Faire un don

Fil info : Guerre en Ukraine et risque nucléaire

Le jeudi 24 février 2022 à 6h, Vladimir Poutine a déclaré l’invasion de l’Ukraine en lançant la plus grosse offensive militaire que l’Europe ait connu depuis la seconde guerre mondiale. Nous condamnons fermement cette attaque et nos pensées vont vers les victimes du conflit. Ce pays déjà profondément meurtri par la catastrophe de Tchernobyl vit désormais également sous la menace de frappes qui pourraient toucher, directement ou indirectement, les installations nucléaires. Le pays compte 15 réacteurs nucléaires en activité.

4 avril 2022 à 16 heures
L’armée russe quitte la région de Tchernobyl, des soldats victimes du mal des radiations

Suite aux difficultés à occuper le territoire Ouest de l’Ukraine, l’armée russe vient de quitter la région de Tchernobyl et a redonné le contrôle de la centrale à l’opérateur ukrainien Energo. Il semblerait que de nombreux soldats russes aient été victime du mal des radiations après des manœuvres complètement absurdes dans la zone interdite. Aucun équipement de protection n’aurait été fourni aux militaires qui auraient même été jusqu’à creuser des tranchées dans la "forêt rouge" une zone très contaminée par les radionucléides issus de la catastrophe.

En savoir plus (Korii)
23 mars 2022 à 12 heures
Un laboratoire détruit, feux de forêt et les équipes de Tchernobyl enfin relayées

 Un laboratoire d’analyse servant à caractériser les déchets radioactifs aurait été détruit par l’armée russe à Tchernobyl.

 D’importants feux de forêt dans la région se manifestent à nouveau cette année, une menace récurrente susceptibles de réinjecter de la radioactivité dans l’air ambiant, le conflit n’arrangeant en rien les choses.

 Les équipes de techniciens chargées de surveiller Tchernobyl reçoivent enfin du relai après presque un mois de travail non stop sous la menace des armes. Les équipes n’ont été cependant que partiellement remplacées.

En savoir plus (communiqué de la CRIIRAD)
18 mars 2022 à 11 heures
Le point sur la situation en Ukraine

Au 18 mars voici les données que nous avons pu recueillir sur la situation des installations nucléaires en Ukraine :

 L’électricité aurait été rétablie sur le site de Tchernobyl. 200 personnes sont toujours retenues en otage par l’armée russe sur le site pour continuer à en assurer la sécurité, les mêmes personnes depuis près de 3 semaines dans des conditions de vie dégradées et sous la menace des armes.

 La centrale de Zaporijjia a perdu au moins l’une de ses sources d’approvisionnement électrique pour une raison encore inconnue, mais il semble en rester entre une ou deux qui lui permettent d’assurer son fonctionnement et sa sécurité.

15 mars 2022 à 10 heures
Incertitudes sur la situation à Tchernobyl

Alors que le gestionnaire du réseau électrique ukrainien, annonçait le 13 mars qu’il avait rétabli le courant le 13 mars sur le site de Tchernoby, il annonce pour la seconde fois que les russes ont endommagé les lignes haute tension et que l’électricité est à nouveau coupée sur le site. Il est difficile de connaitre la réelle situation sur place tant les informations sont contradictoires suivant les sources depuis quelques jours.

À la centrale de Zaporijjia, des ingénieurs russes sont arrivés et demandent à prendre le contrôle total de la centrale.

9 mars 2022 à 14 heures
Rupture d’alimentation électrique sur le site de Tchernobyl

L’opérateur ukrainien Ukrenergo vient d’annoncer une rupture d’alimentation électrique sur le site de Tchernobyl. Particulièrement préoccupant car le site nécessite pour sa sécurité des systèmes de pompes pour le refroidissement du combustible nucléaire usagé et d’autres systèmes de sécurité pour contrôler l’intérieur du réacteur accidenté.

