Faire un don

Des accidents nucléaires partout

France : Gravelines : Fuite radioactive à la centrale

Un tuyau qui fuit, du tritium dans une galerie et la lenteur d’EDF




27 juillet 2023


La fuite est arrivée le 20 juin 2023, alors que les eaux usées de la laverie nucléaire du site de Gravelines (Hauts-de-France) étaient transférées dans un réservoir pour déchets radioactifs. Sans livrer aucune information sur le pourquoi de cette fuite, ni la quantité, ni la zone impactée, ce n’est que fin juillet que EDF a informé le public de l’accident.


Il n’y a pas que dans la communication que EDF prend son temps. L’industriel a mis plusieurs heures à détecter la fuite une fois le transfert d’effluents radioactifs commencé. Il a aussi plusieurs heures à engager la pose d’un système étanche sur la tuyauterie fuyarde. Quant au pompage des effluents contaminés, il prendra plusieurs jours. Les résultats des analyses des prélèvements effectués reviendront eux plus d’une semaine après les faits : de la radioactivité a contaminé la zone impactée par la fuite.

EDF reste très évasif quant à cette zone, sa superficie, son étanchéité, la quantité d’effluents radioactif déversée, etc. L’industriel précise toutefois que les concentrations en tritium (un dérivé radioactif de l’hydrogène) mesurées sont supérieures au seuil autorisé, 6 fois plus (66 Bq/l au lieu de 10 maximum). EDF affirme que le liquide radioactif est resté dans une galerie du site nucléaire et n’a pas atteint le milieu naturel.

Cependant, ce que EDF ne dit pas c’est que l’hydrogène est le plus petit des éléments. Il a la capacité de passer aisément à travers les parois et les revêtements. Cet isotope radioactif peut ainsi se diffuser et il se lie très bien avec l’eau (composée de 2 atomes d’hydrogène et d’un atome d’oxygène). EDF ne précise pas si des analyses ont été faites dans le milieu naturel à proximité de la zone impactée. Ni si une surveillance particulière a été mise en place suite à l’accident. L’industriel ne précise pas non plus si d’autres substances, notamment chimiques, étaient contenues dans les eaux usées de la laverie.

L’incident a été déclaré à l’Autorité de sûreté nucléaire le 6 juillet 2023, plus de deux semaines après les faits. Et il faudra encore trois semaines à EDF pour informer le public. Quant aux raisons de la fuite, du temps de détection et de réaction, il est fort probable qu’elles ne filtrent jamais. EDF se targe de transparence, mais l’industriel ne livre aucun détail permettant de se faire une idée précise de l’accident, de ses raisons ni de ses possibles impacts. Il faudrait croire sur parole l’exploitant quand il affirme qu’il n’y a eu aucune conséquence. Les faits ont pourtant été catégorisés comme significatifs [1] pour l’environnement.

Malgré le manque d’informations dont nous disposons, plusieurs affirmations peuvent être posées, des constats que EDF, même s’il ne dit pas pas, ne peut cacher. La surveillance des activités ayant un enjeu pour l’environnement n’est pas suffisamment rapprochée, la fuite aurait dû être immédiatement détectée. L’entretien des équipements est insuffisant, la tuyauterie n’aurait pas dû fuir étant donné qu’elle véhicule des déchets liquides radioactifs. Sans oublier le contrôle, les vérifications de ces mêmes équipements qui sont aussi trop peu fréquents ou trop peu poussés : la dégradation de la tuyauterie aurait dû être détectée avant qu’une fuite ne survienne.
Malgré ses beaux discours et ses déclarations d’intentions, dans les faits, EDF ne met clairement pas assez de soin ni assez de moyens à surveiller, entretenir et contrôler ses équipements industriels. Dans ces conditions, l’exploitant ne peut pas préserver l’environnement des risques que génèrent par ses installations nucléaires.

Ce que dit EDF :

Evénement du domaine Environnement

Le 27/07/2023

Le 20 juin 2023 à 8h55 les équipes du site procèdent au transfert des eaux usées de la laverie où sont nettoyées les tenues de zone contrôlée, vers le réservoir de contrôle des effluents radioactifs.

A 11h15, le service Exploitation suspecte une fuite et dépêche un agent de terrain dans la galerie située sous le bâtiment adjacent. Sur place, ce dernier détecte un écoulement au niveau d’une tuyauterie. Le transfert d’effluents vers le réservoir est alors immédiatement stoppé et un balisage est mis en place dans la galerie. Vers 18h, les équipes du site procèdent à une réparation provisoire de la tuyauterie. Des prélèvements d’effluents sont effectués. Le lendemain, les équipes posent une protection étanche sur la tuyauterie en attendant son remplacement et le 21 juin, les opérations de pompage des effluents commencent pour se terminer le lendemain matin.

Le 29 juin 2023 le résultat des analyses des prélèvements montre la présence de tritium avec un point maximum à 66 kBq/L, supérieur à la concentration maximale autorisée (10 kBq/L) dans un puisard. Le tritium est toujours resté confiné dans la galerie, il n’y a eu aucun rejet dans l’environnement. Les analyses sont en cours pour déterminer la cause de l’événement.

Cet écart du domaine environnement, sans conséquence pour la santé des intervenants ni pour l’environnement, a été déclaré à l’Autorité de sûreté nucléaire le 6 juillet 2023.

https://www.edf.fr/la-centrale-nucleaire-de-gravelines/les-actualites-de-la-centrale-nucleaire-de-gravelines/evenements-significatifs-declares-a-lautorite-de-surete-nucleaire-au-mois-de-juillet-2023


[1Événements significatifs : incidents ou accidents présentant une importance particulière en matière, notamment, de conséquences réelles ou potentielles sur les travailleurs, le public, les patients ou l’environnement. https://www.asn.fr/Lexique/E/Evenement-significatif En dessous des évènements significatifs, il y a les évènements dits « intéressants », et encore en dessous les « signaux faibles ». Un évènement catégorisé « significatif » est donc déjà « en haut de l’échelle » d’importance des évènements


La surveillance des installations nucléaires au quotidien ? C’est grâce à vos dons que nous pouvons la mener !
Pour surveiller au jour le jour les incidents dans les installations nucléaires, les décrypter et dénoncer les risques permanents qui sont trop souvent minimisés - voire cachés par les exploitants, nous mobilisons tout au long de l’année des moyens humains et techniques.
Pour continuer ce travail de lanceur d’alerte et donner, au plus proche de leur survenue, des informations sur les inquiétants dysfonctionnements d’un parc nucléaire vieillissant, nous avons besoin de votre soutien financier !

Faire un don



Installation(s) concernée(s)

Gravelines

Nombre d'événements enregistrés dans notre base de données sur cette installation
163