Faire un don

Des accidents nucléaires partout

France : Civaux : Quand mauvaise réparation et vérifications bâclées se rencontrent

Le refroidissement du réacteur 2 mis en péril




24 juillet 2023


Un double problème est survenu sur le réacteur 2 de la centrale nucléaire de Civaux (Vienne) courant juillet 2023. L’incident a affecté un circuit de refroidissement dit intermédiaire mais pourtant crucial. EDF a mis huit jours à le résoudre. Quand mauvaise réparation des circuits croise des tests de vérification faits à la va-vite, c’est avec le refroidissement de son réacteur nucléaire que EDF prend des risques.


Tout a commencé... on ne sait pas bien quand. Mais c’est le 11 juillet que EDF réalise qu’une vanne du circuit de refroidissement intermédiaire du réacteur 2 (circuit RRI), le circuit qui permet de refroidir tous les matériels du réacteur (hormis le combustible), ne fonctionne pas. Pourquoi ? De quand date sa dernière vérification ? On ne sait pas.
Cette vanne permet de faire basculer le circuit de refroidissement d’une voie à l’autre. Car le circuit RRI, comme tous les circuits les plus importants dans une centrale nucléaire, est doublé. Par mesure de précaution, les circuits sont redondants : ils sont constitués de 2 voies, remplissant les mêmes fonctions. En cas de problème sur l’une, on peut alors basculer sur l’autre. Mais encore faut-il que les vannes soient dans la bonne position et fonctionnent. Car si une seule voie est nécessaire, les 2 doivent être en parfait état de marche lorsque le réacteur nucléaire est en fonctionnement.

Les règles imposées par l’Autorité de sûreté nucléaire donnent un délai maximal de 3 jours en cas de problème sur ce circuit pour le résoudre. EDF entame alors un diagnostic et répare la vanne de basculement du circuit RRI le 12 juillet. Il procède aux tests pour vérifier qu’elle fonctionne correctement et déclare le 13 juillet que la vanne est réparée. Les délais imposés sont donc respectés.

Sauf que le 18 juillet, alors qu’il faut encore basculer d’une voie à l’autre le circuit RRI, la même vanne se met à fuir. L’eau de la voie utilisée s’échappe dans l’autre voie. Sérieux problème pour continuer à refroidir suffisamment les équipements. Le lendemain, la vanne est de nouveau auscultée : un mauvais réglage avait été fait lors de la réparation du 13 juillet. Tous les tests, y compris d’étanchéité, seront effectués après l’intervention pour s’assurer que la vanne fonctionne correctement. Le 19 juillet, la vanne est déclarée réparée, pour de vrai cette fois. Mais le délai de 3 jours lui a été très largement dépassé :près de 3 fois le maximum autorisé.
Le manque de qualité dans les interventions de maintenance et le manque de rigueur dans les tests de vérifications ont mis en péril le refroidissement des équipements d’un réacteur nucléaire. À vouloir faire trop vite, EDF fait mal. Il crée et fait durer des situations risquées.

Ce que dit EDF :

Non-respect d’une spécification technique d’exploitation (STE) sur l’unité de production n°2 de Civaux

Publié le 24/07/2023

Le pilotage d’un réacteur s’inscrit dans un cadre de prescriptions, parmi lesquelles les spécifications techniques d’exploitation (STE), qui recueillent l’ensemble des règles à respecter pour la conduite des installations.

Le 11 juillet 2023, les équipes d’EDF détectent l’indisponibilité d’une vanne inter-voie dans le circuit de réfrigération intermédiaire de l’îlot nucléaire, sur l’unité de production n°2. Le matériel est remis en conformité et requalifié le lendemain, après intervention.

Le 18 juillet 2023, un nouveau défaut est constaté sur cette vanne, qui s’avère inétanche. Après diagnostic et analyse, l’inétanchéité provient d’un mauvais réglage lors de l’intervention réalisée sur le matériel le 12 juillet, qui a conduit à requalifier le matériel de manière inadaptée. L’installation est remise en conformité puis requalifiée le 19 juillet 2023 (contrôle de la bonne manœuvre de la vanne en ouverture et fermeture, contrôle de son étanchéité).

