Réseau Sortir du nucléaire
Boutique Agenda Faire un donEN

Raison n°1 : Santé

Vous vous posez des questions sur les effets du nucléaire sur la santé humaine ? Vous vous demandez comment sont définies les normes au niveau international ? Vous connaissez des personnes qui travaillent sur des sites nucléaires ou vivent à proximité et vous vous interrogez sur les impacts pour leur santé ? Nous mettons à disposition ici de multiples informations (vidéos, audios et articles) pour faire le point sur le sujet. N’hésitez pas à partager ces informations autour de vous pour faire connaître cette première bonne raison de s’engager pour la sortie du nucléaire.


Vivre en bonne santé

Les scandales sanitaires des dernières années (plomb, amiante, glyphosate, etc.) ainsi que la récente crise liée au coronavirus nous font chaque jour prendre un peu plus conscience de l’importance de notre santé.

L’industrie nucléaire comme beaucoup d’autres, génère un cocktail de substances chimiques et radioactives nuisibles au monde du vivant et dont la médecine peine encore à comprendre les effets précis à long terme. Cancers, malformations, stérilité... la liste des pathologies possibles est longue.

Découvrez comment le nucléaire représente un réel danger pour notre santé et la manière dont l’industrie, aidée par nos dirigeants, tente de nous faire passer la “pilule“ nucléaire…


Une petite introduction en image

Pour introduire le sujet quoi de mieux qu’un documentaire Arte d’une cinquantaine de minutes, notre ami l’atome présente quelques scandales sanitaires liés au nucléaire civil et militaire à travers l’histoire…


Ce que disent les études médicales…

Quand il s’agit de santé, les experts s’appuient sur des études… mais dans le cas du nucléaire ce n’est pas simple, l’industrie est récente et l’on sait que les radiations ont des effets à long, voire très long terme, et qu’ils sont encore impossibles aujourd’hui à connaître…

Alors que disent et constatent les études qui ont été menées jusque-là. Sont-elles suffisantes ? Le principe de précaution quand il s’agit de la protection de notre santé et de notre génome ne devrait-il pas prévaloir ?


Sur les effets des rayonnements et des faibles doses

Vous trouverez ci-dessous quelques informations de l’ASN et de l’IRSN pour comprendre les types de contaminations possibles et la manière dont elles sont évaluées.

 https://www.asn.fr/Informer/Dossiers-pedagogiques/Les-effets-des-rayonnements-ionisants

 https://www.irsn.fr/FR/Larecherche/Organisation/Collaborations/Melodi/Pages/Melodi-effets-faibles-doses-rayonnements-ionisants.aspx#.Xyk9G0ngqi4

Deux études significatives : l’étude Inworks sur les travailleurs et l’étude KiKK sur les riverains

Inworks est menée en France par l’IRSN. Elle inclut 308 297 travailleurs américains, britanniques et français. La cohorte française regroupe plus de 59 000 travailleurs embauchés au moins un an entre la fin des années 1940 et 1994 par différentes entreprises. Cela exclut une grande partie des sous-traitants dont la part a augmenté plus que sensiblement après cette date. Publiés en juin 2015, les premiers résultats de cette étude renforcent la preuve de l’existence d’une relation entre le risque de leucémie et l’exposition aux rayonnements ionisants. Ils montrent notamment que cette relation est observée pour des expositions chroniques à de faibles doses de rayonnements, comme le sont les expositions professionnelles.

 https://www.irsn.fr/FR/Larecherche/Organisation/Programmes/projet-Inworks/Pages/projet-Inworks.aspx#.Xyk0Vkngqi4

L’étude KiKK porte sur les cancers infantiles à proximité des centrales nucléaires allemandes. Découvrez en vidéos les explications de l’épidémiologiste allemand Wolfgang Hoffmann, membre du conseil scientifique qui a supervisé l’étude KiKK ainsi que les résultats résumés dans ce document :

 http://www.sortirdunucleaire.org/IMG/pdf/KiKK-Studie-resume.pdf

Et si vous préférez l’audio : l’émission "Impatience" de la radio suisse romande revient également sur cette étude.

 http://www.sortirdunucleaire.org/Seuils-de-radiation-40113

L’Institut national du cancer des États-Unis vient de dédier un volume entier de son journal scientifique, Journal of the National Cancer Institute Monographs, à l’impact des faibles doses de radiation sur les cancers. Les articles sont en libre accès. Après avoir passé au peigne fin les données de 26 études épidémiologiques, les auteurs ont trouvé des preuves évidentes d’un risque excessif de cancer dû à de faibles doses de rayonnements ionisants : 17 des 22 études ont montré un risque de cancers solides et 17 des 20 études ont montré un risque de leucémie.

 https://fukushima.eu.org/les-faibles-doses-de-radiation-provoquent-des-cancers-selon-une-revue-de-26-etudes-scientifiques/

