Réseau Sortir du nucléaire
BoutiqueAgendaFaire un donEN

Projet Cigéo à Bure : non à l’enfouissement des déchets radioactifs !

Bure : c’est dans ce petit village de la Meuse que l’industrie nucléaire veut enfouir ses déchets les plus dangereux, qui resteront radioactifs pendant des centaines de milliers d’années.


Archives > Débat public

Débat public sur l’enfouissement des déchets radioactifs : le Réseau « Sortir du nucléaire » dénonce une mascarade et une pure entreprise de communication

26 avril 2013 |




Communiqué de presse du Réseau "Sortir du nucléaire" du 26 avril 2013



Ignorance, provocation ou funeste présage ? La conférence de presse de lancement du débat public sur Cigéo, le projet d’installation destinée à l’enfouissement des déchets nucléaires à 500 m sous terre, a lieu… ce 26 avril, jour anniversaire de la catastrophe de Tchernobyl !
Pour le Réseau « Sortir du nucléaire », ce débat n’est qu’une mascarade et une vaste entreprise de la communication destinée à mieux imposer l’enfouissement des déchets pour permettre la poursuite du nucléaire.

Enfouissement des déchets : un désastre en préparation

En présentant le projet Cigéo comme sûr, l’Andra occulte les études indépendantes qui montrent que tous les enjeux de sûreté n’ont pas été pris en compte. Le projet CIGEO est destiné à accueillir les déchets les plus radioactifs, qui pour certains resteront radioactifs pendant plusieurs millions d’années. Mais sur de si longues périodes, qui peut avoir la prétention de garantir la stabilité du sous-sol ? Qui pourra prévenir d’éventuelles infiltrations d’eau [1] conduisant à la remontée en surface de la radioactivité ? La soi-disant « réversibilité » est un leurre : si un problème survient d’ici quelques siècles, il sera tout simplement impossible de récupérer les déchets et de contenir la radioactivité.

Une vaste opération de communication pour faire accepter le nucléaire et ses déchets

Le débat public qui doit commencer en mai n’est pas destiné à remettre en question le projet. Cette procédure constitue avant tout une opération de communication destinée à marteler que l’enfouissement est « LA » solution au problème des déchets et que l’Andra maîtrise tous les risques !
Elle n’est pas non plus destinée à poser la question majeure, celle de la production des déchets. Imposer cette poubelle nucléaire est avant tout un moyen pour l’État et l’industrie nucléaire de faire croire à la maîtrise des déchets, afin de pouvoir poursuivre la production d’électricité nucléaire le plus longtemps possible.

Une imposture pseudo-démocratique de plus

Le nucléaire s’est toujours imposé par la force et les débats publics sur le sujet ne sont qu’un leurre. En 2005, les conclusions d’un précédent débat préconisaient de ne pas enfouir les déchets. Un an après, la loi votée est allée à l’encontre de ces préconisations, présentant cette option comme la seule solution ! En 2013, tout laisse penser que notre parole ne sera pas mieux entendue. Dernière étape avant la phase industrielle du projet, ce nouveau débat n’est qu’un simulacre de démocratie pour faire croire que les citoyens ont été consultés.

Aux côtés de nombreuses associations locales, le Réseau « Sortir du nucléaire » dénonce cette imposture où « l’important, c’est surtout de participer ! ». Il n’existe qu’une solution au problème des déchets : arrêter d’en produire au plus vite ! Nucléaire : de la mine aux déchets, nous sommes tous concernés !

En savoir plus sur le projet Cigéo à Bure : https://www.sortirdunucleaire.org/IMG/pdf/BURESTOP_2013_V5.pdf


Nucléaire : de la mine aux déchets, tous concernés !

Contacts :

Laura Hameaux - 06 85 23 05 11
François Mativet - 06 03 92 20 13

Chargée de communication :

Charlotte Mijeon - 06 64 66 10 23


Notes

[1L’exemple du site d’Asse, en Allemagne, présupposé stable et étanche et déjà envahi par des mètres cubes d’eau, montre que ce risque est réel.

Ignorance, provocation ou funeste présage ? La conférence de presse de lancement du débat public sur Cigéo, le projet d’installation destinée à l’enfouissement des déchets nucléaires à 500 m sous terre, a lieu… ce 26 avril, jour anniversaire de la catastrophe de Tchernobyl !
Pour le Réseau « Sortir du nucléaire », ce débat n’est qu’une mascarade et une vaste entreprise de la communication destinée à mieux imposer l’enfouissement des déchets pour permettre la poursuite du nucléaire.

Enfouissement des déchets : un désastre en préparation

En présentant le projet Cigéo comme sûr, l’Andra occulte les études indépendantes qui montrent que tous les enjeux de sûreté n’ont pas été pris en compte. Le projet CIGEO est destiné à accueillir les déchets les plus radioactifs, qui pour certains resteront radioactifs pendant plusieurs millions d’années. Mais sur de si longues périodes, qui peut avoir la prétention de garantir la stabilité du sous-sol ? Qui pourra prévenir d’éventuelles infiltrations d’eau [1] conduisant à la remontée en surface de la radioactivité ? La soi-disant « réversibilité » est un leurre : si un problème survient d’ici quelques siècles, il sera tout simplement impossible de récupérer les déchets et de contenir la radioactivité.

Une vaste opération de communication pour faire accepter le nucléaire et ses déchets

Le débat public qui doit commencer en mai n’est pas destiné à remettre en question le projet. Cette procédure constitue avant tout une opération de communication destinée à marteler que l’enfouissement est « LA » solution au problème des déchets et que l’Andra maîtrise tous les risques !
Elle n’est pas non plus destinée à poser la question majeure, celle de la production des déchets. Imposer cette poubelle nucléaire est avant tout un moyen pour l’État et l’industrie nucléaire de faire croire à la maîtrise des déchets, afin de pouvoir poursuivre la production d’électricité nucléaire le plus longtemps possible.

Une imposture pseudo-démocratique de plus

Le nucléaire s’est toujours imposé par la force et les débats publics sur le sujet ne sont qu’un leurre. En 2005, les conclusions d’un précédent débat préconisaient de ne pas enfouir les déchets. Un an après, la loi votée est allée à l’encontre de ces préconisations, présentant cette option comme la seule solution ! En 2013, tout laisse penser que notre parole ne sera pas mieux entendue. Dernière étape avant la phase industrielle du projet, ce nouveau débat n’est qu’un simulacre de démocratie pour faire croire que les citoyens ont été consultés.

Aux côtés de nombreuses associations locales, le Réseau « Sortir du nucléaire » dénonce cette imposture où « l’important, c’est surtout de participer ! ». Il n’existe qu’une solution au problème des déchets : arrêter d’en produire au plus vite ! Nucléaire : de la mine aux déchets, nous sommes tous concernés !

En savoir plus sur le projet Cigéo à Bure : https://www.sortirdunucleaire.org/IMG/pdf/BURESTOP_2013_V5.pdf


Nucléaire : de la mine aux déchets, tous concernés !

Contacts :

Laura Hameaux - 06 85 23 05 11
François Mativet - 06 03 92 20 13

Chargée de communication :

Charlotte Mijeon - 06 64 66 10 23