Réseau Sortir du nucléaire
Boutique Agenda Faire un donEN

Vidéos

Hiroshima / Nagazaki : Images du désastre

17 août 2012 | 567 vues




Documentaire France culture diffusé le 17 août 2012
Les Grandes traversées / Pourquoi Fukushima ?
https://www.franceculture.fr/emission-les-grandes-traversees-pourquoi-fukushima-doc



Le 6 et 9 août 1945 le Japon fut le théâtre grandeur nature de deux tests nucléaires menés par les américains : une bombe à l’uranium larguée au dessus d’Hiroshima et une bombe au plutonium au dessus de Nagasaki. Mais ça, il fallut des années pour que la population le comprennent. Avant les explications, il y eut des photos. Des traces de la nuit en plein jour : terre ravagée, murs soufflés, poutres tordues, corps calcinés. Yosuke Yamahata fut le premier photographe à entrer dans Nagasaki le 10 août 1945. Il avait 28 ans. Il mourut en 1966 d’un cancer, victime lui aussi des radiations… Son fils raconte l’épopée paternelle comme photographe de l’armée japonaise.

Tomatsu Somei, lui, vint à Nagasaki beaucoup plus tard, en 1961, et choisit de photographier des objets fondus. Dernières traces du bombardement.

Quant au cinéaste Susumi Hani, il réalise en 1982 Prophecy, un documentaire qui utilise des images tournées par les américains des semaines après les deux bombardements. On y voit des médecins étudier les effets des radiations sur le corps des victimes japonaises…

Le 6 et 9 août 1945 le Japon fut le théâtre grandeur nature de deux tests nucléaires menés par les américains : une bombe à l’uranium larguée au dessus d’Hiroshima et une bombe au plutonium au dessus de Nagasaki. Mais ça, il fallut des années pour que la population le comprennent. Avant les explications, il y eut des photos. Des traces de la nuit en plein jour : terre ravagée, murs soufflés, poutres tordues, corps calcinés. Yosuke Yamahata fut le premier photographe à entrer dans Nagasaki le 10 août 1945. Il avait 28 ans. Il mourut en 1966 d’un cancer, victime lui aussi des radiations… Son fils raconte l’épopée paternelle comme photographe de l’armée japonaise.

Tomatsu Somei, lui, vint à Nagasaki beaucoup plus tard, en 1961, et choisit de photographier des objets fondus. Dernières traces du bombardement.

Quant au cinéaste Susumi Hani, il réalise en 1982 Prophecy, un documentaire qui utilise des images tournées par les américains des semaines après les deux bombardements. On y voit des médecins étudier les effets des radiations sur le corps des victimes japonaises…



Le saviez-vous ?
Le Réseau "Sortir du nucléaire" est un véritable contre-pouvoir citoyen. Totalement indépendants de l’État, nous dépendons exclusivement du soutien de nos donateurs. C’est grâce à votre soutien financier que nous pouvons nous permettre de tout mettre en œuvre pour offrir aux générations futures l’espoir d’un avenir sans risques nucléaires. Aidez-nous à obtenir cet objectif et à nous permettre de continuer la lutte au quotidien contre cette énergie mortifère et pour promouvoir la sobriété énergétique et les alternatives renouvelables.

Faire un don


Thèmes
Nucléaire militaire