Selon le laboratoire indépendant ACRO :

"Les diesels de secours n’ont une réserve d’essence que pour 48h. La situation est donc critique, mais, comme les 20 000 assemblages de combustibles usés sont anciens, le dégagement thermique est moindre que dans une centrale en activité. Le refroidissement passif pourrait suffire. En revanche, l’absence d’accès aux capteurs rend tout contrôle impossible."

En savoir plus
6 mars 2022 à 22 heures
Inquiétude de l’AIEA pour les équipes techniques de la centrale nucléaire de Zaporijjia et du site de Tchernobyl

L’Agence Internationale de l’Énergie Atomique s’inquiète du sort des employés de la centrale nucléaire de Zaporijjia, sous contrôle des forces russes, qui doivent travailler sous la pression et dans le stress.

Toute opération technique menée dans la centrale doit maintenant être validée par le commandant russe. Internet et plusieurs réseaux mobiles ont été coupés, empêchant la transmission de certaines informations. Plus de téléphone fixe, ni de mails ni de fax.

Pendant ce temps, à Tchernobyl, la communication n’est possible que par mail et les 200 gardes et membres du personnel technique n’ont pas pu faire de rotation depuis... le 23 février.

D’ordinaire, 500 personnes assurent la sûreté à Tchernobyl. Depuis le 23 février, les 200 mêmes personnes restent en poste sans relève, épuisées, se contentant apparemment d’un repas par jour.

En savoir plus (en anglais)
6 mars 2022 à 20 heures
Une installation de recherche nucléaire bombardée par les russes à Kharkiv

L’autorité de sûreté du nucléaire ukrainien dénonce un nouvel acte de terrorisme nucléaire après le bombardement de l’Institut National de Recherche de Kharkiv. Des bâtiments abritant une installation nucléaire de recherche ont été touchés..

En savoir plus (en anglais)
4 mars 2022 à 14 heures
Le nucléaire au coeur du conflit. La centrale nucléaire de Zaporijjia touchée par des tirs russes
Communiqué du Réseau "Sortir du nucléaire"

Cette nuit, des tirs de chars russes ont touché la centrale nucléaire ukrainienne de Zaporijjia, la plus importante d’Europe. Des bâtiments administratifs ont pris feu et deux personnes ont été blessées. Si, comme l’indique l’autorité de sûreté ukrainienne, l’incendie est maintenant éteint et aucune élévation de la radioactivité ambiante n’a été constatée, nous exprimons nos plus vives inquiétudes pour la sûreté et la sécurité du site à moyen terme.

Parmi les 6 réacteurs du site, un seul est actuellement en fonctionnement, mais tous ont besoin d’être refroidis en permanence, tout comme les piscines qui abritent le combustible nucléaire usé. Une perte de refroidissement résultant d’une atteinte aux lignes THT, une difficulté à approvisionner les diesels de secours (qui ont déjà connu des ratés par le passé), pourraient avoir des conséquences extrêmement graves. De manière générale, assurer les opérations nécessaires au fonctionnement sûr de la centrale dans une situation aussi chaotique, sous la pression de l’armée russe qui occupe désormais le site, relève du défi pour les travailleurs du site, dont nous saluons le courage.

Voir notre communiqué complet
4 mars 2022 à 07 heures
La centrale de Zaporijia a été visée par des frappes russes

Hier soir, le site de la centrale nucléaire de Zaporijia a été visée par des frappes russes (possiblement des tirs de chars ou peut-être des missiles). Un incendie s’est déclaré sur un bâtiment de formation et un laboratoire selon les autorités ukrainiennes, celui-ci a été maitrisé ce matin par les pompiers. D’après l’AIEA les niveaux de radioactivité restent stables sur le site. Les forces russes annoncent à nouveau à l’instant la prise de contrôle du site.

En savoir plus
3 mars 2022 à 19 heures
Combats dans la ville d’Energodar qui jouxte la centrale de Zaporijia

Les forces russes pourraient ne pas avoir encore pris pleinement possession du site même de la centrale nucléaire de Zaporijia.

