Réseau Sortir du nucléaire
BoutiqueAgendaFaire un donEN

Nos communiqués de presse

Soutien aux bloqueurs d’uranium en procès à Narbonne le 7 janvier !

Communiqué du 6 janvier 2014



En septembre 2013, quarante personnes du collectif STOP-Uranium ont bloqué un camion de tétrafluorure d’uranium pour dénoncer les risques des convois radioactifs. Seule une militante a été inculpée. À l’occasion de son procès, qui aura lieu le 7 janvier, le Réseau “Sortir du nucléaire” réaffirme son soutien à toutes les personnes qui ont participé à l’action – dont 23 demandent leur comparution volontaire. Il dénonce également les dangers liés aux transports de matières radioactives, réalisés dans l’opacité la plus totale.



Un blocage non-violent pour dénoncer des convois radioactifs dangereux et secrets


Le 12 septembre 2013, à l’occasion d’une action de désobéissance civile non-violente, quarante personnes du collectif Stop Uranium ont bloqué un camion chargé de tétrafluorure d’uranium près de Narbonne. Cette action, qui a été soutenue par le Réseau “Sortir du nucléaire“, était destinée à dénoncer les risques des transports radioactifs qui sillonnent quotidiennement la région Languedoc-Roussillon.

3 à 5 de ces camions quittent quotidiennement l’usine nucléaire Comurhex Malvési, dans la banlieue narbonnaise, pour rejoindre l’usine Comurhex Pierrelatte, sur le site du Tricastin, dans la Drôme. Le tétrafluorure d’uranium est une substance radioactive qui réagit violemment au contact de l’air et peut dégager des gaz corrosifs. Pourtant, ni les populations ni leurs élus ne sont informés de ces risques et des mesures à adopter en cas d’accident.

Les convois quotidien entre l’usine de Malvési et celle de Pierrelatte ne constituent qu’une petite partie des transports radioactifs liés à la chaîne du combustible nucléaire : toutes les régions françaises sont concernées par ces dangers et cette opacité. Le 23 décembre 2013, le déraillement d’un wagon chargé de déchets radioactifs sur le triage du Bourget-Drancy a apporté une nouvelle preuve du risque d’accident sur ces transports et de l’impréparation totale des autorités pour réagir et intervenir en cas de problème. Le wagon sorti des rails n’a rejoint sa destination finale (l’usine AREVA de La Hague) que le vendredi 27 décembre, exposant les habitants de la région parisienne au risque nucléaire pendant plus de 4 jours.

Le procès du 7 janvier doit être celui des transports radioactifs !

À l’issue de l’action à Malvési, une seule militante a été interpellée. Son procès doit avoir lieu mardi 7 janvier ; elle risque deux ans d’emprisonnement et 4500 euros d’amende. Refusant qu’une seule personne soit inculpée pour une action collective et à visée politique, vingt-trois militants ont demandé leur comparution volontaire [1]
devant le Tribunal correctionnel de Narbonne. 



Le Réseau “Sortir du nucléaire“ apporte tout son soutien aux participants à cette action et à la militante inculpée. Grâce aux témoignages lors de l’audience de Bruno Chareyron, responsable du laboratoire de la CRIIRAD, et de Francis Viguié, qui a participé au blocage en tant qu’élu municipal pour protester contre l’opacité autour de ces convois, nous espérons que ce procès contribuera à instruire le dossier des transports radioactifs, qui sillonnent la France entière dans le plus grand secret. Le Réseau "Sortir du nucléaire" rappelle également l’urgence de sortir du nucléaire et mettre fin à ces convois dangereux.

Un rassemblement de soutien est prévu le mardi 7 janvier à 8h30 devant le Palais de Justice de Narbonne (19, boulevard du Général de Gaulle). Un point presse aura lieu à l’issue du procès.


