Faire un don

Consultation sur le dossier de mise en service de l’EPR de Flamanville

Le Réseau "Sortir du nucléaire" opposé à la mise en service de l’EPR




Le Réseau "Sortir du nucléaire" ne participera pas à la consultation sur le dossier de mise en service de l’EPR de Flamanville qui a débuté le 5 juin 2023 et se conclura le 15 septembre. Il soutiendra néanmoins les structures qui composent la fédération, quelle que soit leur opinion sur le sujet, et s’efforcera de rappeler que l’EPR de Flamanville est un fiasco monumental, pas encore fini et déjà obsolète.



Le Réseau "Sortir du nucléaire" est une fédération d’associations et de collectifs antinucléaires. À ce titre et par respect pour la pluralité des avis et postures qui existent en son sein, il ne prendra pas part à cette consultation. Mais il est là pour informer, donner un autre regard, plus désintéressé que celui des industriels et des autorités. Il est là pour aider celles et ceux qui désirent contribuer et commenter ce dossier malgré sa technicité et malgré la difficulté de s’en saisir. Le Réseau est là aussi pour celles et ceux qui ne veulent pas contribuer à cette consultation mais souhaitent tout de même s’exprimer, autrement. Il est là pour agir contre cette autorisation de mise en service, aberration totale.

L’EPR de Flamanville : un fiasco industriel...

Est-il nécessaire de le rappeler ? Le projet de réacteur EPR conçu par Areva et Siemens moins de 20 ans après la catastrophe de Tchernobyl s’est avéré être un superbe raté. Non seulement il est mal conçu, mais en plus il ne représente en rien une solution aux tensions du marché de l’électricité ou aux urgences environnementales actuelles.

L’EPR de Flamanville a tout du fiasco industriel !

S’il n’y avait pas d’autres intérêts sous-jacents (politiques et commerciaux), ce projet aurait été abandonné depuis longtemps : le chantier a plus d’une décennie de retard et son coût a été multiplié par 6 (la Cour des comptes évoque 19 milliards d’euros, contre 3 milliards initialement prévus) [1]. Des pièces essentielles ont des défauts de conception (comme le socle en béton, la cuve ou le pressuriseur). Des défauts de fabrication et de montage se sont accumulés (raccords de tuyauteries ratés qui doivent être maintenues par des colliers, plus de 100 soudures sur les tuyauteries qui véhiculent de la vapeur sous haute pression mal réalisées qu’il a fallu reprendre, ...). Et c’est sans parler des choix de matériaux et d’ingénierie qui posent questions. Les autres EPR en service (deux en Chine et un en Finlande) ont tous connu des difficultés avant leur démarrage et des problèmes rapidement après (des fissures pour l’un, des fuites radioactives pour l’autre).

Retrouvez notre dossier Réacteur EPR : un fiasco monumental https://www.sortirdunucleaire.org/EPR-fiasco-monumental

L’EPR de Flamanville est déjà obsolète

Au-delà de ses spécificités technologiques, le réacteur EPR de Flamanville est déjà obsolète. Conçu il y a plus de 20 ans, dans un monde bien différent de l’actuel, c’est un moyen de production d’électricité en totale inadéquation avec notre époque. Nous vivons aujourd’hui la fin de l’abondance, à tous niveaux. Cela exige des petites installations, des réseaux locaux, des économies d’eau, de la sobriété énergétique et surtout la préservation de l’environnement. Nous assistons également à la résurgence de conflits armés sur le sol européen et à l’accumulation de montagnes de déchets. Chaque année qui passe est marquée par une augmentation de la montée des eaux et des épisodes climatiques d’une intensité extrême, comme nous n’en avons jamais connu et que l’on peut difficilement prédire. S’entêter dans ce projet et vouloir coûte que coûte (et c’est le cas de le dire !) démarrer le réacteur EPR de Flamanville est bien plus une affaire politique qu’un choix de raison. Comment garantir la sûreté d’une installation aussi mal conçue, aussi mal réalisée ? Quel danger va-t-elle représenter dans un moment subissant de si profonds et rapides bouleversements ?

EPR de Flamanville et consultation : une mascarade de plus ?

Les autorités consultent le public parce que c’est une obligation légale et parce que, comme l’a dit le président de l’ASN, "il faut que toutes les personnes qui souhaitent s’exprimer puissent le faire" [2] (sans même évoquer l’idée de les écouter). Elles le font sans présentation visuelle ni une once de pédagogie, par la biais d’un dossier de plus de 30 documents différents dont certaines données ont été effacées, plus de 10 000 pages à étudier en 10 semaines au cours de l’été... Il est donc légitime d’avoir de sérieux doutes quant au fait que ces autorités donnent vraiment les moyens au public de se faire une représentation du réacteur EPR, d’en saisir pleinement les tenants et aboutissants et de se faire sa propre idée en l’aidant à développer sa compréhension et son esprit critique.

Les réacteurs EPR, qu’ils soient ici ou ailleurs, qu’ils soient de type EPR ou EPR2, ce sera toujours non, car ce n’est pas la solution !

