Nucléaire ou transition énergétique, il faut choisir !
Fédération de 931 associations et de 60 277 personnes Accueil > Actualites > Dossiers > La phrase qui tue... le nucléaire


Rechercher dans les dossiers
Dernière mise à jour : avril 2014
 

Cette rubrique vise à faire connaître des déclarations marquantes sur le nucléaire ou contre le nucléaire, par des personnalités connues et reconnues, y compris des acteurs de l’industrie nucléaire ou du secteur militaro-nucléaire, ou des politiques pro-nucléaire.

(Note : afin d’être compréhensibles hors contexte, certaines citations sont légèrement modifiées, sans modification de leur sens. En cliquant sur une citation, vous pouvez en vérifier le contexte éventuel et les termes exacts, à supposer bien sûr que nous les ayons modifiés dans le résumé.)

Gregory Jaczko (ex-président de l’autorité de sûreté nucléaire des États-Unis)

Gregory Jaczko a été, de mai 2009 à mai 2012, le président de l’autorité de sûreté nucléaire des États-Unis. Tirant les leçons de Fukushima, ses récentes déclarations sont véritablement fracassantes. Les pronucléaires américains le considèrent désormais comme un ennemi...

Lettre ouverte de neuf Prix Nobel de la Paix aux dirigeants du monde

Lettre adressée aux dirigeants du monde par 9 Prix Nobel de la Paix dans les premiers mois de la catastrophe de Fukushima et pour le 25ème anniversaire de la catastrophe de Tchernobyl.

Theodore B. Taylor (ex-directeur adjoint de l’Agence de défense nucléaire des États-Unis, physicien concepteur d’armes nucléaires)

"Puisque chacun des plus de 400 réacteurs nucléaires qui fonctionnent actuellement dans 32 pays produit de grandes quantités de plutonium qui, une fois chimiquement séparées du combustible usé, peuvent être utilisées pour fabriquer des armes nucléaires de tout type, fiables et efficaces, j’estime nécessaire d’en appeler à un arrêt total et mondial de l’utilisation de l’énergie nucléaire."

François Roussely (ex-PDG d’EDF)

"C’est au contribuable de payer la recherche et le développement du nucléaire, sinon le kWh d’électricité nucléaire ne serait plus compétitif"

Mikhaïl Gorbatchev (Prix Nobel de la Paix, dernier président de l’URSS)

"Les horribles souvenirs de Tchernobyl et maintenant de Fukushima sont trop frais et trop frappants pour qu’on s’autorise à méditer tout autre choix que celui de mettre fin à notre dépendance à l’énergie nucléaire."

Yukio Edano (ex-ministre du commerce et de l’industrie du Japon)

"Je ne pense pas que le scénario zéro [nucléaire] soit négatif pour l’économie japonaise. Au contraire, il favoriserait la croissance car il faudrait développer les énergies renouvelables et améliorer notre efficacité énergétique, ce qui soutiendrait la demande intérieure."

Peter Bradford (ancien membre dirigeant de l’autorité de sûreté nucléaire des États-Unis)

"L’ennemi le plus implacable du nucléaire dans les 30 dernières années a été non pas le risque pour la santé du public, mais celui pour le portefeuille des investisseurs."

Bernard Lietaer (économiste et co-fondateur de la monnaie unique européenne)

"Jamais aucune centrale nucléaire ne tiendrait le coup économiquement si on devait calculer combien ça coûte en tout"

André-Claude Lacoste (président de l’Autorité de Sûreté Nucléaire française)

"Les contrats de vente de réacteurs nucléaires à l’export sont obtenus à des prix complètement bradés."

Jeremy Rifkin (économiste, prospectiviste et essayiste)

"Le nucléaire est mort"

Mikhaïl Gorbatchev (Prix Nobel de la Paix, dernier président de l’URSS)

"Dans le contexte économique actuel, les armes nucléaires représentent un gouffre financier sans fond."

Michel Destot (député-maire de Grenoble, ex-ingénieur au CEA)

"Peu d’investisseurs accepteront dans une logique de marché de prendre le risque d’investir dans un réacteur nucléaire à moins que les pouvoirs publics définissent un cadre adapté prenant en charge une partie du risque."

Tony Benn (ex-ministre chargé du programme nucléaire britannique)

"Mon expérience en tant que ministre m’a conduit à devenir opposé à l’énergie nucléaire"

Jean-Louis Basdevant (Physicien, enseignant pendant 35 ans à Polytechnique)

"Un accident nucléaire grave à Fessenheim serait une catastrophe dramatique pour toute l’Europe, un coup de poignard qui anéantirait la vie dans cette région pendant plus de 300 ans. Arrêter Fessenheim est, pour moi, une application du principe de précaution, tant évoqué, qui relève d’un devoir moral vis-à-vis des habitants de l’Europe."

Connie Hedegaard (Commissaire européenne à l’action pour le climat)

"Certaines personnes ont tendance à penser que le nucléaire est très, très bon marché, mais l’éolien offshore est moins cher que le nucléaire. Les gens devraient donc penser que l’éolien offshore est très, très bon marché."

1 | 2 | 3 |>





Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Contacts | Réseau "Sortir du nucléaire"