Faire un don

Des accidents nucléaires partout

France : Gravelines : Quand EDF cumule les erreurs de conduite

La chaotique montée en puissance du réacteur 1




22 décembre 2023


Le 18 décembre 2023, le réacteur 1 de la centrale nucléaire de Gravelines (Nord) redémarre. La montée en puissance, moment particulièrement délicat, ne se fera pas sans heurts : EDF a cumulé les erreurs et les équipes en salle de commande n’ont pas réagit aux alarmes.


Crédit photo : André Paris

La conduite d’un réacteur nucléaire est particulièrement délicate lorsque la puissance de la réaction nucléaire en cours dans la cuve n’est pas stable, dans les phases d’arrêt et de démarrage par exemple. Les équipes de conduite doivent être particulièrement aux aguets. Ce qui n’a pas été le cas à Gravelines, lors du redémarrage du réacteur 1.

Le 18 décembre, le redémarrage du réacteur était en cours. EDF devait rajouter de l’eau dans le circuit primaire [1], l’eau dans laquelle baigne le combustible nucléaire. En effet, l’eau du circuit primaire contient du bore [2], une substance qui absorbe les neutrons et donc étouffe la réaction nucléaire. Il était donc nécessaire de diluer ce bore, et pour ce faire, de rajouter de l’eau dans le circuit. Mais - on ne sait pas pourquoi - EDF en a mis trop. Cette arrivée massive d’eau dans la cuve du réacteur a déclenché un mécanisme de régulation de la température et des barres de commandes sont descendues dans le cœur du réacteur. Mais elles étaient mal positionnées, insérées trop bas, plus bas que la limite minimale autorisée - et là non plus on ne sait pas pourquoi. Des alarmes ont alors retenti en salle de commande pour signaler le dépassement de cette limite. Des alarmes auxquelles les équipes de conduite n’ont pas réagit. En tout cas pas dans les délais requis.

Ce n’est qu’au bout de 10 minutes que les opérateurs de conduite se saisiront de cette alerte. Ils ont alors engagé différentes manœuvres permettant de ramener le réacteur nucléaire dans une configuration conforme aux règles régissant son fonctionnement. Les faits ont été déclaré par EDF à l’Autorité de sûreté nucléaire (ASN) le 20 décembre 2023 comme étant significatifs pour la sûreté [3] [4]. Par ses multiples erreurs de conduite, au moment crucial d’un redémarrage, et par la lenteur de réaction de ses équipes, EDF a montré des difficultés à effectuer correctement des opérations pourtant classiques. Des difficultés de pilotage qui ne devraient pas arriver si l’exploitant nucléaire avait la rigueur et les compétences nécessaires à son activité. EDF le dit lui-même dans son communiqué : les lignes de défense - les dispositifs de protection censés empêcher la survenue des accidents - ont été impactées.

Ce que dit EDF :

Déclaration d’un événement significatif de niveau 1 suite à l’insertion des grappes de régulation de la température du réacteur sous la limite autorisée

Publié le 22/12/2023

Le 18 décembre 2023, l’unité de production n°1 est phase de redémarrage suite à sa visite partielle.

Dans le cadre de la montée en puissance du réacteur, une dilution de la concentration de bore dans le circuit primaire est engagée par un appoint en eau.

De par le volume trop important de cet appoint, et la non prise en compte d’alarmes dans les délais requis, les grappes de régulation de la température du réacteur se sont insérées automatiquement jusqu’à dépasser la limite d’insertion autorisée par les spécifications techniques d’exploitation.

Cette situation constitue un écart aux spécifications techniques d’exploitation dont la conduite à tenir a été respectée par la borication du circuit primaire, permettant de revenir à une situation conforme.

Cet écart aux spécifications techniques d’exploitation n’a pas eu de conséquence sur l’installation, les personnes et l’environnement. Néanmoins, en raison des lignes de défense impactées dans la gestion de cet événement, la direction du site a décidé de le déclarer comme événement significatif de sûreté au niveau 1 de l’échelle INES, graduée de 1 à 7.

https://www.edf.fr/la-centrale-nucleaire-de-gravelines/les-actualites-de-la-centrale-nucleaire-de-gravelines/declaration-dun-evenement-significatif-de-niveau-1-suite-a-linsertion-des-grappes-de-regulation-de-la-temperature-du-reacteur-sous-la-limite-autorisee


Ce que dit l’ASN :

Non-respect de la limite très basse d’insertion des grappes de régulation de la température du réacteur 1

Publié le 29/12/2023

Centrale nucléaire de Gravelines Réacteurs de 900 MWe - EDF

Le 20 décembre 2023, EDF a déclaré à l’Autorité de sûreté nucléaire (ASN) un événement significatif pour la sûreté relatif à un positionnement des grappes de régulation de température au-delà de la limite d’insertion fixée par les règles générales d’exploitation (RGE) sur le réacteur 1, consécutif à la réalisation d’appoints en eau du circuit primaire.

