Réseau Sortir du nucléaire
Boutique Agenda Faire un donEN

Des accidents nucléaires partout

France : Framatome Romans : Utilisation interdite d’un chariot porte-bouteillon pour transporter les bouteillons de particules fines de matière uranifère




19 avril 2021


Le 19 avril 2021, les opérateurs en charge de l’opération de tamisage des bouteillons de particules fines de matière uranifère ont procédé à leur déplacement. Pour le transfert, ils ont utilisé un chariot porte-bouteillons, chariot interdit pour ce type de matière.


Ce que dit l’ASN :

Non-respect d’une règle de maîtrise de la criticité

Publié le 22/04/2021

La société Framatome a déclaré le 20 avril 2021à l’Autorité de sûreté nucléaire (ASN) un événement significatif relatif à la maîtrise du risque de criticité[1].

L’événement est survenu dans l’usine de fabrication de combustible située sur la commune de Romans-sur-Isère (Drôme), dans l’installation nucléaire de base (INB) n° 98, dédiée à la fabrication d’éléments combustibles standards utilisés dans les réacteurs à eau sous pression. La matière nucléaire utilisée dans cette installation est de l’uranium à un taux d’enrichissement maximal de 5 %.

Dans cette installation, un réseau centralisé permet d’aspirer les particules fines de matière uranifère présente dans les équipements. Cette matière doit ensuite être tamisée afin de séparer la matière uranifère réutilisable des autres résidus collectés. Avant tamisage, la matière est entreposée en bouteillons, sur des emplacements dédiés et verrouillés au sol. Ces bouteillons doivent ensuite être transportés unitairement.

Le 19 avril 2021, les opérateurs en charge de l’opération de tamisage des bouteillons ont procédé à leur déplacement. Pour le transfert, ils ont utilisé un chariot porte-bouteillons, chariot interdit pour ce type de matière.

Dès la détection de cette anomalie, les équipes de Framatome ont isolé les bouteillons et les ont entreposés sur des emplacements dédiés à ce type de matière.

Compte-tenu des marges de sûreté retenues vis-à-vis du risque de criticité, cet évènement n’a pas eu de conséquence sur les travailleurs ou sur l’environnement.

En raison du non-respect du référentiel de sûreté de l’installation relatif à la prévention du risque de criticité, l’incident a été classé au niveau 1 de l’échelle INES (échelle internationale des évènements nucléaires graduée de 0 à 7 par ordre croissant de gravité).

[1] Le risque de criticité est défini comme le risque de démarrage d’une réaction nucléaire en chaine lorsqu’une masse de matière fissile trop importante est rassemblée au même endroit. . Pour prévenir ce risque, les règles générales d’exploitation de l’installation prévoient, notamment, la limitation de la masse de matière présente à chaque étape de fabrication et le contrôle de la géométrie de la matière fissile.

https://www.asn.fr/Controler/Actualites-du-controle/Avis-d-incident-des-installations-nucleaires/Non-respect-d-une-regle-de-maitrise-de-la-criticite6


Ce que dit Framatome :

Framatome Romans : manutention non-conforme de bouteillons

Sur le site Framatome de Romans-sur-Isère, l’installation des combustibles de puissance est dédiée à la fabrication de combustibles uranium pour alimenter les réacteurs de production d’électricité. Dans cette installation, un réseau d’aspiration centralisé récupère les particules fines de matière uranifère circulant dans les équipements des ateliers. Cette matière récupérée est entreposée en bouteillons.

Dans le cadre des opérations de valorisation de la matière uranifère récupérée, les bouteillons sont préalablement tamisés avant d’être réintroduits dans le circuit normal de recyclage. Avant tamisage, ils doivent être manutentionnés unitairement.

Le 19 avril, tandis qu’une opération de tamisage était planifiée, plusieurs récipients ont été transportés ensemble, dans un chariot non prévu à cet effet. Ceci constitue un écart aux règles générales d’exploitation, relatif à la prévention du risque de criticité. Dès détection de cette anomalie, les récipients ont été isolés. La situation détectée ne remet pas en cause les marges de sûreté.

Cet évènement n’a eu aucune conséquence sur le personnel ou l’environnement. Framatome Romans a proposé à l’Autorité de Sûreté Nucléaire de le classer au niveau 1 de l’échelle internationale des évènements nucléaires (INES**) graduée jusqu’à 7.

* L’échelle INES (International Nuclear Event Scale) comprend 8 niveaux de gravité croissante. Elle est graduée de 0 à 7. En France, plusieurs centaines d’incidents sont classés chaque année au niveau 0 ou 1.

https://www.framatome.com/FR/businessnews-2121/actualites-framatome-romans-manutention-nonconforme-de-bouteillons.html


La surveillance des installations nucléaires au quotidien ? C’est grâce à vos dons que nous pouvons la mener !
Pour surveiller au jour le jour les incidents dans les installations nucléaires, les décrypter et dénoncer les risques permanents qui sont trop souvent minimisés - voire cachés par les exploitants, nous mobilisons tout au long de l’année des moyens humains et techniques.
Pour continuer ce travail de lanceur d’alerte et donner, au plus proche de leur survenue, des informations sur les inquiétants dysfonctionnements d’un parc nucléaire vieillissant, nous avons besoin de votre soutien financier !

Faire un don



Installation(s)

FBFC

Nombre d'événements enregistrés dans notre base de données sur cette installation
31