La conduite à tenir prévue par les STE a été respectée en temps réel (remise en conformité du matériel dès détection du défaut). Cependant, le délai de réparation prévu par les STE a lui été dépassé (la vanne étant de fait restée indisponible durant 8 jours alors que la conduite à tenir prévue par les procédures d’exploitation demandait une réparation sous 3 jours).

En raison de sa détection (dite tardive car détectée a posteriori), la centrale nucléaire de Civaux a déclaré ce non-respect des spécifications techniques d’exploitation le 21 juillet 2023 à l’Autorité de sûreté nucléaire, comme événement significatif de sûreté de niveau 1 (anomalie) sur l’échelle INES, qui en compte 7.

https://www.edf.fr/la-centrale-nucleaire-de-civaux/les-actualites-de-la-centrale-nucleaire-de-civaux/non-respect-dune-specification-technique-dexploitation-ste-sur-lunite-de-production-ndeg2-de-civaux


Ce que dit l’ASN :

Détection tardive d’une inétanchéité d’un robinet sur le système de refroidissement intermédiaire du réacteur 2

Publié le 25/07/2023

Centrale nucléaire de Civaux Réacteurs de 1450 MWe - EDF

Le 20 juillet 2023, l’exploitant de la centrale nucléaire de Civaux a déclaré à l’Autorité de sûreté nucléaire (ASN) un événement significatif pour la sûreté relatif à la détection tardive d’une inétanchéité d’un robinet sur le système de refroidissement intermédiaire (RRI) du réacteur 2.

Le système de réfrigération intermédiaire (RRI) permet de refroidir, en fonctionnement normal comme en situation accidentelle, l’ensemble des matériels et fluides des systèmes auxiliaires et de sauvegarde du réacteur. Le circuit RRI, situé en grande partie à l’extérieur de l’enceinte de confinement, est constitué de deux voies séparées et redondantes (voies A et B). En fonctionnement normal, seule une voie est en service mais les deux doivent être disponibles.

Le 11 juillet 2023, lors d’un basculement entre les deux voies, l’exploitant a constaté qu’une vanne située entre les deux voies n’était pas disponible. A la suite d’une intervention réalisée le 12 juillet sur l’équipement, puis de tests opérés sur cette vanne le 13 juillet, l’exploitant a considéré que l’équipement était de nouveau disponible.

Le 18 juillet 2023, lors d’un nouveau basculement entre les deux voies, l’exploitant a constaté l’inétanchéité de la vanne réparée, induisant un transfert d’eau entre les deux voies du circuit RRI.

Cet évènement n’a pas eu de conséquence pour les personnes et l’environnement.

Néanmoins, en raison de sa détection tardive, cet évènement qui aurait pu rendre totalement indisponible l’une des voies (voie A) du système de réfrigération intermédiaire et ainsi affecter la fonction de sûreté liée au refroidissement du réacteur, a été classé au niveau 1 de l’échelle INES (échelle internationale des événements nucléaires et radiologiques, graduée de 0 à 7 par ordre croissant de gravité).

Le 19 juillet 2023, à l’issue d’un diagnostic mettant en évidence un mauvais réglage de la partie interne de la vanne, l’exploitant a procédé à sa remise en conformité et réalisé les tests associés, notamment un test d’étanchéité, ce qui a permis de retrouver la disponibilité de l’équipement.

La voie B du circuit RRI est restée quant à elle pleinement opérationnelle pendant toute la durée de l’évènement.

https://www.asn.fr/l-asn-controle/actualites-du-controle/installations-nucleaires/avis-d-incident-des-installations-nucleaires/inetancheite-d-un-robinet-sur-le-systeme-de-refroidissement-intermediaire-du-reacteur-2


La surveillance des installations nucléaires au quotidien ? C’est grâce à vos dons que nous pouvons la mener !
Pour surveiller au jour le jour les incidents dans les installations nucléaires, les décrypter et dénoncer les risques permanents qui sont trop souvent minimisés - voire cachés par les exploitants, nous mobilisons tout au long de l’année des moyens humains et techniques.
Pour continuer ce travail de lanceur d’alerte et donner, au plus proche de leur survenue, des informations sur les inquiétants dysfonctionnements d’un parc nucléaire vieillissant, nous avons besoin de votre soutien financier !

Faire un don



Installation(s) concernée(s)

Civaux

Nombre d'événements enregistrés dans notre base de données sur cette installation
73