Réseau Sortir du nucléaire
BoutiqueAgendaFaire un donEN

Fukushima, la catastrophe nucléaire continue

Archives > Fukushima, suivi de la catastrophe - Archives 2011-2015

Chronologie du mois d’octobre

5 octobre 2011 |




<nivoslider_doc|id=4197,4249,4407,4408,4409,4410,4523|captionOpacity=1|controlNav=true|effect=slideInLeft|width=500|height=400|imageBackcolor=000000>

Lundi 31 octobre

Diffusion d’un inventaire en produits de fission et d’activation de demi-vie supérieure à un an des 577 tonnes de combustible des 6 réacteurs de Fukushima.

A télécharger ici :

PDF - 8.4 ko

Vendredi 28 octobre

Reuters rapporte que l’opérateur électrique Kaznsai a présenté ce vendredi 28 octobre 2011 les premiers résultats de l’audit de sûreté des réacteurs nucléaires japonais. Le deuxième producteur du pays a remis à l’Agence japonaise de sûreté nucléaire et industrielle (Nisa) son rapport concernant le réacteur 3 de la centrale d’Ohi, au centre du Japon sur la façade maritime ouest.

L’opérateur a d’ores et déjà indiqué qu’il lui serait difficile de répondre à la demande cet hiver sans ce réacteur d’une puissance de 1.180 mégawatts. Reste, que la remise du rapport n’est que la première étape d’un long parcours qui s’achèvera "dans plusieurs mois", selon les termes utilisés par Yuki Edano, le ministère de l’Industrie.

https://www.actu-environnement.com/ae/news/audit-surete-japonais-13979.php4


Jeudi 27 octobre

Une très forte contamination radioactive du milieu marin s’est produite après l’accident dans la centrale japonaise de Fukushima, avec des rejets de césium 137 estimés à 27 millions de milliards de becquerels, a indiqué jeudi 27 octobre l’Institut de radioprotection et de sûreté nucléaire (IRSN). "Ce rejet radioactif en mer représente le plus important apport ponctuel de radionucléides artificiels pour le milieu marin jamais observé", relève l’IRSN. "Ce résultat est environ deux fois plus élevé que celui estimé par l’IRSN en juillet et vingt fois plus important que l’estimation faite par l’opérateur japonais Tepco, publiée en juin", précise l’institut français dans une note d’information.

Les rejets marins de césium 137 estimés à 27 millions de milliards de becquerels

https://www.lemonde.fr/planete/article/2011/10/27/fukushima-rejets-records-d-elements-radioactifs-en-mer_1595116_3244.html


Les déchets de Fukushima atteindront Hawaï à Noël Le gigantesque amas de débris emportés par le tsunami japonais se déplace plus vite que prévu dans l’océan Pacifique. Avec des conséquences dramatiques pour l’environnement.

https://www.francesoir.fr/actualite/international/dechets-fukushima-atteindront-hawaii-noel-151068.html


Lundi 24 octobre

La balance commerciale du Japon est repassée dans le vert en septembre, grâce à une certaine reprise des exportations d’automobiles et malgré une facture énergétique renchérie, a annoncé lundi le ministère des Finances. La troisième puissance économique mondiale a dégagé un excédent commercial de 300,4 milliards de yens (2,86 milliards d’euros), en baisse de 61,2% sur un an toutefois. Elle avait subi de lourds déficits en mai et août et la balance commerciale était redevenue provisoirement positive en juin et juillet.

https://www.romandie.com/news/n/Japon_la_balance_commerciale_repasse_dans_le_vert_en_septembre241020110710.asp


Vendredi 21 octobre

Baptisé "Bekumiru" (signifiant "voir les becquerels"), il offre aux visiteurs la possibilité de louer des appareils afin de mesurer la radioactivité présente dans les aliments.