…et les retours d’expériences

Dans cet article du site d’information Le Vent se lève, on revient sur l’impact sanitaire de l’accident de Fukushima. En effet, pour les partisans de l’énergie atomique, l’accident nucléaire aurait eu des conséquences sanitaires quasi-nulles, on vous explique pourquoi il est aujourd’hui impossible de dire cela.

 https://lvsl.fr/impact-sanitaire-de-fukushima-une-desinformation-suspecte/

Et si vous préférez la radio vous pouvez écouter l’épisode 3 de la série À l’ombre des centrales nucléaires sur France culture (2017) qui revient sur les accidents de Tchernobyl et de Fukushima et les leçons que pourraient en tirer la France… car les ingénieurs français ont mesuré, scruté, visité, évalué, dosimétré les zones irradiées.

 https://www.franceculture.fr/emissions/lsd-la-serie-documentaire/lombre-des-centrales-nucleaires-34-de-tchernobyl-fukushima-les

À découvrir également sur notre boutique en ligne l’excellent ouvrage graphique de Géraud Bournet, Franckushima qui revient largement sur les effets sur la santé des populations victimes de l’accident de Fukushima.

 https://franckushima.com/


Quels remèdes pour les contaminations radioactives ? La radioactivité : un remède ?

La pastille d’iode : remède miracle ?

Pour protéger la santé des populations en cas d’accident nucléaire l’industrie et l’État distribuent dans les 20 km autour des centrales nucléaires des pastilles d’iode. Mais ce périmètre ne correspond en rien à l’étendue du nuage dispersé lors d’un accident, ces pastilles ne protègent que des iodes radioactifs et doivent être prises bien avant l’arrivée du panache. Il s’agit donc plus d’une opération de communication pour faire accepter une menace imposée aux citoyens et laisser penser que la population est effectivement protégée, que d’une véritable mesure de protection.

 http://www.sortirdunucleaire.org/iode2019

Levothyrox et thyroïde : quel lien avec les contaminations nucléaires ?

Le Levothyrox, hormone de substitution de la thyroïde, est devenu le médicament sur ordonnance le plus vendu en France. Mais officiellement, cette hausse pharamineuse n’a rien à voir avec les accidents nucléaires. Un avis que ne partage pas la CRIIRAD, laboratoire indépendant sur la radioactivité. Entretien avec Roland Desbordes son président.

 http://www.sortirdunucleaire.org/Cachez-ces-thyroi%CC%88des-que-je-ne-saurais-voir

Et le nucléaire pour raisons médicales alors ?

"Tu es contre le nucléaire, mais si un jour tu as un cancer, tu seras bien content·e qu’on puisse te soigner avec une radiothérapie !" Quel-le militant-e antinucléaire ne s’est pas un jour entendu opposer un argument de ce genre ? Souvent sans vraiment savoir quoi répondre, car l’utilisation d’isotopes radioactifs par la médecine est un sujet dont les tenants et aboutissants sont peu connus. Pour que ce poncif pro-nucléaire ne puisse plus rester sans contradiction solide, nous avons demandé à Michel Duguay, physicien nucléaire et coordinateur de l’association Sortons le Québec du nucléaire, de faire le point sur la question.

 http://www.sortirdunucleaire.org/La-medecine-nucleaire-n-a-pas

Comment et par qui sont définies les normes ?

Si la gestion de la pandémie de covid-19 par les États a privilégié dans une large part notre santé c’est plutôt celle du nucléaire et de l’économie qui seront choisies internationalement en cas de catastrophe nucléaire. Soutenue par un régime juridique d’exception, quasi militaire, une volonté de dénégation est orchestrée à partir d’autorités internationales et nationales dans le seul but de préserver la santé du nucléaire au détriment de la nôtre. Dans cet article on vous explique comment les normes actuellement en vigueur omettent les faibles doses ou encore comment les autorités ont prévu de vous faire vivre en milieu contaminé en cas d’accident…


En savoir plus
Situations et portraits de travailleurs et de victimes

Annie Thébaud-Mony revient sur les conditions des travailleurs du nucléaire du projet Manahattan aux études épidémiologiques récentes prouvant tous les risques et conditions déplorables dans cet environnement- cette vidéo a été diffusé lors du premier forum social mondial thématique sur le nucléaire à Tokyo ; le 27 mars 2016.

 http://www.sortirdunucleaire.org/La-condition-des-travailleurs-du-nucleaire

Vous pouvez également l’écouter, avec Yves Lenoir dans l’émission spéciale 30 ans de Tchernobyl de La tête au carré : http://www.sortirdunucleaire.org/La-tete-au-carre-30-ans-apres-la-catastrophe-de

