Réseau Sortir du nucléaire
BoutiqueAgendaFaire un donEN

Echos des luttes antinucléaires

Nucléaire - Fermons Fessenheim.. Et Bugey

30 août 2016 | Communiqué de presse SDN Bugey




Ce vendredi 26 août, nous avons eu l’occasion de lire, sur une banderole accrochée au grillage d’un parking de la centrale du Bugey : « NON A LA FERMETURE DE FESSENHEIM ».

Pour nous, c’est l’expression de personnes qui veulent à tout prix continuer dans l’exploitation des centrales en fin de vie que sont Bugey et Fessenheim, quels que soient les risques pour la population, bien au-delà de nos frontières et quel que soit le coût financier de l’énergie nucléaire qui s’alourdit de jour en jour. Pour préserver leur présent, notre futur est pris en otage.



Les incidents s’accumulent à Fessenheim et à Bugey.

À Fessenheim, après avoir imposé l’arrêt du réacteur n°2, l’ASN a décidé le 18 juillet dernier, de ne pas autoriser le redémarrage de cette tranche car, « le risque serait trop grand » au vu des très nombreuses irrégularités détectées, notamment au niveau du générateur de vapeur.

Localement, si l’on considère la centrale du Bugey, avec tous les « problèmes » et avaries qu’elle rencontre depuis plusieurs mois, on peut s’interroger sur ce « soutien » émanant de personnes travaillant dans une installation sans doute encore plus -sinon autant- « mal en point » que son homologue alsacienne.

Actuellement, la centrale de Bugey tourne vraiment au ralenti suite à des réparations sans fin. La tranche n°5 est à l’arrêt depuis maintenant un an (énorme chantier pour tenter de résoudre de graves problèmes d’étanchéité sur son enceinte de confinement), la n°3 voit son redémarrage reporté de jour en jour et la n°4 a été stoppée à partir du samedi 27 août pour maintenance. En cette fin août, il n’y a donc concrètement que la tranche n°2 qui fournit de l’électricité…Et ce cas de figure s’est reproduit plusieurs fois cette année. Une faible production qui démontre que l’on peut se passer de cette centrale

Et ne parlons pas de l’argument éculé de pénurie possible d’électricité dans un marché où l’offre dépasse largement la demande, avec des prix à la baisse. Régulièrement, la presse se fait l’écho de malfaçons de certaines pièces de ces réacteurs, de non-conformités, et dernièrement l’ASN nous informe sur des défaillances de ces centrales face aux risques sismiques. Or, la centrale de Fessenheim est construite sur une faille avec des risques d’inondation, tout comme celle de Bugey.

Nous sommes très inquiets, tout comme nos voisins allemands et suisses, car ces deux centrales vétustes sont dans un environnement à fort risque et sont implantées dans des régions très peuplées, où les conséquences de fuites radioactives seraient dramatiques pour la santé et les biens de millions d’habitants.

En conclusion, nous répétons avec force : « OUI à la fermeture immédiate de Fessenheim et de Bugey » pour le bien de tous.

Les incidents s’accumulent à Fessenheim et à Bugey.

À Fessenheim, après avoir imposé l’arrêt du réacteur n°2, l’ASN a décidé le 18 juillet dernier, de ne pas autoriser le redémarrage de cette tranche car, « le risque serait trop grand » au vu des très nombreuses irrégularités détectées, notamment au niveau du générateur de vapeur.

Localement, si l’on considère la centrale du Bugey, avec tous les « problèmes » et avaries qu’elle rencontre depuis plusieurs mois, on peut s’interroger sur ce « soutien » émanant de personnes travaillant dans une installation sans doute encore plus -sinon autant- « mal en point » que son homologue alsacienne.

Actuellement, la centrale de Bugey tourne vraiment au ralenti suite à des réparations sans fin. La tranche n°5 est à l’arrêt depuis maintenant un an (énorme chantier pour tenter de résoudre de graves problèmes d’étanchéité sur son enceinte de confinement), la n°3 voit son redémarrage reporté de jour en jour et la n°4 a été stoppée à partir du samedi 27 août pour maintenance. En cette fin août, il n’y a donc concrètement que la tranche n°2 qui fournit de l’électricité…Et ce cas de figure s’est reproduit plusieurs fois cette année. Une faible production qui démontre que l’on peut se passer de cette centrale

Et ne parlons pas de l’argument éculé de pénurie possible d’électricité dans un marché où l’offre dépasse largement la demande, avec des prix à la baisse. Régulièrement, la presse se fait l’écho de malfaçons de certaines pièces de ces réacteurs, de non-conformités, et dernièrement l’ASN nous informe sur des défaillances de ces centrales face aux risques sismiques. Or, la centrale de Fessenheim est construite sur une faille avec des risques d’inondation, tout comme celle de Bugey.

Nous sommes très inquiets, tout comme nos voisins allemands et suisses, car ces deux centrales vétustes sont dans un environnement à fort risque et sont implantées dans des régions très peuplées, où les conséquences de fuites radioactives seraient dramatiques pour la santé et les biens de millions d’habitants.

En conclusion, nous répétons avec force : « OUI à la fermeture immédiate de Fessenheim et de Bugey » pour le bien de tous.



Thèmes
Fessenheim Bugey