Faire un don

Des accidents nucléaires partout

France : Cruas : Quand faire du zèle fait plus de mal que de bien

Un système hors-service plusieurs jours faute de connaissances suffisantes




14 août 2023


Crédit photo : André Paris

La vapeur produite dans le cœur d’un réacteur doit pouvoir être détournée en cas de problème. C’est justement sur ce système qu’un problème a été détecté, sur le réacteur 3 de la centrale nucléaire de Cruas (Ardèche). Mais en voulant prendre des précautions supplémentaires, et faute d’avoir des connaissances suffisantes, les intervenants ont créé un autre problème.


Le système de contournement de la turbine permet d’évacuer la vapeur produite dans le cœur du réacteur  [1] en l’envoyant vers un condenseur. Ce contournement de la turbine est nécessaire dans certains états du réacteur nucléaire, en fonctionnement normal mais aussi en cas de problème (sur la turbine ou sur le circuit secondaire par exemple [2] ). Évacuer la vapeur sans permet de faire baisser la pression et la température dans le circuit qui la véhicule. C’est sur ce système qu’un problème est détecté le 5 août 2023 dans le réacteur 3 de la centrale nucléaire de Cruas : les vannes ne fonctionnement pas.

EDF a des protocoles tout prêts à suivre pour chaque situation : les configurations des systèmes doivent être modifiées comme indiqué dans la consigne. EDF ne demande pas à son personnel de réfléchir ni d’analyser, juste de lire et d’appuyer sur les boutons comme indiqués. En attendant que le diagnostic soit réalisé et la réparation effectuée, les intervenants appliquent effectivement la bonne consigne de configuration. Et même un peu plus : ils mettent en "sécurité" 2 capteurs du circuits. Ce n’est pas marqué dans la consigne, mais ça leur semble la bonne chose à faire. Un zèle qui est tout à leur honneur. Trop de précautions valent mieux que pas assez, non ?

Mais hélas, le système de gestion d’EDF ne permet pas à ses intervenants de réfléchir correctement. Probablement fondé sur une bonne intention, cet acte aura causé plus de mal que de bien. Les intervenants ne le savaient pas - et c’est la tout le fond du problème - mais lorsque le système a été réinitialisé avec ces 2 capteurs bloqués, cela a eu pour effet de bloquer l’ouverture rapide des vannes du système de contournement. Par leur excès de précaution et parce qu’ils n’avaient que des connaissances parcellaires des fonctionnement selon les modes de configuration, les intervenants ont créé un problème supplémentaire sur le circuit qui présentait déjà une avarie.

Problème de communication ou manque de vérification, cette erreur de configuration et sa conséquence n’ont été découvertes que 2 jours plus tard. Le réacteur n’a donc retrouvé un système de contournement de la turbine pleinement fonctionnel que le 7 août. Un délai bien supérieur au maximum autorisé par les règles de l’Autorité de sûreté. L’histoire ne dit pas à quoi était dû le problème initial sur les vannes du circuit de contournement. Mais pointe les effets délétères d’une sectorisation a outrance : à ne connaître qu’un petit bout de la chaîne, sans avoir tous les éléments permettant une connaissance globale des systèmes, les intervenants ont un pouvoir d’action limité dans la résolution de problème et peuvent même en générer de nouveaux sans même le savoir. Et ceux alors qu’ils ont les meilleures intentions.

EDF a déclaré les faits comme significatifs [3] pour la sûreté [4] de son réacteur le 10 août 2023. L’exploitant ne dit pas si la culture de sûreté et la formation de ses intervenants sera reprise suite à l’incident. Ni si les faits survenus lui auront fait se poser des questions sur son système de gestion.

