhone-alpes/drome/valence/criirad-demissionne-cli-centrale-nucleaire-cruas-meysse-ardeche-1593631.html

Sur la cuve de l’EPR de Flamanville, malgré un débat faisant émerger la nécessité de changer le couvercle de la cuve du réacteur dès les premières années de fonctionnement et une pétition signée par près de 40 000 personnes, le lobby nucléaire décide de poursuivre l’aventure…

 https://www.sortirdunucleaire.org/Consultation-publique-de-l-ASN-sur-son-projet-d

 https://www.sortirdunucleaire.org/Petition-cuve-EPR

Sur la gestion des déchets, à chaque révision du plan national les “citoyens“ sont consultés mais on assiste surtout à un débat technique entre spécialistes

 https://www.sortirdunucleaire.org/Debat-sur-le-Plan-national-de-gestion-des

Sur l’implantation de Cigéo : deux débats ont déjà eu lieu mais il n’y a eu aucune prise en compte des avis des opposants
 https://www.sortirdunucleaire.org/Quand-le-debat-public-sur-Cigeo-tourne-au-fiasco
 https://www.sortirdunucleaire.org/debat-cigeo-mascarade
 http://www.criirad.org/Dechets-radioactifs/CP_08072021_Cigeo.pdf

Plus récemment, si l’on pouvait penser que la convention citoyenne sur le climat aborde la question du nucléaire et qu’un débat éclairé puisse enfin avoir lieu, il n’en a rien été… La question du nucléaire reste dans les instances du pouvoir sans regard citoyen. Les investissements sont pourtant colossaux, sans parler des risques qui ne font que croître.

Répression des militants et achat des consciences

Démocratie = zéro répression, zéro corruption… quelques exemples historiques et plus récents nous montrent le contraire quand il s’agit de nucléaire…

La répression des militants contre Superphénix dès 1976

Récit du décès d’un militant Vital Michalon et des suites du projet Superphénix

 https://www.sortirdunucleaire.org/Vital-nous-avons-evite-une-proliferation-des

40 ans après son décès, qu’est-ce qui a changé ?

 https://www.sortirdunucleaire.org/40-ans-du-deces-de-Vital-Michalon-tue-par-une

La répression à Plogoff en 1980

Interview de Nicole Le Garrec

 https://www.sortirdunucleaire.org/Rencontre-avec-Nicole-Le-Garrec

Site internet du film Plogoff, des pierres contre des fusils

 https://nicoleetfelixlegarrec.com/documentaires/plogoff-des-pierres-contre-des-fusils.html

Pour acheter le coffret du film

 https://boutique.sortirdunucleaire.org/index.php?id_product=582&controller=product

La répression contre les militants bloquant des transports radioactifs en 2004

 https://www.sortirdunucleaire.org/Pour-imposer-ses-projets-ecocides-l-Etat-reprime

La répression contre les militants opposés au projet de centre d’enfouissement des déchets radioactifs à Bure

Vous pouvez visionner quelques témoignages de militants réprimés :
 https://www.sortirdunucleaire.org/Bure-Paroles-de-malfaiteur-e-s

ou écouter/regarder l’excellent débat Médiapart sur le sujet :
 https://www.sortirdunucleaire.org/Debat-Mediapart-Bure-evacue-et-apres

Le livre Notre colère n’est pas réversible retrace l’histoire de la lutte et de sa répression et est disponible en libre accès numérique sur :
 https://fr.calameo.com/books/0060224692d7b0b53e756

Enfin, vous pourrez retrouver de nombreux articles sur le sujet sur le web en voici une courte sélection :
 https://www.sortirdunucleaire.org/Pour-les-opposant-es-a-Cigeo-repression-policiere
 https://www.bastamag.net/Bure-LDH-opposants-nucleaire-etat-d-urgence-surveillance-association-de-malfaiteurs-Andra
 https://www.bastamag.net/Avec-Bure-nous-sommes-tous-et-toutes-des-malfaiteurs

Le Groupement d’intérêt à Bure

Cet article de BastaMag revient largement sur la question de l’achat des consciences par l’industrie nucléaire :

 https://www.bastamag.net/nucleaire-dechets-radioactifs-bure-clientelisme-cigeo-meuse


Pour introduire le sujet du nucléaire et de la démocratie la vidéo de la conférence de Didier Anger, réalisée lors de l’édition 2018 de La Grande Marche, vous donnera déjà quelques éléments :

 http://lagrandemarche.org/le-nucleaire-est-il-compatible-avec-la-democratie/

Cet article publié sur le site de Reporterre explique bien comment le système énergétique français n’est pas compatible avec la démocratie. Cette dernière consiste à obtenir les informations, y compris les analyses contradictoires, et à prendre des décisions collectives. Pourtant le nucléaire est un domaine où règne le secret. Ou bien les autorités mentent sciemment aux Français (« le nuage qui n’a pas dépassé la frontière » au moment de Tchernobyl…), ou bien les informations ne sont pas rendues publiques (l’état de la sécurité des centrales, la santé des sous-traitants, la contamination radioactive des territoires lors des incidents réguliers…). Vous pouvez aussi lire cet article des copain.es de Bure qui redonne l’essentiel des arguments mettant à mal le concept de démocratie quand il s’agit de nucléaire :

 https://bureburebure.info/le-nucleaire-democratique-nexiste-pas/



Matériel militant

Affiche "Tableau périodique Antinucléaire"


Lot de 9 cartes postales "8 bonnes raisons"