Faire un don

Législatives 2024

Quel avenir énergétique si le RN obtient la majorité à l’Assemblée nationale ?

Article publié le 3 juillet 2024



Ce 7 juillet, les françaises et les français sont appelé·es à retourner aux urnes pour voter au second tour des législatives. Si le Rassemblement National (RN), qui est arrivé en tête de 297 circonscriptions lors du premier tour, obtenait une majorité à l’Assemblée nationale ce dimanche, cela impliquerait un recul catastrophique de nos droits humains, et la mise en place d’une politique climaticide. Décryptage.



Que se passerait-il pour la politique énergétique française si le Rassemblement National obtenait une majorité de député·es à l’Assemblée nationale le 7 juillet ?

Avec le RN : fini l’éolien... Et le solaire aussi ?

Jordan Bardella s’est prononcé à plusieurs reprises en faveur d’un moratoire sur tous les nouveaux chantiers éoliens.

En 2022, lors de la campagne présidentielle, Marine Le Pen voulait aussi démonter celles déjà installées, et faire un moratoire sur le solaire.

Très récemment, l’ex n°1 du RN affirmait :

Seulement, la France ne peut pas se passer de l’éolien, élément important de son mix électrique, pour atteindre ses objectifs climatiques.

Dans son bilan électrique 2023, RTE rapporte : "Les productions éolienne et solaire ont atteint en 2023 des niveaux record. Ensemble, ces deux filières ont dépassé pour la deuxième année consécutive la production hydraulique : cela montre que ces énergies renouvelables variables occupent d’ores et déjà une part importante dans le mix électrique français, représentant près de 15 % de la production totale, et contribuant également à la sécurité d’approvisionnement."

Alors, comment le RN compte-t-il combler ce manque ?

Avec le RN : la relance inconsidérée du nucléaire

Énergie coloniale, patriarcale, qui fait peser des répressions judiciaires et policières sur ses oppposant·es… Le nucléaire a tout pour séduire l’extrême droite !

Si les 20 nouveaux réacteurs nucléaires, promesse de campagne de Marine Le Pen en 2022, ont disparu du programme du RN pour les législatifs, le parti de Jordan Bardella assure néanmoins vouloir lancer le plan Marie Curie de relance du nucléaire, avec la construction de réacteurs EPR, mais aussi de SMR, et de réacteurs à neutrons rapides.

De quoi "rebâtir un paradis énergétique", selon leur programme.

Avec le RN : une politique énergétique impossible

Sauf que... La France n’aura pas de nouvel EPR avant au moins 2035. Et sans développer les renouvelables, impossible d’atteindre la neutralité carbone d’ici à 2050.

RTE le dit :

"L’accélération du développement des énergies renouvelables est un levier essentiel pour accroître rapidement le productible décarboné, en particulier au cours de la prochaine décennie, pour atteindre les objectifs de décarbonation européens à 2030 et une économie neutre en carbone en 2050."

Arrêter l’éolien et tout miser sur le nucléaire : avec de telles mesures le RN entraine le pays droit dans le mur.

Avec le RN : toujours plus de mesures climaticides

Niant l’urgence climatique et écologique, le RN promet, entre autres :

  • une baisse de la TVA sur les carburants. Interdite par une directive européenne, cette mesure favoriserait les plus riches et les distributeurs. En encourageant une plus grandes consommation, elle engendrerait davantage de pollution.
  • la suppression des interdictions et obligations liées aux DPE, qui laisserait de nombreux ménages vivre dans des passoires énergétiques pour longtemps, avec des factures de chauffage exorbitantes.
  • la suppression des zones à faibles émissions, qui encouragerait les personnes à prendre leur voiture plutôt que de favoriser les transports en commun, engendrant à nouveau davantage de pollution. [1]

Contre le RN et ses alliés, faisons front

Face à la montée du RN en France, le Réseau "Sortir du nucléaire" réitère son appel à aller voter aux élections législatives ce 7 juillet 2024, contre l’extrême droite.


À Lire aussi :

Législatives 2024

Que se passerait-il pour la politique énergétique française si le Rassemblement National obtenait une majorité de député·es à l’Assemblée nationale le 7 juillet ?

