Réseau Sortir du nucléaire
BoutiqueAgendaFaire un donEN

Des accidents nucléaires partout

France : Framatome Romans-sur-Isère : Problème dans l’atelier de fabrication de pastilles d’uranium




3 décembre 2018


Les installations Framatome du site de Romans-sur-Isère (Drôme) fabriquent du combustible nucléaire. Lors du nettoyage d’une machine permettant de donner le bon diamètre aux pastilles d’uranium le 21 novembre 2018, les équipes ont constaté une "accumulation inhabituelle de matières". On n’en sait pas beaucoup plus, si ce n’est que la quantité de matière radioactive récupérée était plus importante que d’habitude. Après avoir été stoppé, le nettoyage a repris et des mesures complémentaires ont été mises en place pour surveiller les machines concernées. L’exploitant, considérant cet évènement comme "inhabituel" bien que sans conséquence, l’a déclaré à l’Autorité de sûreté nucléaire en le classant au niveau 1. L’avis d’incident de l’ASN précise que l’épaisseur de matière présente était supérieure à la valeur maximale prise en compte dans la démonstration de sûreté pour la prévention du risque de criticité dans cet équipement. Et c’est ce non respect de la démonstration de sûreté qui justifie le classement de l’incident au niveau 1.


Ce que dit Framatome :

Le 03/12/2018

Framatome Romans : accumulation de matières dans un équipement de l’atelier pastillage sans conséquence sur le personnel ou l’environnement

Sur le site Framatome de Romans-sur-Isère, l’installation des combustibles de puissance est dédiée à la fabrication de combustibles uranium pour alimenter les réacteurs de production d’électricité. Dans cette installation, l’atelier pastillage a pour vocation de transformer la poudre d’uranium en pastilles d’uranium de 8 millimètres de diamètre, pesant de 7 à 8 grammes. Ces pastilles sont cuites dans un four à haute température afin d’acquérir leur solidité et leur densité définitives. La rectification, étape qui suit la cuisson ou « frittage », permet de calibrer le diamètre des pastilles en les usinant entre deux meules.

Le 21 novembre, lors de l’opération de nettoyage hebdomadaire d’une rectifieuse, des opérateurs détectent une accumulation inhabituelle de matières. Les opérateurs stoppent immédiatement le nettoyage et informent l’encadrement et l’équipe sûreté.

La conception de l’équipement a permis de toujours rester en situation sûre et, après analyse, la reprise du nettoyage a été autorisée. Cependant, compte tenu de la quantité importante de matière collectée par rapport aux références habituelles, des mesures de prévention complémentaires ont été mises en oeuvre pour renforcer la surveillance du procédé des deux rectifieuses.

Cet évènement n’a eu aucune conséquence sur le personnel ou l’environnement. Toutefois, Framatome Romans a considéré que cet évènement était inhabituel et a proposé à l’Autorité de Sûreté Nucléaire de le classer au niveau 1 de l’échelle internationale des évènements nucléaires (INES*) graduée jusqu’à 7.

http://www.framatome.com/FR/businessnews-1438/framatome-romans-accumulation-de-matieres-dans-un-equipement-de-l-atelier-pastillage-sans-consequence-sur-le-personnel-ou-l-environnement.html


Ce que dit l’ASN :

Le 10/12/2018

Accumulation de matière à l’intérieur d’un équipement

Publié le 10/12/2018

Usines de fabrication de combustibles nucléaires de Romans-sur-Isère - Fabrication de substances radioactives - Framatome

La société Framatome a déclaré le 30 novembre 2018 à l’Autorité de sûreté nucléaire (ASN) un événement significatif relatif à la maîtrise du risque de criticité.

L’événement est survenu le 21 novembre 2018 dans l’usine de fabrication de combustible située à Romans-sur-Isère (Drôme), dans l’installation nucléaire de base (INB) n° 98, dédiée à la fabrication d’éléments combustibles standards utilisés dans les réacteurs à eau sous pression. La matière nucléaire utilisée dans cette installation est de l’uranium à un taux d’enrichissement maximal de 5 %.

L’atelier de pastillage a pour objectif de transformer la poudre d’oxyde d’uranium en pastilles de combustible nucléaire, qui seront ensuite insérées dans les crayons des combustibles nucléaires des réacteurs. Ces pastilles sont calibrées par un équipement appelé rectifieuse, muni de deux meules d’usinage.

A l’occasion du nettoyage d’une rectifieuse, l’exploitant a constaté une accumulation inhabituelle de pastilles et de résidus de matière fissile sous les meules. L’épaisseur de matière présente sous les meules était supérieure à la valeur maximale prise en compte, dans la démonstration de sûreté, pour la prévention du risque de criticité dans cet équipement.

Les vérifications conduites montrent, a posteriori, que la géométrie de la zone et les caractéristiques de la matière concernée permettent de garantir l’absence de risque de criticité. Cet événement n’a donc pas eu de conséquence sur les travailleurs ou sur l’environnement.

En raison du non-respect de la démonstration de sûreté relative à la prévention du risque de criticité, l’incident a été classé au niveau 1 de l’échelle INES (échelle internationale des évènements nucléaires graduée de 0 à 7 par ordre croissant de gravité).

https://www.asn.fr/Controler/Actualites-du-controle/Avis-d-incident-des-installations-nucleaires/Accumulation-de-matiere-a-l-interieur-d-un-equipement