Une société japonaise a eu l’idée de créer un espace tout à fait original à quelque 200 kilomètres de Fukushima dans un petit immeuble de Kashiwa, dans la banlieue est de Tokyo. Baptisé "Bekumiru" (signifiant "voir les becquerels"), il offre aux visiteurs la possibilité de louer des appareils afin de mesurer la radioactivité présente dans les aliments. "Nous nous sommes installés ici, car c’est une zone considérée comme un hot-spot, autrement dit un lieu où la radioactivité est relativement élevée. Et les gens qui habitent ici sont particulièrement anxieux", a ainsi précisé Motohiro Takamatsu, le directeur du centre.

https://www.maxisciences.com/radioactivit%E9/japon-un-centre-pour-mesurer-la-radioactivite-des-aliments_art17964.html


Jeudi 20 octobre

La quantité d’eau radioactive accumulée à la centrale nucléaire accidentée de Fukushima a atteint les 175 000 tonnes dont la plus grande partie est concentrée dans les sous-sols et le système de drainage de la centrale, selon l’opérateur Tepco.

Cette quantité a augmenté depuis quatre mois en raison de l’afflux d’eaux souterraines et continue d’augmenter d’environ 450 tonnes par jour, à cause de nombreuses fissures dans les fondements.

https://french.ruvr.ru/2011/10/20/59030767.html

—  Les autorités administratives et scientifiques du Japon ont ainsi décidé qu’il fallait ôter 5cm de terre à la surface de milliers de km2 estimés être contaminés par les retombées radioactives en provenance des centrales nucléaires sinistrées situées à Fukushima. Ce qui se montera à pas moins de 29 millions de mètres cube de terre.

Les autorités administratives et scientifiques du Japon ont ainsi décidé qu'il fallait ôter 5cm de terre à la surface de milliers de km2, 23 fois le volume du Tokyo Dome

29 millions de mètres cube de terre, ça fait quoi d’ailleurs ? Eh bien cela représente 23 fois la quantité de terre permettant de remplir le célèbre palais omnisports de la capitale nippone. Oui, vous avez bien lu, 23 Tokyo dome de terre à peler, transporter, et remiser sans que l’on sache encore comment, où ni combien de temps.

En revanche, ce que l’on sait déjà, c’est le coût de la décontamination qui pourrait s’élever au bas mot à 13 milliards de dollars.

https://www.citizenside.com/fr/photos/planete/2011-10-20/44557/japon-l-equivalent-de-23-tokyo-domes-de-terre-a-eliminer.html


Mardi 18 octobre


Dans les "villes mortes" autour de Fukushima

D’Iitate à Hirono. Vallées où se succèdent rizières et vergers, les alentours de la centrale nucléaire accidentée de Fukushima sont une région connue pour ses cultures biologiques et son écotourisme. Mais entre Iitate, au nord, et Hirono, au sud - soit une bonne centaine de kilomètres -, beaucoup de villages et de hameaux sont désertés. Maisons fermées, étables vides, serres à l’abandon. La végétation gagne l’asphalte des routes de campagne. Parfois, on croise un chien errant.

Ces agglomérations fantômes sont situées dans un arc de cercle d’un rayon de 10 km autour de la zone évacuée - et toujours interdite d’accès - de 20 km autour de la centrale. Dans cette zone, les habitants n’étaient pas contraints de partir, mais ils devaient se calfeutrer chez eux et être prêts à évacuer. La moitié de la population (58 500 personnes) a préféré s’en aller. Début octobre, le gouvernement a annoncé qu’il n’y avait plus de danger et a levé les mesures de préparation à une évacuation d’urgence. Mais personne n’est revenu.

La suite ici : https://www.lemonde.fr/japon/article/2011/10/19/dans-les-villes-mortes-autour-de-fukushima_1590284_1492975.html


Tepco, va demander une première tranche d’aide publique de quelque 700 milliards de yens (6,7 milliards d’euros) pour financer une partie de l’indemnisation des victimes, selon la presse nippone de ce mardi.