Ce que dit EDF :

Non-respect de la conduite à tenir prévue par les spécifications techniques d’exploitation de l’unité de production n°3

Publié le 14/08/2023

Les règles générales d’exploitation (RGE) sont un recueil de règles qui définissent le domaine autorisé de fonctionnement de l’installation et les prescriptions de conduite des réacteurs associées. Elles encadrent notamment les interventions réalisées sur les équipements contribuant à la sûreté et prescrivent la conduite à tenir en cas d’indisponibilité de matériels à travers le chapitre dédié aux spécifications techniques d’exploitation.

Le 05 août 2023 à 12h45, le réacteur 3 est en production à la puissance maximale disponible. Les automaticiens lancent un essai périodique qui consiste à vérifier la conformité du traitement des signaux provenant notamment de capteurs situés sur l’un des générateurs de vapeur. Ils identifient que le résultat de l’essai est non conforme. Ils appliquent alors la note de mise en configuration donnant les consignes pour expertiser et réparer en limitant les risques d’envoyer un signal inapproprié dans la régulation ou un ordre de protection intempestif. Ils passent en position de sécurité le commutateur indiqué. Bien que ce ne soit pas dans leurs instructions, les intervenants décident de mettre aussi en position de sécurité deux commutateurs supplémentaires également concernés par l’essai périodique.

D’autre part, lors de la réalisation de l’essai, une légère variation de déplacement a été détectée au niveau des vannes du système prévu pour évacuer la vapeur (provenant des générateurs de vapeur) en contournant la turbine. Ce dysfonctionnement doit être traité avant de pouvoir refaire l’essai périodique car il existe un risque d’ouverture des vannes lors de l’essai. A16h51, les équipes effectuent donc une remise à zéro des signaux d’autorisation d’ouverture rapide des vannes. Les différents mesurages et actions réalisés ne permettent pas de résoudre le dysfonctionnement. Le 7 août, une analyse complémentaire permet d’identifier que le passage en position de sécurité de l’un des deux commutateurs supplémentaires, associé à la remise à zéro effectuée, a rendu indisponible le circuit permettant d’évacuer la vapeur en contournant la turbine. Dès la détection de cet événement, les deux commutateurs ont été remis dans la position conforme aux spécifications techniques d’exploitation.

Cet événement n’a pas eu de conséquence réelle sur la sûreté des installations. Toutefois, en raison de la détection tardive du non-respect des spécifications techniques d’exploitation, la direction de la centrale de Cruas-Meysse l’a déclaré, le 10 août 2023, à l’Autorité de sûreté nucléaire (ASN), en tant qu’évènement significatif sûreté au niveau 1 sur l’échelle INES qui en compte 7.

https://www.edf.fr/la-centrale-nucleaire-de-cruas-meysse/les-actualites-de-la-centrale-nucleaire-de-cruas-meysse/non-respect-de-la-conduite-a-tenir-prevue-par-les-specifications-techniques-dexploitation-de-lunite-de-production-ndeg3-0


Ce que dit l’ASN :

Détection tardive de l’indisponibilité partielle du système de contournement de la turbine (GCT-c)

Publié le 15/08/2023

Centrale nucléaire de Cruas-Meysse Réacteurs de 900 MWe - EDF

Le 10 août 2023, l’exploitant de la centrale nucléaire de Cruas-Meysse a déclaré à l’Autorité de sûreté nucléaire (ASN) un événement significatif pour la sûreté relatif à l’indisponibilité de l’ordre d’ouverture rapide du système de contournement de la turbine au condenseur (GCT-c) du réacteur 3.

Sur les réacteurs à eau sous pression, le système de contournement de la turbine au condenseur (GCT-c) a pour rôle d’évacuer la vapeur produite par les générateurs de vapeur vers le condenseur, dans certaines phases d’exploitation normales ou dégradées du réacteur, notamment en cas d’indisponibilité de la turbine. Ce système permet alors de limiter la température et la pression du circuit secondaire.

