Faire un don

Des accidents nucléaires partout

France : Chooz : Des produits chimiques déversés dans la Meuse

Méconnaissance des circuits et manque de surveillance : EDF maîtrise-t-il vraiment ce qu’il rejette dans l’environnement ?




24 novembre 2023


À la centrale de Chooz (Grand Est), EDF n’a pas su maîtriser ses rejets. Il a déversé dans la Meuse, par mégarde, inattention, incompétence, plus de 330m3 d’eau chargée d’éthanolamine, un liquide visqueux et toxique, inflammable et corrosif, aux effluves d’ammoniac.


Crédit photo : André Paris

L’éthanolamine, ou monoéthanolamine, est un mélange d’oxyde d’éthylène et d’ammoniaque. Elle est utilisée pour fabriquer du savon et des détergents, mais aussi de l’encre, des colorants, du caoutchouc. Elle permet également de purifier les systèmes de gaz acides. Elle est utilisée dans les tuyauteries secondaires des centrales nucléaires, là où circule la vapeur produite grâce à la chaleur dégagée par la réaction nucléaire.

Le 15 novembre 2023, des travaux sont prévus sur la station de déminéralisation du site nucléaire. Vannes et pompes sont fermées. Mais cette coupure de production d’eau déminéralisée provoque l’ouverture automatique d’une autre vanne. Qui envoie de l’eau déminéralisée et chargée d’éthanolamine dans un autre réservoir. Des vases communiquant en somme, mais dont EDF n’avait pas pris la mesure.
Le lendemain de la fermeture des vannes de la station de déminéralisation, les équipes constatent que le niveau du réservoir d’eau déminéralisée et éthanolaminée baisse drastiquement. EDF se met alors en quête de la fuite. Ce n’est que le surlendemain de l’intervention, le 17 novembre, que l’industriel comprendra que la vanne du réservoir s’est ouverte depuis qu’il a coupé l’arrivée d’eau déminéralisée. Et que cette eau s’est déversée dans un autre réservoir, qui a fini par déborder. Le tout a rejoint les canalisations d’eau pluviale. Qui déversent directement leur contenu dans le fleuve d’à côté, la Meuse.

Entre le 15 et le 17 novembre, de l’eau chargée d’un produit chimique dangereux s’est déversée dans l’environnement à raison de 7m3/heure (soit 336 m3 en 48 heures). Parce que EDF n’a pas correctement analysé les risques de l’intervention sur sa station de déminéralisation et connaît mal les ramifications entre les circuits de son installation. Un manque de préparation et de connaissances auquel s’est ajouté un manque de surveillance, car le débordement du réservoir et les effluves d’ammoniac auraient dû être remarqués. Le manque de rigueur généralisé de l’exploitant nucléaire a causé un incident significatif pour l’environnement qui a été déclaré aux autorités une semaine plus tard, le 23 novembre 2023.

Mais n’a causé aucun problème pour EDF, car l’incident n’a pas eu de conséquence : l’éthanolamine s’est diluée dans l’eau de la Meuse. Les mesures faites par l’industriel - dont on ne sait rien - n’ont pas montré d’évolution des paramètres chimiques de l’eau. Qu’il n’y ait pas d’impacts néfastes avérés sur la faune et la flore aquatique n’efface pas la faute d’EDF. L’exploitant est censé maîtriser tout ce qui sort de son site nucléaire et tout ce qu’il déverse dans l’environnement. Et ne procéder à des rejets (chimiques ou radioactifs) que via certaines canalisations, en certaines quantités, dans certaines conditions et après avoir effectué des mesures.
Quand un exploitant nucléaire ne connaît pas bien son installation, prépare ses interventions à la va-vite sans en analyser tous les risques et ne surveille pas d’assez près ses équipements, comment croire qu’il maîtrise tout ce qui sort de son site ?

Ce que dit EDF :

Déclaration d’un événement significatif pour l’environnement relatif au rejet d’eau conditionnée chimiquement vers le réseau d’eaux pluviales

Publié le 24/11/2023

Dans le cadre de travaux programmés, une coupure de la station de production d’eau déminéralisée de la centrale de Chooz est prévue à partir du 15 novembre 2023.

Pour réaliser cette coupure, les équipes de la centrale de Chooz ferment un certain nombre de vannes et de pompes.

Cette action a pour conséquence l’ouverture automatique d’une vanne permettant l’appoint d’eau nécessaire au fonctionnement d’un système annexe.

En l’absence de production d’eau déminéralisée, l’appoint à ce système se fait à partir d’un réservoir d’eau déminéralisée conditionnée avec de l’éthanolamine (permettant habituellement le conditionnement des circuits secondaires de la centrale).

Le 16 novembre, les équipes de la centrale constatent une consommation anormale d’eau déminéralisée conditionnée en éthanolamine et engagent des investigations pour trouver l’origine de cette surconsommation.

Le 17 novembre, en début de matinée, les équipes de la centrale constatent que la vanne d’appoint alimentant le système annexe est restée ouverte et procèdent à sa fermeture. La consommation journalière d’eau déminéralisée conditionnée en éthanolamine redevient conforme aux valeurs attendues.

L’ouverture automatique de cette vanne d’appoint a généré le débordement d’un réservoir du système annexe. Environ 7m3/h d’eau déminéralisée conditionnée en éthanolamine se sont déversés vers le réseau d’eau pluviale du CNPE.

La surveillance du réseau d’eau pluviale n’a démontré aucune évolution des paramètres chimiques durant l’évènement, la concentration d’éthanolamine présente dans l’eau déminéralisée étant faible, et se dégradant par ailleurs rapidement au contact de matières organiques naturellement présentes dans les réseaux d’eaux pluviales.

Toutefois, en raison du déversement de cette eau conditionnée chimiquement en dehors des voies normales de rejets, la direction de la centrale de Chooz a déclaré, le 23 novembre 2023, un événement significatif pour l’environnement auprès de l’Autorité de sûreté nucléaire.

https://www.edf.fr/la-centrale-nucleaire-de-chooz/les-actualites-de-la-centrale-nucleaire-de-chooz/declaration-dun-evenement-significatif-pour-lenvironnement-relatif-au-rejet-deau-conditionnee-chimiquement-vers-le-reseau-deaux-pluviales


La surveillance des installations nucléaires au quotidien ? C’est grâce à vos dons que nous pouvons la mener !
Pour surveiller au jour le jour les incidents dans les installations nucléaires, les décrypter et dénoncer les risques permanents qui sont trop souvent minimisés - voire cachés par les exploitants, nous mobilisons tout au long de l’année des moyens humains et techniques.
Pour continuer ce travail de lanceur d’alerte et donner, au plus proche de leur survenue, des informations sur les inquiétants dysfonctionnements d’un parc nucléaire vieillissant, nous avons besoin de votre soutien financier !

Faire un don



Installation(s) concernée(s)

Chooz B

Nombre d'événements enregistrés dans notre base de données sur cette installation
69