La compagnie d’électricité Tokyo Electric Power (Tepco) devrait présenter au début du mois de novembre un plan de restructuration comprenant des réductions de coût et des ventes d’actifs, concocté avec un fonds spécial de soutien mis en place par le gouvernement pour gérer les conséquences de la catastrophe.

https://www.lefigaro.fr/flash-actu/2011/10/18/97001-20111018FILWWW00339-fukushima-tepco-reclame-l-aide-de-letat.php


Lundi 17 octobre


Sept mois après le début de la catastrophe, la situation reste préoccupante à la centrale nucléaire japonaise de Fukushima-Daiichi. La Compagnie électrique de Tokyo (Tepco), qui en est l’opérateur, est parvenue récemment à un « arrêt à froid » dans les trois premiers réacteurs, ce qui est une étape cruciale dans la résolution de la crise puisque le fluide revient à une température ambiante. Mais, dans le même temps, la découverte d’une accumulation d’hydrogène dans un conduit du réacteur numéro 1 laisse planer le doute car le risque d’une nouvelle explosion ne peut toujours pas être écarté. Et la gestion des tonnes d’eau, déversées lors des opérations de secours et désormais contaminées, est toujours loin d’être réglée. Un arrêt à froid… provisoire

https://www.sciencesetavenir.fr/crise-nucleaire-au-japon/20111017.OBS2622/ou-en-est-la-centrale-de-fukushima-sept-mois-apres-l-accident.html


Samedi 15 octobre


Message de Fukushima aux amis français

Ce message a été écrit par Yuko NISHIYAMA. Il m’a été transmis à l’occasion de la journée de manifestations antinucléaires du 15 octobre 2011.

Message de Fukushima aux amis français

« Je me suis enfuie de Fukushima, ma ville de naissance, avec ma fille et mes parents en laissant mon mari là-bas. D’abord, nous avons été à Tokyo, maintenant nous sommes à Kyoto. Notre famille est obligée de vivre séparément. On a perdu notre région, on ne sait même pas quand l’accident se terminera...

Après l’accident, l’Etat japonais, le préfet de Fukushima et le maire de la ville de Fukushima ne nous ont pas informés de ce qui se passait réellement. Ils n’ont même pas procédé à une évacuation correcte, ils ne nous ont pas du tout protégés. Donc, nous avons été obligés de nous sauver par nous-mêmes, avec notre propre jugement de la situation.

Des points chauds se sont créés un peu partout dans la ville. Les enfants ne peuvent pas partir de Fukushima et ils portent un masque quand ils sortent dehors. Il leur est interdit de faire du sport, ils vivent avec beaucoup de limitations, sans la liberté que l’on offre aux enfants habituellement. Notre pays a reçu 770,000,000,000,000,000 Bq de radioactivité, mais le gouvernement fait vivre toute la population comme avant. Ils nous font croire que toutes les normes sont sécurisées. Même si les normes ont été augmentées, même pour les enfants.

Après le 11 mars, Fukushima, le Japon et le monde ont totalement changé. La radioactivité s’est échappée de la centrale nucléaire ; la priorité économique a sali le monde entier.

Qui a décidé que le nucléaire était très sûr ? Une centrale nucléaire est aussi une grosse machine. Des fois ça peut casser. Mais, quand ca casse, on ne peut plus revenir en arrière. L’accident de Fukushima est arrivé à cause du tsunami et du tremblement de terre, mais ils ont fait marcher cette énorme machine nucléaire qui ne résiste pas aux tremblements de terre, au grand pays des tremblements de terre qu’est le Japon. Donc, dans ce sens-là, c’est une catastrophe, un désastre totalement artificiel.

On ne peut plus vivre dans la région où on est né. On ne peut plus manger en étant sûr de ce que l’on mange. Il faut vivre tout le temps avec une inquiétude pour sa santé. Tout ça est le résultat du choix de l’énergie nucléaire.

J’ai entendu dire que la France est pro-nucleaire. L’énergie nucléaire a l’air d’être moins chère par rapport à d’autres solutions. Mais, quand un accident se produit, c’est très cher et dangereux, et quand on voit le problème des déchets...

Plus jamais Fukushima ! Je ne veux pas que vous subissiez la même expérience que nous, car c’est une grande tristesse, de la souffrance et du chagrin... Arrêtez les centrales nucléaires ! Maintenant !

