Faire un don

Des accidents nucléaires partout

France : Nogent : Porte ouverte sur le réacteur 1

La surveillance des installations en question




5 septembre 2023


À Nogent-sur-Seine (Grand Est), une porte est restée ouverte plus d’un mois avant que EDF ne s’en rende compte. Elle donne accès à l’espace situé entre les deux murs de béton qui entourent le cœur du réacteur 1. Un incident qui questionne la fréquence des rondes et plus largement la suffisance de la surveillance de l’installation.


Crédit photo : André Paris

Si les réacteurs nucléaires sont entourés de murs de béton, c’est pour contenir une explosion et limiter les rejets radioactifs à l’extérieur en cas d’accident. Pour assurer le confinement de la radioactivité à l’intérieur du bâtiment, il faut que tous les accès soient correctement fermés. Mais même lorsqu’il n’y a pas accident, des radioéléments sont présents dans le bâtiment réacteur. D’où le fait que l’accès à ces zones nucléaires soit contrôlé : n’importe qui ne peut pas y accéder, des dispositifs de protection individuels doivent être portés, il faut passer par des vestiaires et des portiques de détection de radioactivité. Le confinement du bâtiment doit être permanent et les entrées et sorties doivent être contrôlées.

À Nogent, le réacteur est dans une enceinte de béton constituée d’une double paroi. L’espace entre ces deux murs est accessible, et il peut être traversé grâce à deux sas. Pour assurer le confinement de la radioactivité dans le bâtiment et de la bonne résistance à la pression en cas d’explosion, les portes des sas doivent être doivent être hermétiquement fermées et verrouillées.

Le 30 août 2023, alors que le réacteur 1 fonctionnait, deux intervenants font leur ronde dans l’espace entre les deux murs en béton de l’enceinte. Et trouvent une porte ouverte. Pas grande ouverte, mais mal fermée. EDF ne le dit pas dans son communiqué d’incident, mais le dernier passage par cette porte remontait au 24 juillet. La porte a été mal fermée à ce moment là et est restée en l’état plus d’un mois.

Outre la question du pourquoi de cette non-fermeture (oubli, précipitation, laxisme ?), outre le non respect des règles qui imposent un parfait confinement du réacteur nucléaire, c’est la fréquence des rondes et la surveillance des installations qui est mise en question par cet incident. Qu’une porte, qui assure le confinement de la radioactivité et participe à la résistance de l’enceinte du réacteur en cas d’explosion reste mal fermée plus d’un mois sans que l’exploitant ne le sache démontre que EDF ne maîtrise pas si bien que ça ni l’état de ses équipement ni les risques induits par ses activités.

Ce que dit EDF :

Non-respect des spécifications techniques d’exploitation

Publié le 05/09/2023

L’enceinte de confinement d’un réacteur est constituée d’une double paroi (interne et externe). Lorsque le réacteur est en fonctionnement, l’espace entre les deux parois est en dépression. Pour accéder à cet espace inter-enceinte, les intervenants peuvent emprunter deux sas équipés de portes étanches, dont l’ouverture et la fermeture sont régies par les Spécifications Techniques d’Exploitation (STE) et liées à la configuration dans laquelle se trouve le réacteur.

Le 30 août 2023, l’unité de production n°1 est en fonctionnement. Des intervenants entrent dans l’espace inter-enceinte suite au déclenchement de détecteurs incendie dans cette zone. Lors de leur ronde, ils détectent que la porte intérieure de l’un des sas est fermée mais non-verrouillée. La porte extérieure du même sas est toujours restée fermée et verrouillée. Dans la configuration dans laquelle se trouve le réacteur, les deux portes du sas doivent être fermées et verrouillées. L’équipe verrouille immédiatement la porte.

