Faire un don

Des accidents nucléaires partout

France : Blayais : Des fuites de gaz radioactifs durant 3 semaines

La très discrète, très brève et très tardive annonce d’EDF




5 mars 2024


On apprend le 5 mars 2024 que des fuites de gaz radioactifs ont eu lieu durant plusieurs semaines à la centrale nucléaire du Blayais (Gironde). Ces fuites, provenant de deux réservoirs différents, se sont produites entre le 19 janvier et le 7 février. En cause : "une inétanchéité détectée sur l’un des matériels".


Et ce sera la seule explication fournie par EDF. Pas plus de précision sur le matériel en question, les raisons de son dysfonctionnement ni sur la durée des fuites (qui se sont étalées sur trois semaines). Encore moins sur la nature des substances rejetées et leur niveau de radioactivité. On notera d’ailleurs que le mot "radioactif" n’apparaît pas une seule fois dans le communiqué de l’exploitant nucléaire. Il y fait mention de "réservoirs d’effluents gazeux" et pour qui ne sait pas que les effluents sont des résidus produits par le fonctionnement des réacteurs nucléaires et que seuls des gaz radioactifs y sont produits, l’aspect radioactif est totalement éludé de la déclaration d’incident significatif pour l’environnement [1].

Le communiqué ne fait que 4 lignes, et il faut aller le dénicher tout en bas d’une page où EDF énumère les incidents déclarés à l’Autorité de sûreté nucléaire (ASN) en février 2024. Il est pourtant bien question de fuites radioactives et de perte de maîtrise de ce qui est déversé dans l’environnement. S’il ne nomme pas les substances rejetées, EDF prend toutefois le soin de préciser que les limites fixées pour ce type de substances n’ont pas été dépassées. Les substances chimiques et radioactives sont in fine déversées dans l’environnement et ce principe est autorisé par les autorités. Mais les modalités de ces rejets, la manière de les faire, les conditions qui doivent être réunies et les quantités rejetées sont fixées pour chacune de ces substances. Si les limites n’ont pas été dépassées, les modalités de déversement dans l’environnement, elles, n’ont pas été respectées. L’industriel n’a pas été capable de contrôler les matières radiologiques qu’il produit et qu’il est censé gérer. Pas plus qu’il n’a été capable de préserver l’environnement - car les quantités rejetées ont été analysées après-coup. Si les limites avaient été dépassées, EDF aurait-il été capable de stopper le rejet ? De rattraper le surplus de radioactivité qu’il a relâché dans l’atmosphère ?

À quand remonte le dernier contrôle des réservoirs de ces gaz radioactifs ? Pourquoi les fuites se sont-elles étalées sur trois semaines avant d’être détectées ? Ce qu’il s’est passé à la centrale du Blayais démontre deux choses : l’entretien et la surveillance des matériels sont insuffisants, tout comme la surveillance et le contrôle de ce qui passe par la cheminée de rejet (les effluents liquides sont déversés dans l’eau via un canal de rejet, les effluent gazeux eux sont rejetés dans l’atmosphère au moyen d’une cheminée). Ces matériels et ces fonctions, parce qu’ils touchent à la contamination de notre environnement par des matières radioactives, sont censés être le centre de l’attention de l’exploitant nucléaire. Les fuites de gaz radioactifs sur deux réservoirs durant trois semaines montrent clairement que ce n’est pas le cas. Que les limites autorisées n’aient pas été dépassées n’enlèvent rien à la gravité des faits : EDF a déversé de la radioactivité dans notre environnement sans le savoir et sans le contrôler. Pas étonnant que son communiqué se fasse discret.

Ce que dit EDF :

Événements significatifs - février 2024

Publié le 05/03/2024

(....)

ENVIRONNEMENT

1 événement significatif environnement, sans conséquence réelle sur l’environnement, a été déclaré par la direction de la centrale du Blayais à l’Autorité de sûreté nucléaire entre le 1er et le 29 février 2024.

Déclaration du 8 février

Entre le 19 janvier et le 7 février 2024, la dépressurisation de deux réservoirs d’effluents gazeux à la suite d’une inétanchéité détectée sur l’un des matériels a entraîné le non-respect des prescriptions relatives aux rejets gazeux des unités de production n°3 et 4. L’analyse de cet événement confirme l’absence de dépassement des limites réglementaires de rejet pour ce type d’effluent.

https://www.edf.fr/la-centrale-nucleaire-du-blayais/les-actualites-de-la-centrale-nucleaire-du-blayais/evenements-significatifs-fevrier-2024

Crédit photo : André Paris


[1Événements significatifs : incidents ou accidents présentant une importance particulière en matière, notamment, de conséquences réelles ou potentielles sur les travailleurs, le public, les patients ou l’environnement. https://www.asn.fr/Lexique/E/Evenement-significatif En dessous des évènements significatifs, il y a les évènements dits « intéressants », et encore en dessous les « signaux faibles ». Un évènement catégorisé « significatif » est donc déjà « en haut de l’échelle » d’importance des évènements


La surveillance des installations nucléaires au quotidien ? C’est grâce à vos dons que nous pouvons la mener !
Pour surveiller au jour le jour les incidents dans les installations nucléaires, les décrypter et dénoncer les risques permanents qui sont trop souvent minimisés - voire cachés par les exploitants, nous mobilisons tout au long de l’année des moyens humains et techniques.
Pour continuer ce travail de lanceur d’alerte et donner, au plus proche de leur survenue, des informations sur les inquiétants dysfonctionnements d’un parc nucléaire vieillissant, nous avons besoin de votre soutien financier !

Faire un don



Installation(s) concernée(s)

Blayais

Nombre d'événements enregistrés dans notre base de données sur cette installation
107