Faire un don

Des accidents nucléaires partout

France : Dampierre : Fuites chimiques et rejets atmosphériques

En 2 mois, EDF dépasse déjà la limite annuelle




28 février 2023


Il n’aura pas fallu 2 mois à la centrale nucléaire de Dampierre (Centre - Val de Loire) pour dépasser son quota annuel d’"émissions de fluides frigorigènes", autrement dit de fuites de liquides de refroidissement. Des substances chimiques très prisées par EDF, qui se transforment en puissants gaz à effet de serre.


Les fluides frigorigènes, utilisés pour refroidir les équipements et certains locaux des centrales nucléaires, sont des hydrofluorocarbures (HFC). Composés d’atomes de carbone, de fluor et d’hydrogène, ces liquides deviennent de puissants gaz à effet de serre lorsqu’ils sont soumis à une pression atmosphérique normale (lorsqu’ils fuitent à l’air libre). Il en existe différents types, qui auront des durées de vie et des pouvoirs de réchauffement différents. Par exemple, 1 kg de fluide de type HFC-134a répandu dans la nature revient à avoir relâché 3 710 kgeqCO2 à l’horizon de 20 ans [1]

Les "émissions" de liquides de refroidissement sont donc en fait des rejets chimiques atmosphériques de gaz à effet de serre. Moins connus que le méthane ou le dioxyde de carbone mais tout autant et même plus délétères.

Le problème est bien connu d’EDF et des autorités. L’industriel n’est pas censé cumuler plus de 100 kilos de fuites de ces substances par centrale nucléaire et par an. Un seuil qui est régulièrement dépassé.
De ce que l’on sait, en 2022, au moins 9 centrales nucléaires ont dépassé cette limite. La centrale de Paluel a par exemple laissé fuiter plus de 1 000 kilos dans l’air normand l’année passée.

On ne sait pas bien ce qu’il s’est passé, ni quand ça c’est passé. On sait que le 13 février 2023, EDF a détecté une "émission" de fluide frigorigène sur un équipement. Une fois la fuite repérée et l’équipement mis hors-service, il manque près de 67 kilos de liquide de refroidissement. Cette "perte", mise bout à bout avec celles déjà survenues sur le site nucléaire depuis le début de l’année, fait dépasser le seuil fatidique des 100 kilos.

Fatidique pour l’environnement mais pas tant pour l’exploitant. Car pour la peine, EDF doit déclarer un évènement significatif [2] aux autorités mais c’est tout ce qu’il lui en coûtera.

Si on sait que le site a dépassé en moins de 2 mois le quota annuel, l’industriel ne précise pas à combien exactement se montent les pertes de liquides de refroidissement sur la centrale nucléaire de Dampierre. EDF ne précise pas non plus à quand remonte le dernier contrôle de l’équipement. Impossible donc de savoir si la fuite a été identifiée rapidement ou si elle a perduré des mois. On ne sait pas non plus la raison de cette inétanchéité de l’équipement. Vétusté ? Manque d’entretien ? Mauvaise maintenance ?

Une chose est sûre : à l’heure où chaque geste compte pour limiter le réchauffement climatique, EDF pourrait faire beaucoup plus.

Ce que dit EDF :

Dépassement du cumul annuel d’émission de fluides frigorigènes

Publié le 28/02/2023

Evénement environnement

Dans une installation industrielle, les fluides frigorigènes sont utilisés dans les systèmes de production de froid. Ils permettent le refroidissement et la climatisation de différents matériels. Les opérations de maintenance réalisées régulièrement sur ces systèmes permettent de contrôler les fluides frigorigènes et d’en détecter les émissions.

Le 13 février 2023, une émission de fluide frigorigène a été détectée au niveau d’un matériel type « groupe froid ». Les équipes sont immédiatement intervenues pour identifier la localisation précise de l’inétanchéité et mettre en sécurité le groupe. Cette perte de fluide de 66,91 kg, ajoutée aux précédentes émissions comptabilisées sur le site, a conduit au dépassement du seuil de cumul annuel des émissions de fluides frigorigènes de la centrale nucléaire de Dampierre-en-Burly. Des actions ont été engagées pour stopper l’émission de fluide frigorigène sur ce matériel.

Cet événement n’a eu aucune conséquence sur la sûreté des installations, ni sur la santé des salariés. Toutefois, le cumul de fluide frigorigène émis au titre de l’année 2023 étant supérieur à 100kg, et conformément aux accords établis entre l’Autorité de Sûreté Nucléaire et EDF, un événement significatif environnement a été déclaré par la direction de la centrale nucléaire de Dampierre-en-Burly à l’Autorité de Sûreté Nucléaire, le 22 février 2023.

EDF

https://www.edf.fr/la-centrale-nucleaire-de-dampierre-en-burly/les-actualites-de-la-centrale-nucleaire-de-dampierre/depassement-du-cumul-annuel-demission-de-fluides-frigorigenes


[1Source : "Certains gaz à effet de serre des centrales nucléaires", Bernard Laponche, octobre 2020, Global Chance.

[2Événements significatifs : incidents ou accidents présentant une importance particulière en matière, notamment, de conséquences réelles ou potentielles sur les travailleurs, le public, les patients ou l’environnement. https://www.asn.fr/Lexique/E/Evenement-significatif En dessous des évènements significatifs, il y a les évènements dits « intéressants », et encore en dessous les « signaux faibles ». Un évènement catégorisé « significatif » est donc déjà « en haut de l’échelle » d’importance des évènements


La surveillance des installations nucléaires au quotidien ? C’est grâce à vos dons que nous pouvons la mener !
Pour surveiller au jour le jour les incidents dans les installations nucléaires, les décrypter et dénoncer les risques permanents qui sont trop souvent minimisés - voire cachés par les exploitants, nous mobilisons tout au long de l’année des moyens humains et techniques.
Pour continuer ce travail de lanceur d’alerte et donner, au plus proche de leur survenue, des informations sur les inquiétants dysfonctionnements d’un parc nucléaire vieillissant, nous avons besoin de votre soutien financier !

Faire un don



Installation(s) concernée(s)

Dampierre-en-Burly

Nombre d'événements enregistrés dans notre base de données sur cette installation
97