Faire un don

Des accidents nucléaires partout

France : Cruas : Capteur mal branché et données erronées pour piloter le réacteur 3

EDF met un mois à réaliser et déclare un 5ème incident en 5 semaines




2 décembre 2022


Depuis plusieurs semaines, les incidents s’enchaînent à la centrale de Cruas (Auvergne-Rhône-Alpes). Le dernier en date est survenu durant le redémarrage du réacteur 3, le 28 octobre 2022 : un capteur de pression, dont les mesures servent au pilotage et à la protection du réacteur, a été branché sur la mauvaise prise. Celle-ci ne marchait plus depuis... 2 ans et demi.


Le fait que le capteur ait été branché sur une prise qui ne fonctionnait plus depuis juillet 2020 pose déjà question en soi. Les matériels définitivement hors-service comme cette prise ne sont-ils pas signalés, étiquetés, consignés ? Les directives et les procédures en lien avec ces équipements ne sont-elles pas mises à jour ? Et consultées avant intervention ?

Que EDF mette un mois pour détecter l’erreur de branchement, et surtout le caractère erroné des données fournies par le capteur alors qu’elles servent à piloter le réacteur nucléaire et à déclencher les dispositifs de protection qui évitent un accident, pose aussi question. Les interventions ne sont-elles pas contrôlées techniquement ? Les données vérifiées plus souvent ?

Que le site nucléaire de Cruas en soit à sa 5ème déclaration d’incidents en 5 semaines pose aussi question. D’autant qu’ils ont tous en commun un défaut d’entretien et de surveillance des équipements. Une pompe de refroidissement non conforme depuis qu’elle a été remontée il y a 18 ans, une vanne bloquée manuellement et oubliée durant des semaines alors qu’elle participe au contrôle de la réaction nucléaire, une vanne du circuit vapeur au câble de commande fondu alors que le dernier contrôle - en 2020 - n’avait rien détecté. Une voie du circuit EAS condamnée faute d’être suffisamment approvisionnée en eau  [1] ... Et un capteur de pression de la vapeur à l’entrée de la turbine branché sur une prise HS depuis plus de 2 ans qui fournit pendant un mois des données erronées utilisées pour piloter le réacteur et les systèmes automatiques de protection sans que personne ne s’en rende compte...

Températures froides, guerre en Ukraine, et arrêts prolongés de plusieurs réacteurs pour contrôles de corrosion sous contrainte ont créé de fortes tensions sur les marchés de l’énergie et sur l’approvisionnement en électricité. Le redémarrage du réacteur 3 aurait-il été un peu précipité ou s’agit-il de problèmes de fond, de compétences et de moyens ?

Ce que dit EDF :

Détection tardive de l’indisponibilité d’un capteur de mesure de pression de la turbine

Publié le 02/12/2022

Lors des opérations de redémarrage d’une unité de production après arrêt pour maintenance, des contrôles de matériels sont opérés avant de procéder à la divergence du réacteur et au démarrage de la turbine.

En 2020 lors des opérations de redémarrage de l’unité de production n°3, des contrôles de lignage d’un capteur de pression de la turbine sont réalisés avant de procéder à son démarrage. Ce capteur est ligné sur sa prise normale. Lors de la montée en puissance de la turbine, il est constaté que le capteur mesure une pression dont la valeur est différente d’un deuxième capteur assurant la même fonction. Le service maintenance procède alors au lignage du capteur sur une prise de secours afin de retrouver une mesure de pression conforme. Cette décision fait l’objet d’une fiche de modification temporaire de l’installation. En 2021, la fiche de modification temporaire est supprimée rendant ainsi le lignage sur la prise de secours définitif.

En 2022, l’équipe en charge de l’activité de contrôle n’a pas l’information du lignage définitif via la prise de secours et ligne donc le capteur sur la prise normale. Le 23 novembre à 14h30 un écart de pression est constaté entre les deux capteurs de la turbine après son couplage. A 14h55, les automaticiens observent la défaillance de la prise normale et demandent la modification du lignage. A 17 heures la turbine est déclenchée pour ligner le capteur sur sa prise de secours le rendant de nouveau disponible pour mesurer et surveiller la pression de la turbine.