Contact :

Laura Hameaux, chargée de campagne du Réseau “Sortir du nucléaire“ et présente sur place – 06 85 23 05 11

Didier Latorre, porte parole du Collectif STOP-Uranium - 06 38 81 98 06

Lors du procès, des informations seront diffusées en live-twit par une des militantes sur le compte @e_Stran

Retrouvez le récit du blocage :
https://www.sortirdunucleaire.org/blocage-camion-tetrafluorure


Un blocage non-violent pour dénoncer des convois radioactifs dangereux et secrets


Le 12 septembre 2013, à l’occasion d’une action de désobéissance civile non-violente, quarante personnes du collectif Stop Uranium ont bloqué un camion chargé de tétrafluorure d’uranium près de Narbonne. Cette action, qui a été soutenue par le Réseau “Sortir du nucléaire“, était destinée à dénoncer les risques des transports radioactifs qui sillonnent quotidiennement la région Languedoc-Roussillon.

3 à 5 de ces camions quittent quotidiennement l’usine nucléaire Comurhex Malvési, dans la banlieue narbonnaise, pour rejoindre l’usine Comurhex Pierrelatte, sur le site du Tricastin, dans la Drôme. Le tétrafluorure d’uranium est une substance radioactive qui réagit violemment au contact de l’air et peut dégager des gaz corrosifs. Pourtant, ni les populations ni leurs élus ne sont informés de ces risques et des mesures à adopter en cas d’accident.

Les convois quotidien entre l’usine de Malvési et celle de Pierrelatte ne constituent qu’une petite partie des transports radioactifs liés à la chaîne du combustible nucléaire : toutes les régions françaises sont concernées par ces dangers et cette opacité. Le 23 décembre 2013, le déraillement d’un wagon chargé de déchets radioactifs sur le triage du Bourget-Drancy a apporté une nouvelle preuve du risque d’accident sur ces transports et de l’impréparation totale des autorités pour réagir et intervenir en cas de problème. Le wagon sorti des rails n’a rejoint sa destination finale (l’usine AREVA de La Hague) que le vendredi 27 décembre, exposant les habitants de la région parisienne au risque nucléaire pendant plus de 4 jours.

Le procès du 7 janvier doit être celui des transports radioactifs !

À l’issue de l’action à Malvési, une seule militante a été interpellée. Son procès doit avoir lieu mardi 7 janvier ; elle risque deux ans d’emprisonnement et 4500 euros d’amende. Refusant qu’une seule personne soit inculpée pour une action collective et à visée politique, vingt-trois militants ont demandé leur comparution volontaire [1]
devant le Tribunal correctionnel de Narbonne. 



Le Réseau “Sortir du nucléaire“ apporte tout son soutien aux participants à cette action et à la militante inculpée. Grâce aux témoignages lors de l’audience de Bruno Chareyron, responsable du laboratoire de la CRIIRAD, et de Francis Viguié, qui a participé au blocage en tant qu’élu municipal pour protester contre l’opacité autour de ces convois, nous espérons que ce procès contribuera à instruire le dossier des transports radioactifs, qui sillonnent la France entière dans le plus grand secret. Le Réseau "Sortir du nucléaire" rappelle également l’urgence de sortir du nucléaire et mettre fin à ces convois dangereux.

Un rassemblement de soutien est prévu le mardi 7 janvier à 8h30 devant le Palais de Justice de Narbonne (19, boulevard du Général de Gaulle). Un point presse aura lieu à l’issue du procès.


Contact :

Laura Hameaux, chargée de campagne du Réseau “Sortir du nucléaire“ et présente sur place – 06 85 23 05 11

Didier Latorre, porte parole du Collectif STOP-Uranium - 06 38 81 98 06

Lors du procès, des informations seront diffusées en live-twit par une des militantes sur le compte @e_Stran

Retrouvez le récit du blocage :
https://www.sortirdunucleaire.org/blocage-camion-tetrafluorure






Pour toute sollicitation médiatique, merci de contacter Charlotte Mijeon, chargée de communication et des relations extérieures.

charlotte.mijeon@sortirdunucleaire.fr
Tél : 06 64 66 01 23


Pétition : ne validez pas la
cuve défectueuse de l’EPR !





Thèmes
Transports radioactifs Comurhex Malvési