Faire un don

Des accidents nucléaires partout

France : Cruas : Cumul de problèmes et d’erreur lors de l’arrêt d’un réacteur

Y-a-t-il un pilote pour sauver le bore ?




20 juin 2023


Gros cafouillage lors de l’arrêt du réacteur 4 de la centrale nucléaire de Cruas (Auvergne Rhône Alpes). Cumulant problèmes techniques et erreur humaine, EDF a failli faire cristalliser du bore dans les circuits (et donc les boucher), alors qu’il devait être injecté dans la cuve pour stopper la réaction nucléaire. Matériel défaillant, alarme ignorée, manque de connaissances et absence de questionnement de la part des équipes de conduite, les faits ont été déclarés le 16 juin 2023 à l’Autorité de sûreté nucléaire (ASN).


L’arrêt du réacteur 4 de la centrale de Cruas ne s’est pas passé sans heurts. Aux problèmes techniques se sont surajoutés des erreurs de conduite. Les équipes d’EDF ont ignoré une alarme sans s’inquiéter plus avant du pourquoi du comment ou des conséquences. Les faits, survenus le 12 juin 2023, en disent long sur la diversité des problèmes et sur leur possible accumulation au cours d’une seule et même situation.

Pour l’arrêt de son réacteur, EDF devait vider un réservoir de bore  [1] dans le circuit d’injection de sécurité du réacteur 4  [2] . Le bore a la capacité d’arrêter la réaction nucléaire (parce qu’il absorbe les neutrons). Mais un capteur a signalé - de manière fictive d’après EDF - que le réservoir de bore atteignait sa capacité maximale de remplissage. Automatiquement les vannes ont été fermées, coupant ainsi le circuit qui alimentait le réservoir et permettait de faire circuler le bore. Or le bore sous cette forme, concentré, doit être brassé, sinon il se solidifie et forme des cristaux. Le risque est alors qu’il bouche les circuits, les endommage et qu’il ne puisse plus être injecté dans le cœur du réacteur.

Mais lorsque une alarme retentit en salle des commandes pour signaler que le bore ne circule plus - et donc risque de cristalliser - elle est ignorée. EDF mettra plus d’une heure à s’en apercevoir et à remettre en route la circulation.
Le bore n’a heureusement pas eu le temps de former des cristaux et de boucher le circuit. Il n’y a donc pas eu de conséquences réelles à l’incident. Mais le délai de non circulation fixé à une heure a été dépassé. Et surtout, les faits montrent que les équipes aux commandes ne savent pas correctement piloter, alors qu’il s’agissait d’une opération courante et délicate : arrêter le réacteur nucléaire. Défaut matériel, manque de connaissances, d’analyses et de surveillance ont conduit les équipes à ne pas respecter les règles à suivre et à prendre des risques. EDF a lui-même créé un incident significatif pour la sûreté [3] [4] . Petite cerise sur ce gâteau que chacun·e appréciera, les différences qui se sont glissées dans la présentation de la même situation par EDF et l’Autorité de sûreté.

Ce que dit EDF :

Non-respect d’une conduite à tenir des spécifications techniques d’exploitation de l’unité de production n°4

Publié le 20/06/2023

Les règles générales d’exploitation (RGE) sont un recueil de règles qui définissent le domaine autorisé de fonctionnement de l’installation et les prescriptions de conduite des réacteurs associées. Elles encadrent notamment les interventions réalisées sur les équipements contribuant à la sûreté et prescrivent la conduite à tenir en cas d’indisponibilité de matériels à travers le chapitre dédié aux spécifications techniques d’exploitation.

Lundi 12 juin, l’unité de production n°4 est en arrêt programmé. Un essai périodique consistant à injecter le réservoir d’acide borique dans le circuit d’injection de sécurité (circuit RIS) est en cours de préparation. Le circuit RIS est un circuit de sauvegarde qui permet, en situation incidentelle ou accidentelle, de contrôler la réactivité, en injectant de l’acide borique, et de refroidir le combustible.

En préalable de l’essai, le capteur de niveau du réservoir d’acide borique détecte un niveau haut fictif et donne l’ordre de fermer 2 vannes, ce qui engendre l’arrêt de circulation dans ce circuit à 22h23. Une alarme apparait en salle de commande. Un opérateur fixe cette alarme par erreur sans la prendre en compte, l’arrêt de circulation n’est pas détecté.

A 23h24, le Chef d’Exploitation Délégué identifie que la boucle de circulation est isolée. Après avoir confirmé ce point, les opérateurs procèdent à la réouverture des 2 vannes, permettant au circuit de fonctionner à nouveau à 23h25.

Les RGE demandent l’injection de l’acide borique si l’arrêt de circulation dépasse 1h. La durée d’arrêt de circulation ayant été de 62 minutes, le dépassement de 2 minutes n’est pas permis par les RGE dans la configuration dans laquelle se trouvait le réacteur lors de l’essai.

