Réseau Sortir du nucléaire
Boutique Agenda Faire un donEN

Des accidents nucléaires partout

France : Saint-Alban : Un équipement hors service depuis un an, EDF tente de minimiser




31 juillet 2020


À la centrale nucléaire de Saint-Alban (Rhône-Alpes), une modification faite il y a plus d’un an a mis hors d’usage la turbine à combustion qui sert à fournir de l’électricité au réacteur en cas de problème. EDF ne s’est aperçue de rien et a minimisé le niveau de gravité de l’incident en le déclarant à l’Autorité de sûreté nucléaire. L’évènement, significatif pour la sûreté, a été reclassé le 30 juillet 2020 au niveau 1 de l’échelle INES*.


"Processus d’assurance de la qualité de la modification insuffisant" dira finalement EDF. Une autre manière de dire que la qualité des modifications de matériels n’est pas au rendez-vous. Un nouvel incident qui démontre le manque de surveillance et de vérifications des opérations, ce qui a terme conduit l’exploitant nucléaire à ne pas connaître l’état de ses équipements, y compris de ceux qui sont le plus importants. Car si un réacteur nucléaire a plusieurs sources électriques de secours, ce n’est pas pour rien. C’est qu’il ne doit jamais être privé d’électricité pour que son refroidissement puisse être assuré, sous peine d’exploser. Des précautions sont prises en multipliant les sources électriques de secours, mais elles ne résoudront rien si les équipements ne sont pas en état de marche. Mais encore faut-il que l’exploitant s’en rende compte. Prises de risques multipliées par la négligence d’EDF dans la gestion de ses installations.

Ce que dit EDF :

Indisponibilité de la turbine à combustion (TAC)

Publié le 31/07/2020

Le 16 juillet 2019, des modifications sont réalisées sur un barillet d’un tableau électrique qui permet le branchement de la TAC. La TAC est une alimentation électrique supplémentaire pouvant être utilisée sur le site par les deux unités de production, en cas de défaillance des quatre autres alimentations électriques internes et externes. Ces modifications étaient nécessaires dans le cadre de la mise en service future des Diesels d’Ultime Secours (DUS), qui constituent une sixième alimentation électrique de secours.

Le 26 juin 2020, dans le cadre des essais effectués pour la mise en exploitation industrielle des DUS, les équipes constatent alors la difficulté d’utiliser ce même tableau électrique, du fait de la présence de ce barillet, et par voie de conséquence l’indisponibilité de la TAC. Dès détection de ce dysfonctionnement, lié au processus d’élaboration des modifications, les équipes procèdent immédiatement à sa remise en conformité.

Cet événement n’a eu aucune conséquence réelle sur la sûreté des installations car toutes les alimentations électriques internes et externes étaient disponibles. Une seule est suffisante pour garantir le fonctionnement des matériels de sûreté.

La direction de la centrale a déclaré cet événement, le 29 juin 2020, à l’Autorité de sûreté nucléaire, au niveau 0 de l’échelle INES qui en compte 7. Le 30 juillet 2020, après échanges avec l’ASN, la direction de la centrale a décidé de reclasser cet événement au niveau 1 de l’échelle INES pour tenir compte d’un processus d’assurance de la qualité de la modification insuffisant.

https://www.edf.fr/groupe-edf/nos-energies/carte-de-nos-implantations-industrielles-en-france/centrale-nucleaire-de-saint-alban/actualites/indisponibilite-de-la-turbine-a-combustion-tac


Ce que dit l’ASN :

Indisponibilité prolongée de la turbine à combustion du site - Réacteurs 1 et 2

Publié le 04/08/2020

Centrale nucléaire de Saint-Alban / Saint-Maurice - Réacteurs de 1300 MWe - EDF

L’exploitant de la centrale nucléaire de Saint-Alban/Saint-Maurice a déclaré le 15 juillet 2020 à l’Autorité de sûreté nucléaire (ASN) un événement significatif pour la sûreté portant sur la détection tardive de l’indisponibilité de la turbine à combustion (TAC) du site.

Cet événement a été mis en évidence le 26 juin 2020 au cours d’essais de connexion des diesels d’ultime secours (DUS) aux réacteurs 1 et 2.

Chaque réacteur à eau sous pression exploité par EDF est équipé de deux groupes électrogènes de secours à moteur diesel qui assurent de façon redondante l’alimentation électrique de certains systèmes de sûreté en cas de défaillance des alimentations électriques externes du site. La TAC peut être connectée aux tableaux d’alimentation électriques des réacteurs, en substitution de l’un des moteurs diesel du réacteur 1 ou 2, pour pallier une indisponibilité de ces derniers ou pendant une opération de maintenance.

En outre et à la suite de l’accident de la centrale nucléaire de Fukushima Daiichi, un troisième groupe électrogène de secours, plus résistant aux agressions externes, a été installé sur chaque réacteur : il s’agit du diesel d’ultime secours (DUS).

Dans le cadre des travaux de mise en place des DUS, EDF a modifié, en juillet 2019, les tableaux électriques des deux réacteurs, et notamment les cellules électriques d’arrivée de la TAC sur ces tableaux. Une spécificité des cellules électriques du site n’a pas été prise en compte à la conception et la modification a conduit à rendre impossible la connexion de la TAC, sans que les essais réalisés à l’issue de la modification ne permettent de le détecter.

L’indisponibilité de la TAC n’a été mise en évidence que le 26 juin 2020, lors des essais complets de fonctionnement des DUS, qui nécessitent de connecter ces cellules électriques.

La TAC n’ayant jamais été sollicitée, cette indisponibilité n’a pas eu de conséquence directe sur les installations, sur le personnel ou sur l’environnement.

Toutefois, compte tenu du défaut de conception d’une modification ayant conduit à l’indisponibilité prolongée de la TAC, cet événement a été classé au niveau 1 de l’échelle INES.

https://www.asn.fr/Controler/Actualites-du-controle/Avis-d-incident-des-installations-nucleaires/Indisponibilite-prolongee-de-la-turbine-a-combustion-du-site-Reacteurs-1-et-2


* INES : International nuclear and radiological event scale (Échelle internationale des événements nucléaires et radiologiques) - Description et niveaux ici - https://www.asn.fr/Lexique/I/INES


La surveillance des installations nucléaires au quotidien ? C’est grâce à vos dons que nous pouvons la mener !
Pour surveiller au jour le jour les incidents dans les installations nucléaires, les décrypter et dénoncer les risques permanents qui sont trop souvent minimisés - voire cachés par les exploitants, nous mobilisons tout au long de l’année des moyens humains et techniques.
Pour continuer ce travail de lanceur d’alerte et donner, au plus proche de leur survenue, des informations sur les inquiétants dysfonctionnements d’un parc nucléaire vieillissant, nous avons besoin de votre soutien financier !

Faire un don



Installation(s)

Saint-Alban

Nombre d'événements enregistrés dans notre base de données sur cette installation
63