Réseau Sortir du nucléaire
Boutique Agenda Faire un donEN

Vidéos

Spécial investigation "Nucléaire : la politique du mensonge ?"

4 mai 2015 | 1215 vues




DIFFUSION : LUNDI 4 MAI 2015 A 22H50
Une enquête de Jean-Baptiste Renaud
Production : Premières Lignes Télévision
Durée : 52 min

Depuis 40 ans, on nous répète que le nucléaire français serait « sûr », « propre » et « bon marché ». Trois « atouts » qui sont en réalité plus que contestables. Pour enquêter sur un accident nucléaire, pas besoin de voyager jusqu’à Fukushima ou Tchernobyl.. Il nous a suffi de prendre le train pour le Loir-et-Cher. Dans la centrale nucléaire de St Laurent des Eaux, deux des dix plus graves accidents nucléaires du monde se sont produits, en 1969 puis en 1980. Grâce à des documents confidentiels restés secrets pendant 35 ans, notre enquête révèle pour la première fois que suite à l’accident de 1980, EDF a sciemment rejeté du plutonium dans la Loire. Une pratique totalement illégale selon notre enquête.

En 2008, pour convaincre de la « propreté » de l’énergie nucléaire, Anne Lauvergeon, alors PDG d’Areva, affirmait que « 30 ans de déchets radioactifs français » pouvaient entrer dans « une piscine olympique ». Mais d’après notre enquête, les déchets nucléaires français, qui ne disent pas toujours leur nom, représenteraient en fait 183 piscines olympiques ! A Bessines dans le Limousin comme à Tricastin dans la Drôme, ce sont ainsi des centaines de milliers de tonnes d’uranium appauvri appartenant à Areva qui sont stockées depuis des dizaines d’années, sans perspective d’utilisation prochaine. Interrogée, Areva reconnait que ces matières « recyclables » ne sont effectivement pas « recyclées ».

Quant à une électricité nucléaire « pas chère », c’est aussi un mythe. Auditionné à l’Assemblée nationale en mai 2014, Henri Proglio, alors patron d’EDF, reconnaissait que l’ensemble des travaux de modernisation des réacteurs nucléaires français s’élèveraient à 55 milliards d’euros. D’après notre enquête, ce sera en réalité 110 milliards d’euros. Un coût astronomique et lourd de conséquences : en 5 ans, le prix de l’électricité a déjà augmenté de 20%....

En savoir plus : https://www.canalplus.fr/c-infos-documentaires/pid3357-c-special-investigation.html?vid=1260160

DIFFUSION : LUNDI 4 MAI 2015 A 22H50
Une enquête de Jean-Baptiste Renaud
Production : Premières Lignes Télévision
Durée : 52 min

Depuis 40 ans, on nous répète que le nucléaire français serait « sûr », « propre » et « bon marché ». Trois « atouts » qui sont en réalité plus que contestables. Pour enquêter sur un accident nucléaire, pas besoin de voyager jusqu’à Fukushima ou Tchernobyl.. Il nous a suffi de prendre le train pour le Loir-et-Cher. Dans la centrale nucléaire de St Laurent des Eaux, deux des dix plus graves accidents nucléaires du monde se sont produits, en 1969 puis en 1980. Grâce à des documents confidentiels restés secrets pendant 35 ans, notre enquête révèle pour la première fois que suite à l’accident de 1980, EDF a sciemment rejeté du plutonium dans la Loire. Une pratique totalement illégale selon notre enquête.

En 2008, pour convaincre de la « propreté » de l’énergie nucléaire, Anne Lauvergeon, alors PDG d’Areva, affirmait que « 30 ans de déchets radioactifs français » pouvaient entrer dans « une piscine olympique ». Mais d’après notre enquête, les déchets nucléaires français, qui ne disent pas toujours leur nom, représenteraient en fait 183 piscines olympiques ! A Bessines dans le Limousin comme à Tricastin dans la Drôme, ce sont ainsi des centaines de milliers de tonnes d’uranium appauvri appartenant à Areva qui sont stockées depuis des dizaines d’années, sans perspective d’utilisation prochaine. Interrogée, Areva reconnait que ces matières « recyclables » ne sont effectivement pas « recyclées ».

Quant à une électricité nucléaire « pas chère », c’est aussi un mythe. Auditionné à l’Assemblée nationale en mai 2014, Henri Proglio, alors patron d’EDF, reconnaissait que l’ensemble des travaux de modernisation des réacteurs nucléaires français s’élèveraient à 55 milliards d’euros. D’après notre enquête, ce sera en réalité 110 milliards d’euros. Un coût astronomique et lourd de conséquences : en 5 ans, le prix de l’électricité a déjà augmenté de 20%....

En savoir plus : https://www.canalplus.fr/c-infos-documentaires/pid3357-c-special-investigation.html?vid=1260160



Le saviez-vous ?
Le Réseau "Sortir du nucléaire" est un véritable contre-pouvoir citoyen. Totalement indépendants de l’État, nous dépendons exclusivement du soutien de nos donateurs. C’est grâce à votre soutien financier que nous pouvons nous permettre de tout mettre en œuvre pour offrir aux générations futures l’espoir d’un avenir sans risques nucléaires. Aidez-nous à obtenir cet objectif et à nous permettre de continuer la lutte au quotidien contre cette énergie mortifère et pour promouvoir la sobriété énergétique et les alternatives renouvelables.

Faire un don


Thèmes
Risque nucléaire Lobby nucléaire Saint-Laurent