Avec le RN : fini l’éolien... Et le solaire aussi ?

Jordan Bardella s’est prononcé à plusieurs reprises en faveur d’un moratoire sur tous les nouveaux chantiers éoliens.

En 2022, lors de la campagne présidentielle, Marine Le Pen voulait aussi démonter celles déjà installées, et faire un moratoire sur le solaire.

Très récemment, l’ex n°1 du RN affirmait :

Seulement, la France ne peut pas se passer de l’éolien, élément important de son mix électrique, pour atteindre ses objectifs climatiques.

Dans son bilan électrique 2023, RTE rapporte : "Les productions éolienne et solaire ont atteint en 2023 des niveaux record. Ensemble, ces deux filières ont dépassé pour la deuxième année consécutive la production hydraulique : cela montre que ces énergies renouvelables variables occupent d’ores et déjà une part importante dans le mix électrique français, représentant près de 15 % de la production totale, et contribuant également à la sécurité d’approvisionnement."

Alors, comment le RN compte-t-il combler ce manque ?

Avec le RN : la relance inconsidérée du nucléaire

Énergie coloniale, patriarcale, qui fait peser des répressions judiciaires et policières sur ses oppposant·es… Le nucléaire a tout pour séduire l’extrême droite !

Si les 20 nouveaux réacteurs nucléaires, promesse de campagne de Marine Le Pen en 2022, ont disparu du programme du RN pour les législatifs, le parti de Jordan Bardella assure néanmoins vouloir lancer le plan Marie Curie de relance du nucléaire, avec la construction de réacteurs EPR, mais aussi de SMR, et de réacteurs à neutrons rapides.

De quoi "rebâtir un paradis énergétique", selon leur programme.

Avec le RN : une politique énergétique impossible

Sauf que... La France n’aura pas de nouvel EPR avant au moins 2035. Et sans développer les renouvelables, impossible d’atteindre la neutralité carbone d’ici à 2050.

RTE le dit :

"L’accélération du développement des énergies renouvelables est un levier essentiel pour accroître rapidement le productible décarboné, en particulier au cours de la prochaine décennie, pour atteindre les objectifs de décarbonation européens à 2030 et une économie neutre en carbone en 2050."

Arrêter l’éolien et tout miser sur le nucléaire : avec de telles mesures le RN entraine le pays droit dans le mur.

Avec le RN : toujours plus de mesures climaticides

Niant l’urgence climatique et écologique, le RN promet, entre autres :

  • une baisse de la TVA sur les carburants. Interdite par une directive européenne, cette mesure favoriserait les plus riches et les distributeurs. En encourageant une plus grandes consommation, elle engendrerait davantage de pollution.
  • la suppression des interdictions et obligations liées aux DPE, qui laisserait de nombreux ménages vivre dans des passoires énergétiques pour longtemps, avec des factures de chauffage exorbitantes.
  • la suppression des zones à faibles émissions, qui encouragerait les personnes à prendre leur voiture plutôt que de favoriser les transports en commun, engendrant à nouveau davantage de pollution. [1]

Contre le RN et ses alliés, faisons front

Face à la montée du RN en France, le Réseau "Sortir du nucléaire" réitère son appel à aller voter aux élections législatives ce 7 juillet 2024, contre l’extrême droite.


À Lire aussi :

Pour une vraie politique énergétique sociale votons contre l’extrême droite



Le saviez-vous ?
Le Réseau "Sortir du nucléaire" est un véritable contre-pouvoir citoyen. Totalement indépendants de l’État, nous dépendons exclusivement du soutien de nos donateur⋅ices. C’est grâce à votre soutien financier que nous pouvons nous permettre de tout mettre en œuvre pour offrir aux générations futures l’espoir d’un avenir sans risques nucléaires. Aidez-nous à obtenir cet objectif et à nous permettre de continuer la lutte au quotidien contre cette énergie mortifère et pour promouvoir la sobriété énergétique et les alternatives renouvelables.

Faire un don


Thèmes
 Nucléaire et démocratie  Politique énergétique