Réseau Sortir du nucléaire
Boutique Agenda Faire un donEN

Raison n°6 : les droits humains

L’exploitation du nucléaire a conduit dans l’histoire à de nombreuses atteintes aux droits humains des populations civiles. Aujourd’hui encore le nucléaire s’impose par la force dans le cas de nombreux projets alors même que ceux qui s’y opposent sont parfois traqués au mépris des libertés les plus élémentaires.


Répression des militants à l’étranger comme en France




Partout où l’industrie nucléaire est présente et où les peuples luttent contre son implantation la répression sévit. Ainsi lors du Forum antinucléaire qui s’est tenu à Paris en 2017, plusieurs témoins ont fait part de la répression dont ils sont victimes dans leur pays :

https://www.youtube.com/watch?v=z8dri27t8fI

Quelques exemples en Afrique

En 2008 le Réseau "Sortir du nucléaire" accusait les autorités françaises de ne pas agir en faveur de Mousssa Kaka, journaliste Radio France Internationale (RFI) afin de protéger les intérêts d’Areva au Niger. Son "crime" ? Avoir exercé son métier en prenant contact avec le Mouvement des Nigériens pour la Justice (MNJ) qui remet en cause les pratiques du pouvoir nigérien et de la multinationale française concernant l’exploitation des mines d’uranium du Niger.

http://www.sortirdunucleaire.org/Le-journaliste-Moussa-Kaka-est-en

Puis c’est au Congo, en 2009, que Golden Misabiko, président de l’Association africaine de défense des droits de l’Homme (Asadho), a été arrêté par l’Agence nationale de renseignements (ANR) après avoir publié un rapport révélant que l’exploitation de la mine d’uranium de Shinkolobwe au Katanga était illégale et "dangereuse pour la santé publique", et dénonçant "le rôle joué par certaines institutions étatiques" dans l’exploitation de la mine. Le Réseau “Sortir du nucléaire“ avait alors demandé sa libération : http://www.sortirdunucleaire.org/URGENT-Demandez-la-liberation

Et en France, quelle répression ?

La répression des militants antinucléaires est forte, notamment autour du projet d’implantation de Cigéo à Bure dans la Meuse. On vous a sélectionné quelques articles et vidéos marquantes sur le sujet mais il y en a beaucoup d’autres à découvrir sur notre site ou sur la toile de manière générale…

Le rapport de la Ligue des droits de l’homme qui épingle la France pour la gestion de cette situation :

https://www.ldh-france.org/rapport-sur-les-evenements-survenus-a-bure-et-sur-leur-traitement-judiciaire/

Le blog Mediapart des opposant.es au projet d’enfouissement de déchets nucléaires à Bure https://blogs.mediapart.fr/stopcigeo-bure ainsi que les témoignages de plusieurs “malfaiteurs“ sur le site lundi matin https://lundi.am/Bure-Paroles-de-malfaiteurs ou encore celui de Robin, militant amputé suite à la violence de la répression des manifestations contre la poubelle nucléaire https://www.facebook.com/watch/?v=10154723476286587 vous donneront un bon aperçu de la répression et de ses conséquences sur les militants, leur vie personnelle et parfois même sur leur santé.

Sur la vague d’arrestation de 2018 et les suites vous pouvez lire cet article dans Basta Mag :

https://www.bastamag.net/Une-nouvelle-vague-d-arrestations-vise-les-militants-anti-nucleaire

ou si vous préférez vous informer en vidéo ce débat sur Mediapart :

https://www.sortirdunucleaire.org/Debat-Mediapart-Bure-evacue-et-apres

Loin de toucher exclusivement le milieu antinucléaire la répression du mouvement écolo est assez générale en France, comme l’a récemment constater la Coalition pour les libertés associatives :

https://reporterre.net/Poursuites-judiciaires-intimidations-le-gouvernement-harcele-les-associations-ecolos

