Réseau Sortir du nucléaire
BoutiqueAgendaFaire un donEN

Plus que jamais, l’industrie nucléaire profite de la lutte contre le réchauffement climatique pour se présenter comme une alternative aux énergies fossiles. Ni propre, ni décarbonée, l’énergie nucléaire n’est pourtant pas une solution miracle. Avec les énergies renouvelables et les économies d’énergie, nous ne sommes plus contraints de devoir choisir entre charbon et nucléaire. Découvrez pourquoi et comment.


Que dit le GIEC sur le nucléaire dans son dernier rapport ?
Le 8 octobre 2018, le GIEC (Groupe Intergouvernemental d’Experts sur le Climat) a publié un rapport sur les solutions pour rester sous 1,5°C de réchauffement global d’ici à la fin du siècle. Pour les partisans du nucléaire, ce rapport présenterait cette technologie comme « indispensable » pour répondre (...)
Rapport d’expert : le nucléaire n’est pas une solution au changement climatique
Le 27 octobre 2015, le cabinet indépendant WISE Paris a rendu public un rapport intitulé "L’option nucléaire pour lutter contre le changement climatique : risques associés, limites et freins aux alternatives", commandé par le Réseau "Sortir du nucléaire, le Réseau Action Climat, Greenpeace, les Amis de (...)
Nucléaire : une fausse solution pour le climat

Confrontés au déclin mondial du nucléaire, les industriels du secteur et leurs relais politiques et médiatiques essaient d’imposer l’idée que cette technologie est une solution pertinente et indispensable à la lutte contre le changement climatique. Mais qu’en est-il en réalité ?

Nuclear power : a false solution to climate change
In the face of declining nuclear power generation worldwide, nuclear industry leaders and their political and media allies are suggesting that this technology is an appropriate and indispensable solution to fight climate change. But how realistic is this? Réseau Action Climat - France (RAC-F) (...)
Sécheresse et canicule : le nucléaire fait souffrir les cours d’eau

Cet été, de nombreux départements sont touchés par la sécheresse. Ces épisodes climatiques extrêmes, susceptibles de se multiplier dans les années à venir, aggravent les impacts des centrales nucléaires sur les cours d’eau. Mais pour EDF, les intérêts financiers priment sur la protection des écosystèmes aquatiques