Réseau Sortir du nucléaire
Boutique Agenda Faire un donEN

Des accidents nucléaires partout

France : Nogent-sur-Seine : Deuxième erreur lors du redémarrage du réacteur 1 après visite décennale




6 septembre 2019


Le redémarrage du réacteur 1 de Nogent-sur-Seine (Aube), arrêté depuis fin avril 2019 pour contrôles et maintenances, ne se passe pas sans heurt. Deuxième incident significatif pour la sûreté déclaré en quelques jours, et comme un goût de déjà vu : un équipement important qui aurait dû être pleinement fonctionnel ne l’était pas. En l’occurrence : une des sources électrique de secours, censée prendre le relai en cas de coupure électrique, avait une vanne d’alimentation fermée. Impossible de faire fonctionner le groupe turbo-alternateur dans cet état. Donc en cas de besoin, il n’aurait pas pu prendre le relai pour alimenter les systèmes d’ultime secours qu’il est censé faire fonctionner. Cette vanne a "été malencontreusement fermée", ce qui démontre la grave méconnaissance des manœuvres et plus globalement du fonctionnement de l’installation de ceux qui sont censés s’en occuper.


C’est le deuxième incident du genre déclaré en très peu de temps par l’exploitant de la centrale de Nogent. Fin août 2019, c’était une vanne du circuit ASG [1] qui était restée fermée, empêchant le fonctionnement de la pompe de ce circuit qui permet d’apporter de l’eau aux générateurs de vapeur en cas de besoin. La disponibilité de ce circuit essentiel pour la sûreté était pourtant requise à ce stade des opérations de démarrage, mais les équipes ont oublié d’ouvrir la vanne d’admission. Personne ne s’en est rendu compte, et comme le voyant de l’alarme en salle de commande était en panne... la situation n’a été découverte qu’au bout de 2 heures. L’évènement a été classé au niveau 1 de l’échelle INES*, en raison de la prise de risque avec le refroidissement du réacteur.

Cette fois-ci c’est l’alimentation électrique de secours qui est concernée, mais dans le fond le but est toujours le même : pouvoir refroidir le cœur du réacteur et continuer à faire fonctionner certains systèmes cruciaux en cas de problème pour éviter un accident plus grave encore. Deux exemples parlant en très peu de temps : des mois d’arrêt longs et couteux, des semaines de contrôles et de vérifications d’équipements et pourtant, des oublis, des erreurs, des prises de risques et la survenue de multiples incidents. À se demander si l’exploitant n’est pas dépassé et s’il maîtrise réellement, non seulement l’état des équipements, mais aussi et surtout tous les risques que génèrent ses installations nucléaires.

Ce que dit EDF :

Non respect des spécifications techniques d’exploitation lors des opérations de redémarrage de l’unité de production n°1

Publié le 06/09/2019

L’unité de production n°1 de la centrale nucléaire EDF de Nogent-sur-Seine est en arrêt programmé pour sa visite décennale depuis le 20 avril 2019.

Le 1er septembre vers 5h00, lors des opérations de redémarrage du réacteur, un essai périodique sur le turbo alternateur de secours* est réalisé. Lors de cet essai, la fermeture inappropriée d’une vanne d’alimentation entraine l’arrêt du turbo alternateur.

Les équipes de la centrale sont intervenues afin de rétablir la disponibilité de ce matériel, et l’essai a été réalisé conformément aux procédures. Cet événement n’a eu aucune conséquence sur la sûreté et l’environnement. Il a été déclaré, le 4 septembre 2019, à l’Autorité de sûreté nucléaire (ASN), au niveau 1 sur l’échelle INES qui en compte 7 en raison de la non-disponibilité de ce système de secours lors des opérations de redémarrage du réacteur.

La préfecture de l’Aube, l’Autorité de Sûreté Nucléaire et la CLI ont été informées.

L’unité de production n°2 est en fonctionnement.