Partout où l’industrie nucléaire est présente et où les peuples luttent contre son implantation la répression sévit. Ainsi lors du Forum antinucléaire qui s’est tenu à Paris en 2017, plusieurs témoins ont fait part de la répression dont ils sont victimes dans leur pays :

https://www.youtube.com/watch?v=z8dri27t8fI

Quelques exemples en Afrique

En 2008 le Réseau "Sortir du nucléaire" accusait les autorités françaises de ne pas agir en faveur de Mousssa Kaka, journaliste Radio France Internationale (RFI) afin de protéger les intérêts d’Areva au Niger. Son "crime" ? Avoir exercé son métier en prenant contact avec le Mouvement des Nigériens pour la Justice (MNJ) qui remet en cause les pratiques du pouvoir nigérien et de la multinationale française concernant l’exploitation des mines d’uranium du Niger.

http://www.sortirdunucleaire.org/Le-journaliste-Moussa-Kaka-est-en

Puis c’est au Congo, en 2009, que Golden Misabiko, président de l’Association africaine de défense des droits de l’Homme (Asadho), a été arrêté par l’Agence nationale de renseignements (ANR) après avoir publié un rapport révélant que l’exploitation de la mine d’uranium de Shinkolobwe au Katanga était illégale et "dangereuse pour la santé publique", et dénonçant "le rôle joué par certaines institutions étatiques" dans l’exploitation de la mine. Le Réseau “Sortir du nucléaire“ avait alors demandé sa libération : http://www.sortirdunucleaire.org/URGENT-Demandez-la-liberation

Et en France, quelle répression ?

La répression des militants antinucléaires est forte, notamment autour du projet d’implantation de Cigéo à Bure dans la Meuse. On vous a sélectionné quelques articles et vidéos marquantes sur le sujet mais il y en a beaucoup d’autres à découvrir sur notre site ou sur la toile de manière générale…

Le rapport de la Ligue des droits de l’homme qui épingle la France pour la gestion de cette situation :

https://www.ldh-france.org/rapport-sur-les-evenements-survenus-a-bure-et-sur-leur-traitement-judiciaire/

Le blog Mediapart des opposant.es au projet d’enfouissement de déchets nucléaires à Bure https://blogs.mediapart.fr/stopcigeo-bure ainsi que les témoignages de plusieurs “malfaiteurs“ sur le site lundi matin https://lundi.am/Bure-Paroles-de-malfaiteurs ou encore celui de Robin, militant amputé suite à la violence de la répression des manifestations contre la poubelle nucléaire https://www.facebook.com/watch/?v=10154723476286587 vous donneront un bon aperçu de la répression et de ses conséquences sur les militants, leur vie personnelle et parfois même sur leur santé.

Sur la vague d’arrestation de 2018 et les suites vous pouvez lire cet article dans Basta Mag :

https://www.bastamag.net/Une-nouvelle-vague-d-arrestations-vise-les-militants-anti-nucleaire

ou si vous préférez vous informer en vidéo ce débat sur Mediapart :

https://www.sortirdunucleaire.org/Debat-Mediapart-Bure-evacue-et-apres

Loin de toucher exclusivement le milieu antinucléaire la répression du mouvement écolo est assez générale en France, comme l’a récemment constater la Coalition pour les libertés associatives :

https://reporterre.net/Poursuites-judiciaires-intimidations-le-gouvernement-harcele-les-associations-ecolos



Le saviez-vous ?
Le Réseau "Sortir du nucléaire" est un véritable contre-pouvoir citoyen. Totalement indépendants de l’État, nous dépendons exclusivement du soutien de nos donateurs. C’est grâce à votre soutien financier que nous pouvons nous permettre de tout mettre en œuvre pour offrir aux générations futures l’espoir d’un avenir sans risques nucléaires. Aidez-nous à obtenir cet objectif et à nous permettre de continuer la lutte au quotidien contre cette énergie mortifère et pour promouvoir la sobriété énergétique et les alternatives renouvelables.

Faire un don


Matériel militant

Affiche "Tableau périodique Antinucléaire"


Lot de 9 cartes postales "8 bonnes raisons"