Et puis, face à cette infâme destinée pour les enfants de Fukushima, face à ce spécialiste qui nous explique que jusqu’à100 mSv/an c’est sans danger pour notre santé, et aussi face à ce préfet qui l’a invité... secourez-nous !

S’il vous plait....ONEGAI-SHIMASU

Yuko NISHIYAMA » (Traduction française : Yumiko) https://fukushima.over-blog.fr/article-message-de-fukushima-aux-amis-fran-ais-86611730.html


Vendredi 14 octobre


Forte radioactivité à Tokyo : de vieilles bouteilles de radium en cause
Forte radioactivité à Tokyo : de vieilles bouteilles de radium en cause Les autorités japonaises sont parvenues vendredi à élucider le mystère du foyer radioactif découvert dans une rue de Tokyo, qui avait ravivé la psychose d’une contamination provenant de la centrale nucléaire accidentée de Fukushima. Les experts ont découvert que les radiations provenaient en fait de vieilles bouteilles contenant du radium, autrefois utilisé dans la fabrication de peinture luminescente. Un taux de rayonnements radioactifs de 3,35 microsieverts par heure avait été mesuré devant une haie de quelques mètres de long, dans une rue de l’arrondissement de Setagaya, dans l’ouest de la capitale, située à quelque 220 kilomètres de Fukushima. En l’absence d’indices, les experts et les médias avaient émis l’hypothèse d’une accumulation d’eau de pluie porteuse de particules radioactives en provenance de la centrale accidentée.

https://www.20minutes.fr/ledirect/805958/forte-radioactivite-tokyo-vieilles-bouteilles-radium-cause


Mercredi 12 octobre


Comme nul ne l’ignore plus, de l’iode radioactif s’est échappé massivement dès les premières heures de la catastrophe. Cet iode allant ensuite se fixer tout particulièrement dans la glande thyroïde des personnes exposées, conduisant à une émission radioactive interne -qui peut provoquer un cancer.

Problème majeur : aucune contremesure spécifique n’a été prise à ce moment crucial. En particulier, n’ont pas été immédiatement distribuées les pastilles d’iode nécessaires. Ces dernières, rappelons-le, doivent venir « saturer » la thyroïde en iode non radioactif (empêchant donc ensuite la fixation de l’iode radioactif). C’est le journal américain Wall Street journal, qui l’a clairement révélé le 29 septembre (3) après avoir mené l’enquête sur le terrain et obtenu des « documents officiels » sur lesquels l’auteur de l’article Yuka Hayashi, base sa publicaton : « Tokyo n’a donné l’ordre de distribuer les pilules que cinq jours après les débuts de l’accident du 11 mars, bien que les experts en sûreté nucléaire aient recommandé de le faire immédiatement ». Autrement dit, trop tard, après les premiers pics d’arrivée de l’élément radioactif.

https://zurbain.blogs.nouvelobs.com/archive/2011/10/12/fukushima-le-scandale-de-l-iode-sept-mois-apres-les-debuts-d.html


Le riz cultivé cette année dans la préfecture de Fukushima, où se trouve la centrale nucléaire accidentée, peut être commercialisé, ont affirmé mercredi les autorités locales.

La préfecture a testé un total de 1.174 échantillons de riz récolté dans 48 communes de cette préfecture du nord-est du Japon.Aucun n’a présenté une teneur en césium radioactif dépassant la limite des 500 becquerels par kilogramme fixée par l’Etat.

En dépit des mesures rassurantes effectuées, les agriculteurs et autorités locales savent qu’elles vont se heurter à la méfiance des consommateurs, notamment des mères de jeunes enfants qui ne veulent pas faire courir le moindre risque à leur famille.