*l’alimentation électrique d’une centrale repose sur 5 sources indépendantes, le turbo alternateur de secours permet d’alimenter des systèmes d’ultime secours du réacteur en cas de perte de toutes les sources d’alimentation électrique.

https://www.edf.fr/groupe-edf/nos-energies/carte-de-nos-implantations-industrielles-en-france/centrale-nucleaire-de-nogent-sur-seine/actualites/non-respect-des-specifications-techniques-d-exploitation-lors-des-operations-de-redemarrage-de-l-unite-de-production-ndeg1-0


Ce que dit l’ASN :

Non-respect des spécifications techniques d’exploitation relatives à la disponibilité du turbo-alternateur de secours du réacteur 1 de la centrale de Nogent-sur-Seine

Publié le 10/09/2019

Centrale nucléaire de Nogent-sur-Seine - Réacteurs de 1300 MWe - EDF

Le 5 septembre 2019, l’exploitant de la centrale nucléaire de Nogent-sur-Seine a déclaré à l’ASN un événement significatif pour la sûreté relatif au non-respect des spécifications techniques d’exploitation du réacteur 1 concernant la disponibilité de son turbo-alternateur de secours.

Les réacteurs sont équipés de deux lignes électriques extérieures en provenance du réseau national et de deux groupes électrogènes de secours à moteur diesel. En cas de perte totale des alimentations électriques, y compris des groupes électrogènes de secours, le turbo-alternateur de secours (système LLS), actionné par de la vapeur, assure l’alimentation électrique des équipements minimaux de conduite, de l’éclairage d’ultime secours et de la pompe d’injection aux joints des groupes motopompes primaires.

Le 1er septembre 2019, le réacteur 1 de la centrale nucléaire de Nogent-sur-Seine était, à l’issue de son arrêt pour visite décennale, dans une phase de redémarrage requérant la disponibilité du système LLS. Au cours d’un essai périodique la vanne d’admission de vapeur du turbo-alternateur LLS a été malencontreusement fermée, ce qui a provoqué sa mise à l’arrêt. Le turbo-alternateur a alors été rendu indisponible, ce que ne permettent pas les spécifications techniques d’exploitation du réacteur.

Cet événement n’a pas eu de conséquence sur les installations, les personnes et l’environnement. Toutefois il a affecté la fonction de sûreté liée à l’alimentation électrique du réacteur. Au regard de l’indisponibilité de l’équipement concerné, cet événement a été classé au niveau 1 de l’échelle INES (échelle internationale des événements nucléaires et radiologiques graduée de 0 à 7 par ordre croissant de gravité).

Dès la découverte de l’erreur, la vanne a été refermée et l’essai périodique réalisé correctement, ce qui a permis de retrouver la disponibilité du turbo-alternateur de secours.

https://www.asn.fr/Controler/Actualites-du-controle/Avis-d-incident-des-installations-nucleaires/Non-respect-des-STE-relatives-a-la-disponibilite-du-turbo-alternateur-de-secours-du-reacteur-1

------- * INES : International nuclear and radiological event scale (Échelle internationale des événements nucléaires et radiologiques) - Description et niveaux ici - https://www.asn.fr/Lexique/I/INES


[1ASG : alimentation de secours des générateurs de vapeur. Lorsque l’alimentation normale en eau est défaillante, le système ASG permet alors d’alimenter les générateurs de vapeur pour évacuer la chaleur transmise par le circuit primaire. L’alimentation de secours peut se faire à partir d’une turbopompe ou de deux motopompes aspirant dans un réservoir de stockage d’eau déminéralisée. https://www.asn.fr/Lexique/A/ASG


La surveillance des installations nucléaires au quotidien ? C’est grâce à vos dons que nous pouvons la mener !
Pour surveiller au jour le jour les incidents dans les installations nucléaires, les décrypter et dénoncer les risques permanents qui sont trop souvent minimisés - voire cachés par les exploitants, nous mobilisons tout au long de l’année des moyens humains et techniques.
Pour continuer ce travail de lanceur d’alerte et donner, au plus proche de leur survenue, des informations sur les inquiétants dysfonctionnements d’un parc nucléaire vieillissant, nous avons besoin de votre soutien financier !

Faire un don



Installation(s)

Nogent

Nombre d'événements enregistrés dans notre base de données sur cette installation
54