Cet évènement n’a pas eu de conséquence réelle sur la sûreté des installations car l’isolement automatique de la recirculation du circuit RIS a durée 62 minutes, ce qui est inférieur à la durée nécessaire de cristallisation du bore (au minimum 12 h dans les justifications des consignes d’exploitation). Toutefois, en raison de la détection tardive du non-respect des spécifications techniques d’exploitation, la direction de la centrale de Cruas-Meysse l’a déclaré, le 16 juin 2023, à l’Autorité de sûreté nucléaire (ASN), en tant qu’évènement significatif sûreté au niveau 1 sur l’échelle INES qui en compte 7.

https://www.edf.fr/la-centrale-nucleaire-de-cruas-meysse/les-actualites-de-la-centrale-nucleaire-de-cruas-meysse/non-respect-dune-conduite-a-tenir-des-specifications-techniques-dexploitation-de-lunite-de-production-ndeg4


Ce que dit l’ASN :

Indisponibilité du système de recirculation du circuit d’acide borique concentré du réacteur 4

Publié le 21/06/2023

Centrale nucléaire de Cruas-Meysse Réacteurs de 900 MWe - EDF

Le 16 juin 2023, l’exploitant de la centrale nucléaire de Cruas-Meysse a déclaré à l’Autorité de sûreté nucléaire un événement significatif pour la sûreté relatif au non-respect des spécifications techniques d’exploitation (STE) correspondant à la disponibilité du système de recirculation du circuit d’acide borique concentré du réacteur 4.

Sur les réacteurs à eau sous pression, le circuit primaire principal contient de l’eau sous pression qui s’échauffe au contact des éléments de combustible. Le bore est un élément chimique ayant la propriété d’absorber les neutrons. Il est mélangé, sous forme d’acide borique, à l’eau du circuit primaire et permet ainsi de contrôler et le cas échéant d’arrêter la réaction nucléaire. A forte concentration, le bore peut cependant cristalliser, s’il n’est pas brassé et maintenu en température, et perturber le fonctionnement des circuits.

Le circuit d’injection de sécurité à haute pression est muni d’un réservoir d’acide borique concentré permettant d’injecter rapidement de l’acide borique dans le circuit primaire pour arrêter la réaction nucléaire.

Le 12 juin 2023, les opérations de mise à l’arrêt du réacteur 4 en vue de son arrêt pour maintenance et rechargement en combustible prévoyaient l’injection du réservoir d’acide borique concentré dans le circuit primaire. Lors de la préparation de cette opération, une alarme de niveau haut du réservoir a conduit à l’arrêt automatique du brassage du circuit d’acide borique concentré et à son isolement, le rendant indisponible.

L’indisponibilité du système de recirculation du réservoir d’acide borique concentré a été détectée tardivement et a duré 62 minutes. Or, les STE du réacteur prévoient que, dans une telle situation, le circuit de recirculation soit remis en service ou que les opérateurs injectent du bore dans le circuit du réacteur, dans un délai d’une heure.

En l’absence de risque de cristallisation du bore dans un délai aussi court, cet événement n’a pas eu de conséquence sur l’installation, les personnes ou l’environnement.

Toutefois, en raison du dépassement de la durée d’indisponibilité du circuit de recirculation de l’acide borique concentré prescrite par les STE, l’événement a été classé au niveau 1 de l’échelle INES.

https://www.asn.fr/l-asn-controle/actualites-du-controle/installations-nucleaires/avis-d-incident-des-installations-nucleaires/indisponibilite-du-systeme-de-recirculation-du-circuit-d-acide-borique-concentre-du-reacteur-4


[1Le bore, présent dans l’eau du circuit primaire sous forme d’acide borique dissous, permet de modérer, par sa capacité à absorber les neutrons, la réaction en chaîne. La concentration en bore est ajustée pendant le cycle en fonction de l’épuisement progressif du combustible en matériau fissile. https://www.asn.fr/lexique/b/Bore

[2Le circuit d’injection de sécurité (RIS) permet, en cas d’accident causant une brèche importante au niveau du circuit primaire du réacteur, d’introduire de l’eau borée sous pression dans celui-ci. Le but de cette manœuvre est d’étouffer la réaction nucléaire et d’assurer le refroidissement du cœur. https://www.asn.fr/lexique/C/Circuit-d-injection-de-securite

[3Événements significatifs : incidents ou accidents présentant une importance particulière en matière, notamment, de conséquences réelles ou potentielles sur les travailleurs, le public, les patients ou l’environnement. https://www.asn.fr/Lexique/E/Evenement-significatif En dessous des évènements significatifs, il y a les évènements dits « intéressants », et encore en dessous les « signaux faibles ». Un évènement catégorisé « significatif » est donc déjà « en haut de l’échelle » d’importance des évènements

[4La sûreté nucléaire est l’ensemble des dispositions techniques et des mesures d’organisation relatives à la conception, à la construction, au fonctionnement, à l’arrêt et au démantèlement des installations nucléaires de base, ainsi qu’au transport des substances radioactives, prises en vue de prévenir les accidents ou d’en limiter les effets. https://www.asn.fr/Lexique/S/Surete-nucleaire


La surveillance des installations nucléaires au quotidien ? C’est grâce à vos dons que nous pouvons la mener !
Pour surveiller au jour le jour les incidents dans les installations nucléaires, les décrypter et dénoncer les risques permanents qui sont trop souvent minimisés - voire cachés par les exploitants, nous mobilisons tout au long de l’année des moyens humains et techniques.
Pour continuer ce travail de lanceur d’alerte et donner, au plus proche de leur survenue, des informations sur les inquiétants dysfonctionnements d’un parc nucléaire vieillissant, nous avons besoin de votre soutien financier !

Faire un don



Installation(s) concernée(s)

Cruas

Nombre d'événements enregistrés dans notre base de données sur cette installation
142