Réseau Sortir du nucléaire
Boutique Agenda Faire un donEN

Nos communiqués de presse

Mensonges d’EDF à Fessenheim : quand un « défaut d’étanchéité » cache une fuite de 100m3 d’eau !

Le Réseau “Sortir du nucléaire“ demande l’arrêt immédiat de de Fessenheim et des sanctions à l’encontre d’EDF et du directeur de la centrale

Communiqué du 20 mars 2015



Une fuite massive passée sciemment sous silence par l’exploitant

Le 28 février 2015, EDF a déclaré la mise à l’arrêt du réacteur n°1 de la centrale de Fessenheim suite à un « défaut d’étanchéité » sur une tuyauterie. Or, comme on le découvre dans la lettre d’inspection de l’Autorité de sûreté nucléaire(ASN) publiée suite à cet événement, ce sont apparemment plus de 100 m3 d’eau qui ont jailli suite à la fissuration d’une tuyauterie ! Cette eau s’est ensuite déversée dans la salle des machines, éclaboussant des boîtiers électriques et provoquant un défaut d’isolement sur un tableau électrique.

Le 5 mars, lors d’une inspection de l’ASN, alors même qu’EDF n’avait toujours pas identifié les causes de la rupture de la tuyauterie – qu’il avait d’ailleurs promis de ne pas remettre en service avant plusieurs semaines - ni évalué quels équipements avaient été impactés par les projections d’eau, la tuyauterie a été remise en eau. Quelques minutes après, elle se rompait à nouveau !

Le 10 mars, interrogé lors d’une séance de la CLIS (Commission locale d’information et de surveillance) sur ce double incident, le directeur de la centrale a clairement failli à son obligation d’information, passant volontairement sous silence la réalité de l’événement. Mensonge à l’ASN, omission auprès de la CLIS : les agissements d’EDF laissent plus que songeur quant à l’attitude que l’entreprise adopterait en cas d’accident de grande ampleur !

Joignant sa voix aux cinq associations alsaciennes qui ont adressé une lettre ouverte au directeur de la centrale, le Réseau “Sortir du nucléaire“ dénonce fermement cette dissimulation volontaire d’informations.

Combien d’autres « incidents » avant l’accident ?

Cet événement met en lumière le mépris de la sûreté dont EDF est coutumier et dont il a une nouvelle fois fait preuve. Cet « incident » n’est pas isolé : déjà, en avril 2014, une série de mauvaises manipulations avaient provoqué le débordement d’un réservoir, cette inondation ayant ensuite débouché sur un court-circuit et forcé à un arrêt en urgence du réacteur n°1 [1] . Ces problèmes à répétition ne font que confirmer la dangerosité de cette centrale. Le vieillissement et l’usure des équipements laissent craindre de nouvelles défaillances inquiétantes si la centrale n’est pas arrêtée immédiatement.

Il serait surréaliste que ces graves manquements à la sûreté ne débouchent sur aucune mesure ou sanction et que l’exploitant puisse continuer à faire fonctionner sa centrale en toute impunité. C’est pourquoi le Réseau "Sortir du nucléaire" étudie actuellement l’éventualité d’un dépôt de plainte. Fessenheim est dangereuse et aurait d’ailleurs dû être arrêtée depuis longtemps, comme le soulignait dès 2012 un rapport de l’Öko-Institut [2] .

Il est inacceptable que le gouvernement continue de tergiverser sur la fermeture de Fessenheim et envisage d’échanger son arrêt contre celui d’autres réacteurs ou de reporter cette fermeture aux calendes grecques. Tout comme il est intolérable que l’État – pourtant actionnaire majoritaire d’EDF - se laisse dicter la politique énergétique du pays par une entreprise qui s’oppose au principe même de la fermeture de centrales et marque constamment son refus de prendre en compte la réduction du nucléaire dans le mix énergétique. Qu’elle soit motivée par de douteuses raisons économiques ou par un choix politique, la volonté d’EDF de prolonger à tout prix le fonctionnement de Fessenheim par d’illusoires travaux de rafistolage est incompréhensible.

Le Réseau "Sortir du nucléaire" exige des pouvoirs publics qu’ils arrêtent immédiatement cette centrale pour protéger les populations de part et d’autre du Rhin et que des sanctions soient prises à l’encontre d’EDF et du directeur de la centrale !

Contacts presse :

  • André Hatz (porte-parole de Stop Fessenheim) - 06 82 02 69 79
  • Martial Chateau - 02 43 94 72 88

Chargée de communication : Charlotte Mijeon - 06 64 66 01 23

Pour en savoir plus :

Lire la lettre d’inspection de l’Autorité de sûreté nucléaire : https://sortirdunucleaire.org/IMG/pdf/lettre_d_inspection_fessenheim_suite_28_fe_vrier.pdf

Lire la lettre ouverte des cinq associations alsaciennes au directeur de la centrale nucléaire de Fessenheim : https://sortirdunucleaire.org/IMG/pdf/lettre_a_thierry_rosso_-_edf_2015.03.17v.pdf

Pour rappel, début 2015,la ministre allemande de l’environnement avait interpellé Ségolène Royal sur les démarches effectivement entreprises pour la fermeture de Fessenheim...

