Faire un don

Sortir du nucléaire n°101



Printemps 2024
Crédit photo : Gérard JOYON - Wikimedia - CC BY SA 3.0

Alerter

Victimes des essais nucléaires : vers une réforme du régime d’indemnisation ?

Article paru dans la revue Sortir du nucléaire n°101 - Printemps 2024

 Nucléaire et santé  Pollution radioactive  Nucléaire militaire
Article publié le : 1er avril 2024


À l’initiative des représentant·es de la Polynésie, l’Assemblée nationale va rouvrir le débat sur les conséquences des essais nucléaires de la France. Une nécessité, quatorze ans après ce qu’il faut bien nommer un échec de la prise en charge des victimes.



Par tirage au sort, le groupe « Gauche démocrate et républicaine » au sein de la NUPES, dans lequel figure les trois député·es de Polynésie, a déposé une résolution pour la « création d’une commission d’enquête ».

Le champ de la commission d’enquête se veut volontairement large pour éviter qu’elle se heurte à des blocages administratifs lors de ses investigations, comme l’a souligné la députée polynésienne Mme Mereana Reid Arbelot qui va la présider. Aussi, il intègre la question de la reconnaissance et de la réparation des dégâts sur l’environnement. D’une durée limitée à 6 mois, les travaux de la commission seront de fait principalement axés sur les conséquences sanitaires afin de proposer des améliorations de la loi Morin, notamment en ce qui concerne les maladies transgénérationnelles et les victimes indirectes.

Cette loi, entrée en vigueur le 5 janvier 2010, est loin de remplir son objectif. Au terme de douze années d’application [1], seulement 2 282 dossiers ont été enregistrés par le Comité d’Indemnisation des Victimes des Essais Nucléaires (CIVEN), dont 814 provenant de résidant·es en Polynésie et 66 en Algérie. Une goutte d’eau par rapport à l’ensemble des personnes affectées par les retombées radioactives des 210 bombes que la France a fait exploser. Seules 875 personnes ont été reconnues comme victimes et indemnisées à ce titre. Une large majorité (567) est métropolitaine. En Polynésie, 307 personnes ont été déclarées victimes et une seule en Algérie, soulignant les inégalités du système mis en place.

Cette commission pose également un problème car elle concerne uniquement la Polynésie française. Or, 17 essais nucléaires se sont déroulés au Sahara. Leurs conséquences sont tout aussi irrémédiables pour les populations et l’environnement. Il ne faudrait pas que les victimes algériennes se retrouvent une nouvelle fois oubliées du fait que leur territoire est devenu indépendant.

Toutefois, la mise en place de cette commission est une avancée dont nous devons nous saisir pour obtenir Vérité et Justice. Mais il faudra se montrer vigilant·es.

Patrice Bouveret, Observatoire des armements

www.obsarm.org


Notes

[1Le dernier rapport annuel d’activité publié porte sur les données de l’année 2022. Il est disponible sur : https://s.42l.fr/gouvernement-civen-rapport-activite-2022

Par tirage au sort, le groupe « Gauche démocrate et républicaine » au sein de la NUPES, dans lequel figure les trois député·es de Polynésie, a déposé une résolution pour la « création d’une commission d’enquête ».

Le champ de la commission d’enquête se veut volontairement large pour éviter qu’elle se heurte à des blocages administratifs lors de ses investigations, comme l’a souligné la députée polynésienne Mme Mereana Reid Arbelot qui va la présider. Aussi, il intègre la question de la reconnaissance et de la réparation des dégâts sur l’environnement. D’une durée limitée à 6 mois, les travaux de la commission seront de fait principalement axés sur les conséquences sanitaires afin de proposer des améliorations de la loi Morin, notamment en ce qui concerne les maladies transgénérationnelles et les victimes indirectes.

Cette loi, entrée en vigueur le 5 janvier 2010, est loin de remplir son objectif. Au terme de douze années d’application [1], seulement 2 282 dossiers ont été enregistrés par le Comité d’Indemnisation des Victimes des Essais Nucléaires (CIVEN), dont 814 provenant de résidant·es en Polynésie et 66 en Algérie. Une goutte d’eau par rapport à l’ensemble des personnes affectées par les retombées radioactives des 210 bombes que la France a fait exploser. Seules 875 personnes ont été reconnues comme victimes et indemnisées à ce titre. Une large majorité (567) est métropolitaine. En Polynésie, 307 personnes ont été déclarées victimes et une seule en Algérie, soulignant les inégalités du système mis en place.

Cette commission pose également un problème car elle concerne uniquement la Polynésie française. Or, 17 essais nucléaires se sont déroulés au Sahara. Leurs conséquences sont tout aussi irrémédiables pour les populations et l’environnement. Il ne faudrait pas que les victimes algériennes se retrouvent une nouvelle fois oubliées du fait que leur territoire est devenu indépendant.

Toutefois, la mise en place de cette commission est une avancée dont nous devons nous saisir pour obtenir Vérité et Justice. Mais il faudra se montrer vigilant·es.

Patrice Bouveret, Observatoire des armements

www.obsarm.org



Soyez au coeur de l'information !

Tous les 3 mois, retrouvez 36 pages (en couleur) de brèves, interviews, articles, BD, alternatives concrètes, actions originales, luttes antinucléaires à l’étranger, décryptages, etc.

Je m'abonne à la revue du Réseau