Lors d’un entretien au mois de juin 2018 avec Gilles Reynaud, président de l’association de travailleurs du nucléaire, Ma zone contrôlée, nous avons abordé le sujet délicat de la santé des travailleurs de l’industrie nucléaire. Découvrez ce que ce travailleur nous a dit de la santé de travailleurs.

 https://www.sortirdunucleaire.org/La-sante-des-travailleurs-du-nucleaire

Vous pouvez également lire le témoignage de Patrice Girardier et découvrir notre dossier spécial avec de nombreux témoignages de travailleurs sous-traitants :

 https://www.sortirdunucleaire.org/Travailleurs-du-nucleaire-sante-sacrifiee

Ou encore écouter l’épisode 2 de la série À l’ombre des centrales nucléaires sur France Culture (2017) qui revient sur la situation des travailleurs du nucléaire et en particulier sur celle des sous-traitants.

 https://www.franceculture.fr/emissions/lsd-la-serie-documentaire/lombre-des-centrales-nucleaires-24-vivre-et-travailler-lombre

Mais au fait que rejettent les centrales nucléaires ?

À entendre EDF, une centrale nucléaire ne rejetterait que de la vapeur d’eau. Mais la blancheur trompeuse des nuages sortant des tours de refroidissement ne doit pas faire illusion. Cette propreté apparente occulte de nombreuses fuites et rejets, accidentels ou autorisés, de produits chimiques corrosifs ou irritants et d’éléments radioactifs dans l’environnement.


En savoir plus
Agissez avec nous !

Mettons fin à cette source d’énergie mortifère, et préservons notre santé et celle des générations futures. Le Réseau "Sortir du nucléaire" vous invite à passer à l’action pour clamer haut et fort que nous n’avons pas à choisir entre confort énergétique et bien-être : un changement est possible !

Agir tout de suite

En partageant sur les réseaux sociaux le visuel de la raison n°1 « Santé ».
 Télécharger le visuel

En commandant une ou plusieurs revues "Sortir du nucléaire" et en les déposant dans des espaces dédiés aux soins (salle d’attente de votre médecin, accueils d’hôpitaux,etc.). Par ce geste simple, vous participez à la sensibilisation de personnes sur des dangers sanitaires encore trop méconnus, et documentés dans notre revue trimestrielle.

 Commander la revue

En achetant le DVD du film Condamnés à réussir sur notre boutique en ligne. Ce documentaire vous permettra de vous informer, ainsi que votre entourage, sur les conditions de travail et les problèmes de santé des travailleurs·euses de l’usine nucléaire de la Hague dans les années 1970.

 Acheter le DVD du film

Agir avec votre groupe local Sortir du nucléaire

En réalisant une tournée de distribution de « pastilles d’iode » à proximité d’une installation nucléaire. Sur notre site internet, vous pouvez imprimer de fausses boîtes de pastilles d’iode à distribuer à la population, afin de simuler ce qu’il se passerait en cas d’accident, d’alerter sur le risque d’accident permanent, et de montrer l’impréparation des autorités en cas de catastrophe nucléaire.

 Commander ou télécharger le modèle des boites de pastilles d’iode factices

En organisant une projection du film Condamnés à réussir . Afin de permettre à d’autres personnes d’accéder à cette source d’information. Il nous sera également possible de vous mettre en contact avec des expert·es (chercheurs·euses, travailleur·euses, associations, etc.) qui pourront co-animer cette projection-débat.

 Si vous souhaitez organiser une projection merci de nous contacter à mobilisations@sortirdunucleaire.fr

L’année 2020 a mis en lumière l’importance de l’égalité d’accès à la santé. Il est crucial que nous continuions à nous battre pour cela. Travailleurs·euses comme citoyen·nes, c’est toute la population qui est concernée par les dangers du nucléaire. Pour que ceux-ci cessent, commençons par les exposer et les dénoncer !

Pour discuter des modalités d’action possibles ou rendre-compte de celles que vous aurez mené, vous pouvez écrire à mobilisations@sortirdunucleaire.fr


Vivre en bonne santé

Les scandales sanitaires des dernières années (plomb, amiante, glyphosate, etc.) ainsi que la récente crise liée au coronavirus nous font chaque jour prendre un peu plus conscience de l’importance de notre santé.

L’industrie nucléaire comme beaucoup d’autres, génère un cocktail de substances chimiques et radioactives nuisibles au monde du vivant et dont la médecine peine encore à comprendre les effets précis à long terme. Cancers, malformations, stérilité... la liste des pathologies possibles est longue.

Découvrez comment le nucléaire représente un réel danger pour notre santé et la manière dont l’industrie, aidée par nos dirigeants, tente de nous faire passer la “pilule“ nucléaire…



Matériel militant

Affiche "Tableau périodique Antinucléaire"


Lot de 9 cartes postales "8 bonnes raisons"