Cet événement n’a pas eu de conséquence réelle sur la sûreté, ni d’impact sur la sécurité des intervenants. Toutefois, en raison du non-respect d’une spécification technique d’exploitation, il a été déclaré, le 1er septembre 2023, à l’Autorité de sûreté nucléaire comme événement significatif pour la sûreté au niveau 1 de l’échelle INES, qui en compte 7.

https://www.edf.fr/la-centrale-nucleaire-de-nogent-sur-seine/les-actualites-de-la-centrale-nucleaire-de-nogent/non-respect-des-specifications-techniques-dexploitation-0


Ce que dit l’ASN :

Non-respect des spécifications techniques d’exploitation

Publié le 11/09/2023

Centrale nucléaire de Nogent-sur-Seine Réacteurs de 1300 MWe - EDF

Le 4 septembre 2023, l’exploitant de la centrale nucléaire de Nogent-sur-Seine a déclaré à l’Autorité de Sûreté Nucléaire (ASN) un évènement significatif pour la sûreté lié au non-respect des spécifications techniques d’exploitation du réacteur 1, en raison de l’absence de fermeture de la porte intérieure d’un sas de l’espace inter-enceinte du bâtiment qui abrite le réacteur.

L’enceinte de confinement du réacteur, dite « bâtiment réacteur », est un bâtiment en béton à l’intérieur duquel se trouvent le cœur du réacteur et le circuit primaire. Elle est destinée, lors d’une situation d’accident, à retenir les substances radioactives qui seraient libérées en cas de rupture du circuit primaire. Pour les réacteurs de Nogent-sur-Seine, cette enceinte est constituée d’une double paroi (interne et externe). Pour accéder à l’espace entre les deux parois (appelé espace inter-enceinte), les intervenants peuvent emprunter deux sas constitués chacun de deux portes étanches, dont l’ouverture et la fermeture sont régies par les spécifications techniques d’exploitation (STE), dépendant de la configuration dans laquelle se trouve le réacteur.

Le 30 août 2023, des intervenants sont entrés dans l’espace inter-enceinte du réacteur 1 en fonctionnement. Lors de leur ronde, ils détectent que la porte intérieure de l’un des deux sas est fermée mais non verrouillée, alors que les STE prescrivent, dans cette configuration du réacteur, que les deux portes des sas doivent être fermées et verrouillées.

Après analyse, l’exploitant a conclu que cette porte n’avait pas été correctement verrouillée lors de sa dernière manipulation le 24 juillet 2023. Depuis cette date, la porte extérieure du sas était restée fermée et verrouillée, ce qui a permis de maintenir l’étanchéité du bâtiment réacteur et le confinement des substances radioactives.

Cet événement n’a pas eu de conséquence sur les installations, les personnes et l’environnement. Toutefois, compte tenu du non-respect des STE, il a été classé au niveau 1 de l’échelle INES (échelle internationale des événements nucléaires et radiologiques, graduée de 0 à 7 par ordre croissant de gravité).

Dès la détection de l’écart, l’exploitant a procédé au verrouillage de la porte intérieure du sas concerné de l’espace inter-enceinte.

https://www.asn.fr/l-asn-controle/actualites-du-controle/installations-nucleaires/avis-d-incident-des-installations-nucleaires/non-respect-des-specifications-techniques-d-exploitation77


La surveillance des installations nucléaires au quotidien ? C’est grâce à vos dons que nous pouvons la mener !
Pour surveiller au jour le jour les incidents dans les installations nucléaires, les décrypter et dénoncer les risques permanents qui sont trop souvent minimisés - voire cachés par les exploitants, nous mobilisons tout au long de l’année des moyens humains et techniques.
Pour continuer ce travail de lanceur d’alerte et donner, au plus proche de leur survenue, des informations sur les inquiétants dysfonctionnements d’un parc nucléaire vieillissant, nous avons besoin de votre soutien financier !

Faire un don



Installation(s) concernée(s)

Nogent

Nombre d'événements enregistrés dans notre base de données sur cette installation
93