Le 5 août 2023, lors de la réalisation d’un essai périodique du système d’instrumentation du réacteur, l’exploitant a détecté des anomalies de manœuvre des vannes du circuit GCT-c et l’essai périodique a été déclaré comme non satisfaisant. En l’attente du diagnostic, les automaticiens ont appliqué la procédure prévue pour ce type de situation, mais ils ont également mis deux capteurs du système GCT-c en position de sécurité, sans que cela ne soit demandé par la procédure. Enfin, l’exploitant a procédé à une remise à zéro des signaux du système de protection relatifs au système GCT-c.

Le 7 août, les automaticiens ont identifié que la remise à zéro réalisée, associée à la mise en sécurité des deux capteurs susmentionnés, conduisait à rendre indisponible l’ordre d’ouverture rapide des vannes du système GCT-c, en cas de situation la nécessitant.

Après le traitement des anomalies mises en évidence le 5 août, l’essai périodique de test du système d’instrumentation du réacteur a été refait, le 8 août 2023, et ses résultats se sont avérés satisfaisants. Cependant, la fonction d’ouverture rapide du GTC-c est restée indisponible entre le 5 et le 7 août 2023 alors qu’elle était requise par les règles générales d’exploitation (RGE) du réacteur.

Cet événement n’a pas eu de conséquence sur l’environnement ou sur les travailleurs. Toutefois, compte-tenu de l’indisponibilité partielle du système GCT-c, détectée dans un délai supérieur au délai de repli du réacteur préconisée par les règles générales d’exploitation (RGE) dans ce type de situation, cet événement a été classé au niveau 1 de l’échelle INES.

https://www.asn.fr/l-asn-controle/actualites-du-controle/installations-nucleaires/avis-d-incident-des-installations-nucleaires/detection-tardive-de-l-indisponibilite-partielle-du-systeme-de-contournement-de-la-turbine-gct-c#close


[1La réaction nucléaire produite dans la cuve d’un réacteur nucléaire dégage une chaleur qui est utilisée pour créer de la vapeur qui est elle-même utilisée pour faire tourner une turbine. celle-ci, couplée à un alternateur, permet la production d’électricité

[2Le circuit secondaire est un circuit fermé dans lequel la vapeur produite dans le générateur de vapeur est conduite à la turbine, qui transforme son énergie en énergie mécanique. Il comprend : la partie secondaire des générateurs de vapeur, la turbine, le condenseur, les systèmes d’extraction et de réchauffage de l’eau condensée jusqu’au retour au générateur de vapeur, ainsi que les tuyauteries associées. https://www.asn.fr/Lexique/C/Circuit-secondaire

[3Événements significatifs : incidents ou accidents présentant une importance particulière en matière, notamment, de conséquences réelles ou potentielles sur les travailleurs, le public, les patients ou l’environnement. https://www.asn.fr/Lexique/E/Evenement-significatif En dessous des évènements significatifs, il y a les évènements dits « intéressants », et encore en dessous les « signaux faibles ». Un évènement catégorisé « significatif » est donc déjà « en haut de l’échelle » d’importance des évènements

[4La sûreté nucléaire est l’ensemble des dispositions techniques et des mesures d’organisation relatives à la conception, à la construction, au fonctionnement, à l’arrêt et au démantèlement des installations nucléaires de base, ainsi qu’au transport des substances radioactives, prises en vue de prévenir les accidents ou d’en limiter les effets. https://www.asn.fr/Lexique/S/Surete-nucleaire


La surveillance des installations nucléaires au quotidien ? C’est grâce à vos dons que nous pouvons la mener !
Pour surveiller au jour le jour les incidents dans les installations nucléaires, les décrypter et dénoncer les risques permanents qui sont trop souvent minimisés - voire cachés par les exploitants, nous mobilisons tout au long de l’année des moyens humains et techniques.
Pour continuer ce travail de lanceur d’alerte et donner, au plus proche de leur survenue, des informations sur les inquiétants dysfonctionnements d’un parc nucléaire vieillissant, nous avons besoin de votre soutien financier !

Faire un don



Installation(s) concernée(s)

Cruas

Nombre d'événements enregistrés dans notre base de données sur cette installation
142