Pétition lancée par les associations alsaciennes pour la fermeture de Fessenheim : https://bit.ly/fermer-fessenheim-maintenant

Une fuite massive passée sciemment sous silence par l’exploitant

Le 28 février 2015, EDF a déclaré la mise à l’arrêt du réacteur n°1 de la centrale de Fessenheim suite à un « défaut d’étanchéité » sur une tuyauterie. Or, comme on le découvre dans la lettre d’inspection de l’Autorité de sûreté nucléaire(ASN) publiée suite à cet événement, ce sont apparemment plus de 100 m3 d’eau qui ont jailli suite à la fissuration d’une tuyauterie ! Cette eau s’est ensuite déversée dans la salle des machines, éclaboussant des boîtiers électriques et provoquant un défaut d’isolement sur un tableau électrique.

Le 5 mars, lors d’une inspection de l’ASN, alors même qu’EDF n’avait toujours pas identifié les causes de la rupture de la tuyauterie – qu’il avait d’ailleurs promis de ne pas remettre en service avant plusieurs semaines - ni évalué quels équipements avaient été impactés par les projections d’eau, la tuyauterie a été remise en eau. Quelques minutes après, elle se rompait à nouveau !

Le 10 mars, interrogé lors d’une séance de la CLIS (Commission locale d’information et de surveillance) sur ce double incident, le directeur de la centrale a clairement failli à son obligation d’information, passant volontairement sous silence la réalité de l’événement. Mensonge à l’ASN, omission auprès de la CLIS : les agissements d’EDF laissent plus que songeur quant à l’attitude que l’entreprise adopterait en cas d’accident de grande ampleur !

Joignant sa voix aux cinq associations alsaciennes qui ont adressé une lettre ouverte au directeur de la centrale, le Réseau “Sortir du nucléaire“ dénonce fermement cette dissimulation volontaire d’informations.

Combien d’autres « incidents » avant l’accident ?

Cet événement met en lumière le mépris de la sûreté dont EDF est coutumier et dont il a une nouvelle fois fait preuve. Cet « incident » n’est pas isolé : déjà, en avril 2014, une série de mauvaises manipulations avaient provoqué le débordement d’un réservoir, cette inondation ayant ensuite débouché sur un court-circuit et forcé à un arrêt en urgence du réacteur n°1 [1] . Ces problèmes à répétition ne font que confirmer la dangerosité de cette centrale. Le vieillissement et l’usure des équipements laissent craindre de nouvelles défaillances inquiétantes si la centrale n’est pas arrêtée immédiatement.

Il serait surréaliste que ces graves manquements à la sûreté ne débouchent sur aucune mesure ou sanction et que l’exploitant puisse continuer à faire fonctionner sa centrale en toute impunité. C’est pourquoi le Réseau "Sortir du nucléaire" étudie actuellement l’éventualité d’un dépôt de plainte. Fessenheim est dangereuse et aurait d’ailleurs dû être arrêtée depuis longtemps, comme le soulignait dès 2012 un rapport de l’Öko-Institut [2] .

Il est inacceptable que le gouvernement continue de tergiverser sur la fermeture de Fessenheim et envisage d’échanger son arrêt contre celui d’autres réacteurs ou de reporter cette fermeture aux calendes grecques. Tout comme il est intolérable que l’État – pourtant actionnaire majoritaire d’EDF - se laisse dicter la politique énergétique du pays par une entreprise qui s’oppose au principe même de la fermeture de centrales et marque constamment son refus de prendre en compte la réduction du nucléaire dans le mix énergétique. Qu’elle soit motivée par de douteuses raisons économiques ou par un choix politique, la volonté d’EDF de prolonger à tout prix le fonctionnement de Fessenheim par d’illusoires travaux de rafistolage est incompréhensible.

Le Réseau "Sortir du nucléaire" exige des pouvoirs publics qu’ils arrêtent immédiatement cette centrale pour protéger les populations de part et d’autre du Rhin et que des sanctions soient prises à l’encontre d’EDF et du directeur de la centrale !

Contacts presse :

  • André Hatz (porte-parole de Stop Fessenheim) - 06 82 02 69 79
  • Martial Chateau - 02 43 94 72 88

Chargée de communication : Charlotte Mijeon - 06 64 66 01 23

Pour en savoir plus :

Lire la lettre d’inspection de l’Autorité de sûreté nucléaire : https://sortirdunucleaire.org/IMG/pdf/lettre_d_inspection_fessenheim_suite_28_fe_vrier.pdf

Lire la lettre ouverte des cinq associations alsaciennes au directeur de la centrale nucléaire de Fessenheim : https://sortirdunucleaire.org/IMG/pdf/lettre_a_thierry_rosso_-_edf_2015.03.17v.pdf

Pour rappel, début 2015,la ministre allemande de l’environnement avait interpellé Ségolène Royal sur les démarches effectivement entreprises pour la fermeture de Fessenheim...

Pétition lancée par les associations alsaciennes pour la fermeture de Fessenheim : https://bit.ly/fermer-fessenheim-maintenant


Le saviez-vous ?
Le Réseau "Sortir du nucléaire" est un véritable contre-pouvoir citoyen. Totalement indépendants de l’État, nous dépendons exclusivement du soutien de nos donateurs. C’est grâce à votre soutien financier que nous pouvons nous permettre de tout mettre en œuvre pour offrir aux générations futures l’espoir d’un avenir sans risques nucléaires. Aidez-nous à obtenir cet objectif et à nous permettre de continuer la lutte au quotidien contre cette énergie mortifère et pour promouvoir la sobriété énergétique et les alternatives renouvelables.

Faire un don




Pour toute sollicitation médiatique, merci de contacter Charlotte Mijeon, chargée de communication et des relations extérieures.

charlotte.mijeon@sortirdunucleaire.fr
Tél : 06 64 66 01 23





Thèmes
Incidents / Accidents Fessenheim Fessenheim