Retrouvez notre campagne "Nouveaux réacteurs : ni ici, ni ailleurs !" https://www.sortirdunucleaire.org/Nouveaux-reacteurs-ni-ici-ni-ailleurs

Le Réseau "Sortir du nucléaire" est une fédération d’associations et de collectifs antinucléaires. À ce titre et par respect pour la pluralité des avis et postures qui existent en son sein, il ne prendra pas part à cette consultation. Mais il est là pour informer, donner un autre regard, plus désintéressé que celui des industriels et des autorités. Il est là pour aider celles et ceux qui désirent contribuer et commenter ce dossier malgré sa technicité et malgré la difficulté de s’en saisir. Le Réseau est là aussi pour celles et ceux qui ne veulent pas contribuer à cette consultation mais souhaitent tout de même s’exprimer, autrement. Il est là pour agir contre cette autorisation de mise en service, aberration totale.

L’EPR de Flamanville : un fiasco industriel...

Est-il nécessaire de le rappeler ? Le projet de réacteur EPR conçu par Areva et Siemens moins de 20 ans après la catastrophe de Tchernobyl s’est avéré être un superbe raté. Non seulement il est mal conçu, mais en plus il ne représente en rien une solution aux tensions du marché de l’électricité ou aux urgences environnementales actuelles.

L’EPR de Flamanville a tout du fiasco industriel !

S’il n’y avait pas d’autres intérêts sous-jacents (politiques et commerciaux), ce projet aurait été abandonné depuis longtemps : le chantier a plus d’une décennie de retard et son coût a été multiplié par 6 (la Cour des comptes évoque 19 milliards d’euros, contre 3 milliards initialement prévus) [1]. Des pièces essentielles ont des défauts de conception (comme le socle en béton, la cuve ou le pressuriseur). Des défauts de fabrication et de montage se sont accumulés (raccords de tuyauteries ratés qui doivent être maintenues par des colliers, plus de 100 soudures sur les tuyauteries qui véhiculent de la vapeur sous haute pression mal réalisées qu’il a fallu reprendre, ...). Et c’est sans parler des choix de matériaux et d’ingénierie qui posent questions. Les autres EPR en service (deux en Chine et un en Finlande) ont tous connu des difficultés avant leur démarrage et des problèmes rapidement après (des fissures pour l’un, des fuites radioactives pour l’autre).

Retrouvez notre dossier Réacteur EPR : un fiasco monumental https://www.sortirdunucleaire.org/EPR-fiasco-monumental

L’EPR de Flamanville est déjà obsolète

Au-delà de ses spécificités technologiques, le réacteur EPR de Flamanville est déjà obsolète. Conçu il y a plus de 20 ans, dans un monde bien différent de l’actuel, c’est un moyen de production d’électricité en totale inadéquation avec notre époque. Nous vivons aujourd’hui la fin de l’abondance, à tous niveaux. Cela exige des petites installations, des réseaux locaux, des économies d’eau, de la sobriété énergétique et surtout la préservation de l’environnement. Nous assistons également à la résurgence de conflits armés sur le sol européen et à l’accumulation de montagnes de déchets. Chaque année qui passe est marquée par une augmentation de la montée des eaux et des épisodes climatiques d’une intensité extrême, comme nous n’en avons jamais connu et que l’on peut difficilement prédire. S’entêter dans ce projet et vouloir coûte que coûte (et c’est le cas de le dire !) démarrer le réacteur EPR de Flamanville est bien plus une affaire politique qu’un choix de raison. Comment garantir la sûreté d’une installation aussi mal conçue, aussi mal réalisée ? Quel danger va-t-elle représenter dans un moment subissant de si profonds et rapides bouleversements ?

EPR de Flamanville et consultation : une mascarade de plus ?

Les autorités consultent le public parce que c’est une obligation légale et parce que, comme l’a dit le président de l’ASN, "il faut que toutes les personnes qui souhaitent s’exprimer puissent le faire" [2] (sans même évoquer l’idée de les écouter). Elles le font sans présentation visuelle ni une once de pédagogie, par la biais d’un dossier de plus de 30 documents différents dont certaines données ont été effacées, plus de 10 000 pages à étudier en 10 semaines au cours de l’été... Il est donc légitime d’avoir de sérieux doutes quant au fait que ces autorités donnent vraiment les moyens au public de se faire une représentation du réacteur EPR, d’en saisir pleinement les tenants et aboutissants et de se faire sa propre idée en l’aidant à développer sa compréhension et son esprit critique.

Les réacteurs EPR, qu’ils soient ici ou ailleurs, qu’ils soient de type EPR ou EPR2, ce sera toujours non, car ce n’est pas la solution !

Retrouvez notre campagne "Nouveaux réacteurs : ni ici, ni ailleurs !" https://www.sortirdunucleaire.org/Nouveaux-reacteurs-ni-ici-ni-ailleurs



Le saviez-vous ?
Le Réseau "Sortir du nucléaire" est un véritable contre-pouvoir citoyen. Totalement indépendants de l’État, nous dépendons exclusivement du soutien de nos donateurs. C’est grâce à votre soutien financier que nous pouvons nous permettre de tout mettre en œuvre pour offrir aux générations futures l’espoir d’un avenir sans risques nucléaires. Aidez-nous à obtenir cet objectif et à nous permettre de continuer la lutte au quotidien contre cette énergie mortifère et pour promouvoir la sobriété énergétique et les alternatives renouvelables.

Faire un don


Thèmes
 EPR  EPR Flamanville