Réseau Sortir du nucléaire
BoutiqueAgendaFaire un donEN

Contamination au tritium

Qu’est-ce que le tritium ? Documents

Tritium : Danger




Le tritium a les mêmes propriétés chimiques que l’hydrogène, dont il est l’isotope radioactif. Le tritium est très difficilement confinable ; il traverse les métaux et le béton. Les militaires s’en servent dans la fabrication des bombes atomiques. Les réacteurs nucléaires rejettent des quantités importantes de tritium dans l’environnement mais ce sont les usines de retraitement qui en produisent le plus. Les usines de la Hague (Manche) rejettent plus de tritium que l’ensemble des réacteurs nucléaires dans le monde. L’industrie nucléaire a longtemps considéré cet élément radioactif comme inoffensif, mais des études récentes montrent que la toxicité du tritium a été sous-évaluée, notamment quand il est absorbé par l’organisme. Il pénètre alors dans l’ADN des cellules.

Les risques du tritium sur la santé ont été sous-évalués

L’ASN a enfin reconnu que les rejets de tritium sont sous-évalués. En effet un rapport d’experts a montré que cet élément radioactif peut s’intégrer à l’ADN au coeur des cellules.

> Lire Le livre blanc du Tritium

Le tritium a les mêmes propriétés chimiques que l’hydrogène, dont il est l’isotope radioactif. Le tritium est très difficilement confinable ; il traverse les métaux et le béton. Les militaires s’en servent dans la fabrication des bombes atomiques. Les réacteurs nucléaires rejettent des quantités importantes de tritium dans l’environnement mais ce sont les usines de retraitement qui en produisent le plus. Les usines de la Hague (Manche) rejettent plus de tritium que l’ensemble des réacteurs nucléaires dans le monde. L’industrie nucléaire a longtemps considéré cet élément radioactif comme inoffensif, mais des études récentes montrent que la toxicité du tritium a été sous-évaluée, notamment quand il est absorbé par l’organisme. Il pénètre alors dans l’ADN des cellules.

Les risques du tritium sur la santé ont été sous-évalués

L’ASN a enfin reconnu que les rejets de tritium sont sous-évalués. En effet un rapport d’experts a montré que cet élément radioactif peut s’intégrer à l’ADN au coeur des cellules.

> Lire Le livre blanc du Tritium