Réseau Sortir du nucléaire
BoutiqueAgendaFaire un donEN

Des accidents nucléaires partout

France : Chinon : Un an de retard pour le contrôle d’un filtre à iode qui était en fait défectueux depuis 2015




28 janvier 2019


Nouvel évènement significatif pour la sûreté à Chinon : violation des spécifications techniques, erreur humaine et détection tardive. Non seulement l’exploitant a plus d’un an de retard pour contrôler un filtre à iode équipant la ventilation de la salle de commande du réacteur 1, mais en plus le dernier contrôle - datant de 2015 - avait été déclaré conforme alors que l’essai de fonctionnement n’était pas satisfaisant. Le filtre a été changé le 23 janvier 2019, 4 an et 2 semaines après le test validé par erreur.


C’est par l’Autorité de sûreté nucléaire qu’on apprendra que le délai maximal de 3 ans entre 2 contrôles est dépassé d’un an et qu’une erreur lors du dernier essai a conduit à le déclarer comme satisfaisant alors qu’il ne l’était pas. EDF ne fait mot de ces éléments dans sa déclaration d’incident.

Ce nouvel incident vient allonger la liste de déclarations faites par la direction de la centrale de Chinon (Touraine) qui sont toutes en lien avec des erreurs commises qui n’ont ensuite pas été décelées rapidement : erreur lors d’un essai avec conséquences sur le circuit d’alimentation des générateurs de vapeur détectée 5 jour après ; problème sur le circuit d’injection de sécurité du réacteur 3 détecté 6 jours après ; enceinte de confinement pas tout à fait étanche lors du rechargement du combustible du réacteur 2 parce qu’un robinet n’avait pas été fermé... Déjà en octobre 2017, lors du précédent arrêt pour maintenance et rechargement du combustible du réacteur 2, un robinet avait été laissé ouvert sur une canalisation traversant l’enceinte de confinement. Personne ne s’en était rendu compte durant près d’un an. Tous ces évènements semblent démontrer un manque de rigueur persistant dans les opérations de maintenance et les contrôles d’équipements qui participent à la sûreté de l’installation et à la protection des travailleurs et de l’environnement.

Ce que dit l’ASN :

Le 31/01/2019

Non-respect de la périodicité de contrôle d’un filtre à iode du système de ventilation de la salle de commande du réacteur 1

Publié le 31/01/2019

Centrale nucléaire de Chinon B - Réacteurs de 900 MWe - EDF

Le 25 janvier 2019, EDF a déclaré à l’Autorité de sûreté nucléaire (ASN) un évènement significatif pour la sûreté relatif au non-respect de la périodicité de contrôle d’un filtre à iode du système de ventilation de la salle de commande du réacteur 1.

La salle de commande d’un réacteur est équipée d’un circuit de ventilation et de filtration de l’air extérieur afin de maintenir des conditions ambiantes compatibles avec un séjour du personnel. Ce circuit comporte en particulier un dispositif de filtration d’iode qui serait utilisé lors d’un accident entraînant des rejets radioactifs sur le site.

Le 7 janvier 2015, un test d’efficacité avait été réalisé sur un filtre à iode du système de ventilation de la salle de commande. Une erreur dans le renseignement d’un document par les intervenants avait alors conduit à la déclaration de cet essai comme satisfaisant alors qu’un critère sur le coefficient d’épuration du système n’était pas respecté. Sans cette erreur, en application des règles générales d’exploitation (RGE), l’exploitant aurait alors dû réaliser un contrôle au plus tard trois ans après la réalisation du premier essai, ce qui n’a pas été fait.

Le 21 janvier 2019, à l’occasion de la réalisation du contrôle périodique du filtre, l’exploitant a constaté que la périodicité de contrôle de l’équipement n’avait pas été respectée au vu des résultats du précédent essai.

Le 22 janvier 2019, un test d’efficacité a conclu à la nécessité de remplacer le filtre, ce qui a été fait le 23 janvier 2019.

Cet événement n’a pas eu de conséquence sur l’environnement ou sur les travailleurs.

Compte tenu de la détection tardive d’une anomalie affectant un matériel qui a conduit au non-respect des spécifications techniques d’exploitation, cet évènement a été classé au niveau 1 de l’échelle INES.

https://www.asn.fr/Controler/Actualites-du-controle/Avis-d-incident-des-installations-nucleaires/Non-respect-de-la-periodicite-de-controle-d-un-filtre-a-iode-du-systeme-de-ventilation


Ce que dit EDF :

Déclaration d’un événement de niveau 1 (échelle INES) concernant la détection tardive de l’indisponibilité d’un filtre d’air sur le système de ventilation de la salle de commandes de l’unité de production n°1

Publié le 28/01/2019

Le 22 janvier 2019, les équipes de la centrale réalisent un test de fonctionnement sur un des filtres du système de ventilation de la salle des commandes de l’unité de production numéro 1, et constatent que ce dernier n’a pas été testé dans les délais prescrits. Apres un essai infructueux de ce filtre d’air, elles procèdent immédiatement à son remplacement.

Ce filtre permet de garantir la qualité de l’air entrant à l’intérieur de la salle de commande notamment en situation incidentelle. Un deuxième filtre assurant la même fonction est toujours resté disponible. Il n’y a eu aucune conséquence pour l’environnement et les personnels.

Néanmoins, suite à la détection tardive de cet événement, la direction de la centrale nucléaire de Chinon a déclaré un événement significatif sûreté, le 29 janvier 2019, à l’Autorité de Sûreté Nucléaire (ASN) de niveau 1 de l’échelle internationale des événements nucléaires (INES), qui en compte 7.

https://www.edf.fr/groupe-edf/nos-energies/carte-de-nos-implantations-industrielles-en-france/centrale-nucleaire-de-chinon/actualites/declaration-d-un-evenement-de-niveau-1-echelle-ines-concernant-la-detection-tardive-de-l-indisponibilite-d-un-filtre-d-air-sur-le-systeme-de





Installations
Chinon