Cet événement n’a pas eu de conséquence réelle sur la sûreté des installations au regard de la disponibilité d’un deuxième capteur. Toutefois, en raison d’une détection tardive de l’indisponibilité du capteur, la direction de la centrale nucléaire de Cruas-Meysse a déclaré à l’Autorité de sûreté nucléaire, le mercredi 30 novembre 2022, un événement significatif de sûreté de niveau 1 sur l’échelle INES, qui en compte 7.

https://www.edf.fr/la-centrale-nucleaire-de-cruas-meysse/les-actualites-de-la-centrale-nucleaire-de-cruas-meysse/detection-tardive-de-lindisponibilite-dun-capteur-de-mesure-de-pression-de-la-turbine


Ce que dit l’ASN :

Détection tardive de l’indisponibilité d’un capteur de pression du groupe turbo-alternateur

Publié le 02/12/2022

Centrale nucléaire de Cruas-Meysse Réacteurs de 900 MWe - EDF

Le 30 novembre 2022, EDF a déclaré à l’ASN un événement significatif relatif à la détection tardive de l’indisponibilité d’un capteur de pression de la vapeur alimentant le groupe turbo-alternateur du réacteur 3 de la centrale nucléaire de Cruas-Meysse.

Le groupe turbo-alternateur est situé en salle des machines et se compose d’une turbine et d’un alternateur. La turbine est actionnée par la vapeur issue des générateurs de vapeur du réacteur. Celle-ci entraîne l’alternateur qui produit l’électricité.

Plusieurs capteurs surveillent en permanence les paramètres de fonctionnement de la turbine, dont la pression de la vapeur du circuit secondaire qui l’alimente. Les informations délivrées par ces capteurs sont utilisées à la fois par le système de régulation permettant le pilotage du réacteur, notamment du niveau d’eau dans les générateurs de vapeur, et par le système de protection du réacteur.

Le 21 juillet 2020, lors du redémarrage après arrêt pour rechargement du réacteur 3, il a été constaté que la prise d’impulsion normale d’un capteur de pression était défaillante. Ce capteur a donc été branché sur une prise alternative dite « endoscopique ». Cette modification étant pérenne, la prise d’impulsion normale n’a pas été remise en état.

Le 28 octobre 2022, lors du redémarrage après un nouvel arrêt pour rechargement du réacteur 3, un contrôle des capteurs du groupe turbo-alternateur a été réalisé. A l’issue de ce contrôle, le capteur de pression susmentionné a été branché sur la prise d’impulsion normale alors que celle-ci était toujours hors service.

Le 23 novembre 2022, les opérateurs ont relevé des incohérences entre les capteurs de mesure de pression et, après investigation, ont détecté le mauvais branchement du capteur susmentionné. Ce capteur a été rebranché sur la prise « endoscopique » le 24 novembre 2022, le rendant à nouveau disponible. Ainsi, le capteur de mesure de pression concerné par l’événement a été indisponible entre le 28 octobre 2022 et le 24 novembre 2022, pendant une durée supérieure à celle permise par les spécifications techniques d’exploitation. Cependant, malgré l’indisponibilité des capteurs concernés, d’autres capteurs et dispositifs de sécurité auraient permis d’assurer le fonctionnement des systèmes de protection du réacteur.

Cet événement n’a donc pas eu de conséquence sur le personnel ni sur l’environnement de l’installation. Toutefois, en raison du caractère tardif de sa détection au regard de la conduite à tenir préconisée par les spécifications techniques d’exploitation, cet événement a été classé au niveau 1 de l’échelle INES.

https://www.asn.fr/l-asn-controle/actualites-du-controle/installations-nucleaires/avis-d-incident-des-installations-nucleaires/detection-tardive-de-l-indisponibilite-d-un-capteur-de-pression-du-groupe-turbo-alternateur


[1Circuit d’aspersion de secours (EAS) : En cas d’accident conduisant à une augmentation de pression et de température dans le bâtiment réacteur, le circuit d’aspersion de secours pulvérise de l’eau additionnée de soude afin de rétablir des conditions ambiantes acceptables, de préserver l’intégrité de l’enceinte de confinement et de rabattre au sol les aérosols radioactifs éventuellement disséminés. Source : https://www.asn.fr/lexique/C/Circuit-d-aspersion-de-secours


La surveillance des installations nucléaires au quotidien ? C’est grâce à vos dons que nous pouvons la mener !
Pour surveiller au jour le jour les incidents dans les installations nucléaires, les décrypter et dénoncer les risques permanents qui sont trop souvent minimisés - voire cachés par les exploitants, nous mobilisons tout au long de l’année des moyens humains et techniques.
Pour continuer ce travail de lanceur d’alerte et donner, au plus proche de leur survenue, des informations sur les inquiétants dysfonctionnements d’un parc nucléaire vieillissant, nous avons besoin de votre soutien financier !

Faire un don



Installation(s) concernée(s)

Cruas

Nombre d'événements enregistrés dans notre base de données sur cette installation
142