Les RGE sont un recueil de règles approuvées par l’ASN qui définissent le domaine autorisé de fonctionnement de l’installation et les prescriptions de conduite associées.

Le contrôle des différents paramètres physiques de la réaction nucléaire dans le cœur s’effectue par la combinaison des effets d’absorption neutronique du bore contenu dans l’eau du circuit primaire et de mouvements de groupes de grappes de régulation de puissance et de température. Des grappes d’arrêt sont également utilisées uniquement pour stopper la réaction en chaîne dans le réacteur.

Le 18 décembre 2023, afin d’engager une montée en puissance du réacteur, plusieurs appoints en eau sont réalisés pour diminuer la concentration en bore dans le circuit primaire. Un appoint en eau trop important a provoqué l’insertion automatique des grappes de régulation de température, au-delà de la limite basse autorisée par les RGE. Dans le même temps, l’alarme associée à cette limite basse est apparue en salle de commande mais n’a pas fait l’objet d’un traitement dans les délais requis par l’équipe de conduite. Dix minutes après son apparition et en application des consignes de la fiche d’alarme, l’équipe de conduite a finalement lancé les opérations de pilotage nécessaires pour revenir à une situation conforme aux RGE.

Cet événement n’a pas eu de conséquence sur les installations, les personnes et l’environnement. Compte-tenu d’erreurs de conduite multiples, il a été classé au niveau 1 de l’échelle INES (échelle internationale des événements nucléaires et radiologiques, graduée de 0 à 7 par ordre croissant de gravité).

https://www.asn.fr/l-asn-controle/actualites-du-controle/installations-nucleaires/avis-d-incident-des-installations-nucleaires/non-respect-de-la-limite-tres-basse-d-insertion-des-grappes-de-regulation-de-la-temperature


[1Le circuit primaire est un circuit fermé, contenant de l’eau sous pression. Cette eau s’échauffe dans la cuve du réacteur au contact des éléments combustibles. Dans les générateurs de vapeur, elle cède la chaleur acquise à l’eau du circuit secondaire pour produire la vapeur destinée à entraîner le groupe turboalternateur. Le circuit primaire permet de refroidir le combustible contenu dans la cuve du réacteur en cédant sa chaleur par l’intermédiaire des générateurs de vapeur lorsqu’il produit de l’électricité ou par l’intermédiaire du circuit de refroidissement à l’arrêt lorsqu’il est en cours de redémarrage après rechargement en combustible. La température du circuit primaire principal est encadrée par des limites afin de garantir le maintien dans un état sûr des installations en cas d’accident. https://www.asn.fr/Lexique/C/Circuit-primaire

[2Le bore, présent dans l’eau du circuit primaire sous forme d’acide borique dissous, permet de modérer, par sa capacité à absorber les neutrons, la réaction en chaîne. La concentration en bore est ajustée pendant le cycle en fonction de l’épuisement progressif du combustible en matériau fissile. https://www.asn.fr/lexique/b/Bore

[3Événements significatifs : incidents ou accidents présentant une importance particulière en matière, notamment, de conséquences réelles ou potentielles sur les travailleurs, le public, les patients ou l’environnement. https://www.asn.fr/Lexique/E/Evenement-significatif En dessous des évènements significatifs, il y a les évènements dits « intéressants », et encore en dessous les « signaux faibles ». Un évènement catégorisé « significatif » est donc déjà « en haut de l’échelle » d’importance des évènements

[4La sûreté nucléaire est l’ensemble des dispositions techniques et des mesures d’organisation relatives à la conception, à la construction, au fonctionnement, à l’arrêt et au démantèlement des installations nucléaires de base, ainsi qu’au transport des substances radioactives, prises en vue de prévenir les accidents ou d’en limiter les effets. https://www.asn.fr/Lexique/S/Surete-nucleaire


La surveillance des installations nucléaires au quotidien ? C’est grâce à vos dons que nous pouvons la mener !
Pour surveiller au jour le jour les incidents dans les installations nucléaires, les décrypter et dénoncer les risques permanents qui sont trop souvent minimisés - voire cachés par les exploitants, nous mobilisons tout au long de l’année des moyens humains et techniques.
Pour continuer ce travail de lanceur d’alerte et donner, au plus proche de leur survenue, des informations sur les inquiétants dysfonctionnements d’un parc nucléaire vieillissant, nous avons besoin de votre soutien financier !

Faire un don



Installation(s) concernée(s)

Gravelines

Nombre d'événements enregistrés dans notre base de données sur cette installation
167