Réseau Sortir du nucléaire
Boutique Agenda Faire un donEN

Des accidents nucléaires partout

France : Blayais : Fuites sur l’enceinte du réacteur 2

EDF refuse de se fier aux données et fait tomber la dernière barrière




29 juillet 2021


Durant plusieurs jours, le système de surveillance atmosphérique de l’enceinte de confinement du réacteur 2 de la centrale nucléaire du Blayais (Nouvelle Aquitaine) a indiqué un débit de fuite élevé, supérieur au maximum autorisé. EDF a refusé de se fier à ces données, qui étaient synonymes de fuites sur la troisième et dernière barrière physique qui existe entre la radioactivité, générée par ses activités industrielles d’EDF, et le monde extérieur. Erreurs de positionnement, erreurs de calculs, erreurs d’analyses et de diagnostics... l’exploitant nucléaire, manifestement dépassé, a créé un incident en cumulant les manquements. Avec à la clés des risques accrus pour les populations et l’environnement.


Le réacteur 2 du Blayais a redémarré le 26 juin 2021 après plusieurs semaines de travaux. Après plus de 10 jours de fonctionnement, l’industriel a dû se rendre à l’évidence : le système de surveillance atmosphérique ne dysfonctionne pas, les données qu’il fournie sont fiables. Il y a bien une fuite sur l’enceinte de confinement, une fuite trop importante pour assurer justement le confinement de la radioactivité à l’intérieur du bâtiment. Le 12 juillet 2021, alors que dès le 1er juillet les données indiquaient un taux de fuite trop important par rapport au maximum autorisé, l’exploitant lance enfin des recherches sur ses équipements et fait vérifier les configurations de ses divers systèmes. Il s’est avéré que deux vannes avaient - par erreur - été laissées ouvertes. À quelle occasion ? Pourquoi ? Depuis quand ? EDF ne livre aucune explication. Mais il y avait bien des fuites de l’air du bâtiment réacteur vers l’extérieur. Le réacteur nucléaire était en fonctionnement depuis le 26 juin 2021. Et ce n’est que le 13 juillet que le responsable s’en est rendu compte.

La troisième et dernière barrière de protection contre la radioactivité est donc tombée, par manque de précaution et de rigueur de l’industriel qui n’a pas su éviter ni repérer rapidement ces erreurs de positionnement de vannes. Des erreurs qui n’auraient pas dû arriver et surtout auraient dû être détectées avant le redémarrage du réacteur. Et qui plus est, EDF a laisser perdurer une situation inacceptable selon les règles générales de sûreté fixées par les autorités, refusant de croire aux données fournies par le système de surveillance. L’exploitant nucléaire a donc créé lui-même le problème, n’a pas su détecter le détecter et a laissé perdurer une situation qui ne devrait pas arriver durant plus de 10 jours. Dégradation de la défense en profondeur dira l’Autorité de sûreté nucléaire. Le responsable de l’installation nucléaire, EDF, a lui-même anéanti la dernière barrière physique qui "protège" le monde extérieur des conséquences de ses activités en évitant une importante dispersion de la radioactivité dans l’environnement et l’exposition des populations. Sans s’en rendre compte. Et a, de surcroît, refusé d’admettre la situation malgré les données fournies par ses instruments, laissant la fuite perdurer plus de 10 jours.

Les faits survenus entre la fin juin et la mi juillet 2021 lors du redémarrage de réacteur 2 du Blayais montrent bien à quel point l’industriel n’a pas la main sur son installation. Les faits ont d’ailleurs été considérés comme significatifs pour la sûreté. L’histoire ne dit pas si EDF a mis en place une surveillance particulière de l’environnement et si des radionucléides, qui sont toujours présents dans le bâtiment réacteur, ont été détectés à l’extérieur de l’enceinte de confinement.

Ce que dit EDF :

Détection tardive de deux vannes d’isolement ouvertes sur le circuit de surveillance atmosphérique de l’enceinte du bâtiment réacteur de l’unité de production n°2

Evénement sûreté

Publié le 29/07/2021

Le 26 juin 2021, les équipes de la centrale nucléaire du Blayais procèdent au redémarrage de l’unité de production n°2 à la suite de son arrêt pour maintenance programmée. Des conditions spécifiques sont alors requises concernant les paramètres de pression de l’enceinte de confinement. Ces valeurs comprennent notamment les mesures relatives à l’étanchéité de l’enceinte du bâtiment réacteur.

Le système automatique de suivi en continu de l’étanchéité de l’enceinte est alors mis en service. Durant la phase d’initialisation du système, qui dure 6 jours, les calculs sont réalisés en parallèle par les équipes de la centrale.

Le 1er juillet 2021, le système automatique de suivi en continu de l’étanchéité de l’enceinte est initialisé et fonctionnel. Toutefois, une mauvaise interprétation de paramètres sur le fonctionnement du matériel conduit à retenir les valeurs calculées de façon manuelle, en lieu et place des valeurs affichées par le système automatique.

Le 12 juillet 2021, après comparaison des valeurs, analyse et expertise du matériel, celui-ci est jugé conforme ainsi que les valeurs indiquées. Celles-ci sont légèrement supérieures à celles définies dans les spécifications techniques d’exploitation. Une analyse est menée pour détecter l’origine de cette augmentation de valeur. Elle révèle une position incorrecte de deux vannes d’isolement, alors ouvertes, du circuit de surveillance atmosphérique de l’étanchéité de l’enceinte. Ces deux vannes ont été immédiatement fermées et les valeurs mesurées sont redevenues conformes.