Plusieurs sources font état de combats en cours et d’incendies dans la ville d’Energodar qui jouxte la centrale, habitée essentiellement par le personnel.

Les capteurs de radioactivité de la zone de Tchernobyl et de la centrale de Zaporijjia sont à nouveau hors service (après une reprise temporaire du service qui indiquait un retour à des valeurs normales).

L’AIEA vient de publier un communiqué indiquant que les mêmes équipes étaient en poste à Tchernobyl depuis le début de l’invasion et s’inquiète pour leur capacité à effectuer leur travail correctement.

Voir le communiqué de l’AIEA
2 mars 2022 à 20 heures
Les manifestations pacifistes se multiplient en Russie malgré la répression

À Saint Petersbourg : arrestation d’une survivante du siège de Leningrad, Yelena Osipova, 77 ans qui tenait des pancartes sur lesquelles on pouvait lire : "Non aux armes nucléaires dans le monde entier". Nos pensées vont aussi à toutes celles et ceux qui continuent à manifester malgré la répression féroce de l’état russe.

2 mars 2022 à 15 heures
Les russes occuperaient le territoire autour de la centrale de Zaporijia, conférence de presse de l’AIEA

Selon plusieurs sources et d’après les infos recueillies par l’AIEA (agence internationale de l’énergie atomique), les forces russes auraient pris le contrôle du territoire autour de la centrale de Zaporijia. Les habitants qui avaient monté un barrage devant la ville d’Energohar ont été dispersés par des bombes lacrymogènes et ce qui semble être des tirs de semonce d’une colonne de l’armée russe.

Le directeur de l’AIEA, Mariano Grossi, vient de s’exprimer lors d’une conférence de presse pour faire le point sur la situation en Ukraine, l’agence a été contactée par les responsables ukrainiens mais le dialogue avec les russes semble être absent. L’AIEA ne compte pas envoyer d’experts pour contrôler la situation à Tchernobyl pour le moment.

A la question d’une journaliste faisant référence à la possibilité d’une perte d’alimentation électrique d’un réacteur, Grossi a répondu que les centrales ont maintenant 7 à 10 jours de réserve de diesel pour en assurer le refroidissement à l’aide de pompes de secours et que c’est le cas en Ukraine.

Voir la conférence de presse
2 mars 2022 à 11 heures
Les habitants de la ville d’Energodar coupent les accès à la ville

Les forces russes se rapprochent de la ville d’Energodar, qui abrite la centrale nucléaire de Zaporijia, la plus grande d’Europe. D’après les dernières informations de l’opérateur ukrainien 3 réacteurs sur 6 sont déjà à l’arrêt

Les habitants de la ville et le personnel de la centrale bloquent l’accès au site :

1er mars 2022 à 18 heures
Risques de dispersion de matières radioactives liés à la guerre en Ukraine
Communiqué de presse de la CRIIRAD

La guerre qui a lieu en Ukraine fait courir des risques considérables aux populations de la région et bien au-delà. Le laboratoire indépendant de la CRIIRAD fait le point global sur les risques d’excursions radiologiques qui pourraient apparaitre dans ce très violent conflit.

En savoir plus
1er mars 2022 à 12 heures
Guerre en Ukraine : nos inquiétudes face aux risques nucléaires
Communiqué commun du Réseau "Sortir du nucléaire", Abolition des armes nucléaires-Maison de Vigilance, ICAN France et Observatoire des armements

Solidaires des victimes du conflit, nos organisations condamnent fermement l’attaque de l’Ukraine par les forces armées russes. Aux horreurs de la guerre s’ajoutent également les menaces très réelles liées au nucléaire civil et militaire.

En savoir plus
28 février 2022 à 15 heures
Les russes prétendent avoir pris le contrôle de la centrale de Zaporijia, les autorités ukrainiennes réfutent cette information

« L’armée russe a pris le contrôle des villes d’Energodar et de Berdyansk, ainsi que du territoire entourant la centrale nucléaire de Zaporijia, a déclaré un représentant du ministère russe de la Défense, il s’agit de la plus importante centrale sur le territoire ukrainien avec plus de 6 réacteurs. Selon l’opérateur ukrainien Energoatom, la centrale ne serait pas passée sous contrôle russe et fonctionne « normalement ». Dans tous les cas, la situation reste très préoccupante.