Cet événement n’a eu aucune conséquence réelle sur la sûreté des installations car d’autres moyens assurant l’étanchéité de l’enceinte sont toujours restés opérationnels. Toutefois, le non-respect d’une valeur réglementaire et la détection tardive de l’ouverture des deux vannes a conduit la direction de la centrale nucléaire du Blayais à déclarer à l’Autorité de sûreté nucléaire, le 20 juillet 2021, un événement significatif pour la sûreté au niveau 1 de l’échelle INES qui en compte 7 https://www.edf.fr/la-centrale-nucleaire-du-blayais/les-actualites-de-la-centrale-nucleaire-du-blayais/detection-tardive-de-deux-vannes-d-isolement-ouvertes-sur-le-circuit-de-surveillance-atmospherique-de-l-enceinte-du-batiment-reacteur-de-l-unite-de-production-ndeg2


Ce que dit l’ASN :

Détection tardive de la position ouverte de deux vannes d’isolement du système de surveillance de l’atmosphère de l’enceinte de confinement du réacteur 2

Publié le 02/08/2021

Centrale nucléaire du Blayais - Réacteurs de 900 MWe - EDF

Le 20 juillet 2021, l’exploitant de la centrale nucléaire du Blayais a déclaré à l’Autorité de sûreté nucléaire (ASN) un événement significatif pour la sûreté relatif à la détection tardive de la position non conforme de deux vannes d’isolement de capteurs de pression du système de surveillance de l’atmosphère de l’enceinte de confinement du réacteur 2.

L’enceinte de confinement est un bâtiment en béton, à l’intérieur duquel se trouve notamment la cuve qui contient le combustible nucléaire. Elle constitue la dernière des trois barrières entre les produits radioactifs contenus dans le cœur du réacteur et l’environnement (la première barrière étant constituée par la gaine du combustible, la deuxième étant constituée par l’enveloppe du circuit primaire principal). L’enceinte de confinement est dotée d’un système (SEXTEN) qui permet de suivre en permanence son étanchéité en situation normale de fonctionnement.

Le 26 juin 2021, le réacteur 2 était en phase de redémarrage à la suite de son arrêt pour maintenance et rechargement du combustible, jusqu’à se trouver en phase de production à partir du 4 juillet 2021. Du 26 juin 2021 au 1er juillet 2021, le système automatique SEXTEN de ce réacteur était dans une phase d’initialisation durant laquelle la mesure du débit de fuite de l’enceinte n’est pas exploitable. A partir du 1er juillet 2021, les valeurs de débit de fuite lues par l’exploitant se sont révélées supérieures aux valeurs maximales autorisées par les règles générales d’exploitation. L’exploitant a alors estimé que ces données n’étaient pas encore représentatives, en considérant que la phase d’initialisation se poursuivait, et a calculé le débit de fuite de l’enceinte de confinement de façon manuelle, sans mettre en évidence d’anomalie.

Des investigations concernant les valeurs élevées de débit de fuite mesurées par le système automatique SEXTEN ont été menées jusqu’au 11 juillet 2021, en se concentrant sur un dysfonctionnement probable de ce dispositif. Le 12 juillet 2021 l’exploitant a considéré que le système automatique SEXTEN fonctionnait correctement. Dès lors, l’exploitant a réorienté sa réflexion pour rechercher l’origine réelle de la valeur élevée du débit de fuite.

Le 13 juillet 2021, l’exploitant a détecté que deux vannes d’isolement de capteurs de pression du système de surveillance de l’atmosphère de l’enceinte étaient en position ouverte, non conforme, contribuant à augmenter le flux d’air s’échappant de l’enceinte de confinement.

Cet événement n’a pas eu de conséquence sur les installations, les personnes et l’environnement. Toutefois, compte tenu de la dégradation de la défense en profondeur de la troisième barrière de confinement, du non-respect des règles générales d’exploitation et en raison de sa détection tardive, cet événement a été classé au niveau 1 de l’échelle INES (échelle internationale des événements nucléaires et radiologiques, graduée de 0 à 7 par ordre croissant de gravité).

Le 13 juillet, sitôt l’anomalie détectée, l’exploitant a procédé à la fermeture des vannes concernées, permettant de retrouver une étanchéité conforme.

https://www.asn.fr/Controler/Actualites-du-controle/Avis-d-incident-des-installations-nucleaires/Detection-tardive-de-la-position-ouverte-de-deux-vannes-d-isolement


La surveillance des installations nucléaires au quotidien ? C’est grâce à vos dons que nous pouvons la mener !
Pour surveiller au jour le jour les incidents dans les installations nucléaires, les décrypter et dénoncer les risques permanents qui sont trop souvent minimisés - voire cachés par les exploitants, nous mobilisons tout au long de l’année des moyens humains et techniques.
Pour continuer ce travail de lanceur d’alerte et donner, au plus proche de leur survenue, des informations sur les inquiétants dysfonctionnements d’un parc nucléaire vieillissant, nous avons besoin de votre soutien financier !

Faire un don



Installation(s)

Blayais

Nombre d'événements enregistrés dans notre base de données sur cette installation
79