Le risque posé par une centrale nucléaire en temps de guerre ne se limite pas à l’intégrité du site. Une atteinte accidentelle aux lignes THT du fait des combats en Ukraine, engendrant une perte d’alimentation électrique, aurait des conséquences très graves sur la sûreté.

27 février 2022 à 16 heures
Vladimir Poutine annonce mettre en alerte la "force de dissuasion" russe

"J’ordonne au ministre de la Défense et au chef d’état-major de mettre les forces de dissuasion de l’armée russe en régime spécial d’alerte au combat", a déclaré Vladimir Poutine lors d’un entretien avec ses chefs militaires retransmis à la télévision. Une véritable escalade dans les tensions diplomatiques avec la menace d’utiliser les armes nucléaires (la Russie est le pays qui possède le plus d’ogives nucléaires opérationnelles (jusqu’à 6000). Pour certains analystes il s’agit d’une des plus graves déclarations que le monde ait connu à ce sujet depuis la crise des missiles de Cuba en 1963.

En savoir plus
27 février 2022 à 16 heures
Un site d’entreposage de déchets radioactifs bombardé

Un site d’entreposage de déchets radioactifs de l’entreprise d’État "Radon" près de Kiev a été touché par les bombardements. Selon les autorités ukrainiennes, les déchets sont intacts mais la situation est sous surveillance

En savoir plus
25 février 2022 à 12 heures
Réaction du Réseau "Sortir du nucléaire" par rapport à la situation en Ukraine

Nous dénonçons fermement l’envahissement de l’Ukraine par la Russie. Solidaires des victimes de ce conflit, nous invitons l’ensemble des antinucléaires à être présents dans les manifestations contre la guerre et l’arme atomique.

En savoir plus
24 février 2022 à 23 heures
Des niveaux de radioactivité anormalement élevés dans la région de Tchernobyl

Un réseau citoyen de mesure de la radioactivité indique que le rayonnement gamma mesuré dans la zone d’exclusion de Tchernobyl a explosé sur certains capteurs (20 à 30 fois plus élevé que le rayonnement habituel) Selon plusieurs experts cette hausse de la radioactivité serait liée au passage des blindés russes qui remuent les poussières radioactives du sol.

Depuis 23h les capteurs ne transmettent plus de données, nous ne sommes plus en mesure de connaitre la situation sur place.

En savoir plus
24 février 2022 à 17 heures
L’armée russe a envahi la région de Tchernobyl

Après des combats dans la zone d’exclusion de Tchernobyl qui nous ont fait craindre le pire (si un dépôt de déchets nucléaires ou le sarcophage avaient été touchés) l’armée russe vient de prendre possession de la centrale de Tchernobyl. Le personnel technique ukrainien aurait été pris en otage pour continuer d’exercer la surveillance sur les installations. La raison de cette invasion semble être liée à une volonté des forces russes d’occuper le plus court chemin jusqu’à Kiev en faisant passer les troupes par la Biélorussie.

24 février 2022 à 13 heures
15 réacteurs nucléaires en activité en Ukraine

Les 15 réacteurs nucléaires en activité en Ukraine représentent un risque considérable en cas de frappes "accidentelles" pendant le conflit.

En savoir plus (en anglais)
24 février 2022 à 06 heures
Vladimir Poutine déclare l’invasion de l’Ukraine

Vers 6 h, heure de Moscou, au cours d’une allocution télévisée vraisemblablement préenregistrée, le président russe Vladimir Poutine a annoncé une « opération militaire spéciale » en Ukraine. Quelques minutes plus tard, des frappes de missiles commencent dans divers endroits à travers le pays, à proximité de la capitale Kiev mais aussi notamment dans la région de Tchernobyl.