La préfecture de Fukushima est habituellement l’une des principales régions japonaises productrice de riz.

https://www.romandie.com/news/n/_Le_riz_nouveau_de_la_region_de_Fukushima_est_propre_a_la_consommation121020111410.asp


Des traces de strontium-90 ont été détectées sur le toit d'un immeuble à Yokohama, à 250 km de la centrale nucléaire de Fukushima. Des traces de strontium-90 ont été détectées sur le toit d’un immeuble à Yokohama, à 250 km de la centrale nucléaire de Fukushima. Selon le journal, les spécialistes d’un centre de recherche privé ont enregistré une teneur élevée en strontium dans les échantillons de sol et d’argile prélevés dans une gouttière de l’immeuble. Il s’agit du premier cas de détection de strontium radioactif au-delà de 100 km de la centrale accidentée. Les autorités locales comptent effectuer une analyse supplémentaire. Le strontium-90 est un élément hautement radioactif émetteur de rayonnement bêta.

https://fr.ria.ru/world/20111012/191457374.html


Un niveau de radioactivité anormalement élevé a été décelé le long d’une rue de l’arrondissement de Setagaya à Tokyo, a indiqué mercredi la municipalité qui a demandé aux citoyens de ne pas approcher de ce lieu situé à plus de 200 km de la centrale nucléaire accidentée de Fukushima. "Puisque cet endroit est situé à proximité d’établissements scolaires et de jardins d’enfants et qu’il longe le chemin de l’école, nous allons agir en nous appuyant sur les conseils d’experts afin de rassurer les parents d’enfants légitimement inquiets", a expliqué une responsable municipale. Un niveau de rayonnement radioactif de 2,7 microsieverts par heure a été confirmé en ce point précis à la suite d’un signalement effectué au début du mois par des habitants.

https://www.liberation.fr/terre/01012365261-japon-radioactivite-anormalement-elevee-dans-un-arrondissement-de-tokyo


Mardi 11 octobre

Les premiers résultats du suivi sanitaire d’une fraction significative de la population évacuée suite à la catastrophe nucléaire viennent d’être publiés par le Mainichi Daily News et ils sont préoccupants. Environ 9,7% des enfants évacué de la préfecture de Fukushima et qui ont transité par la ville de Chino présenteraient des troubles thyroïdiens. Premiers résultats préoccupants C’est l’hôpital de Shinsu avec l’aide de la Japan Chernobyl Foundation qui a mené cette étide épidémiologique sur les enfants de moins de 16 ans évacués de la préfecture de Fukushima et en transit à Chino. L’étude qui a duré un mois (en août dernier) incluait des analyses systématiques de prélèvements sanguins et d’urine, sur un total de 130 enfants.

https://www.agoravox.fr/actualites/environnement/article/fukushima-depistage-et-nouvelles-102241

–---

Le Japon, sous l’égide de son Office national du tourisme, projette d’offrir au printemps prochain 10 000 billets d’avion à des visiteurs étrangers, dans le but de relancer son industrie touristique, plombée par le tsunami et l’accident nucléaire de Fukushima, a rapporté la presse nippone, ce lundi.

L’Office national du tourisme japonais demandera aux candidats au voyage de remplir une demande sur internet, en précisant la zone qu’ils entendent visiter. Les heureux élus devront en échange faire un récit de leur voyage et le publier sur le web.

https://www.leparisien.fr/flash-actualite-economie/le-japon-projette-d-offrir-des-billets-d-avion-pour-relancer-le-tourisme-10-10-2011-1647376.php


Diffusion d’un reportage sur les travailleurs de Fukushima réalisé par la chaîne francophone internationale FRANCE 24

–---

Le ministre japonais des Finances a annoncé mardi qu’il demanderait aux Européens d’agir pour contenir leur crise de la dette, lors d’une réunion avec ses homologues du G20 en fin de semaine. "Une situation plus stable en Europe permettrait de stopper la hausse du yen et de conduire à une croissance stable de l’économie japonaise", a expliqué Jun Azumi lors d’une conférence de presse.

https://www.leparisien.fr/flash-actualite-economie/le-japon-va-demander-a-l-europe-d-agir-contre-sa-dette-11-10-2011-1649066.php


Dimanche 9 octobre

La préfecture japonaise de Fukushima, où s’est déroulé en mars le plus grave accident nucléaire depuis Tchernobyl, a démarré dimanche des examens médicaux auprès de 360 000 enfants pour vérifier si les radiations ont entraîné des problèmes de thyroïde.

Beaucoup de parents avaient réclamé ce type d’examens, s’appuyant sur l’exemple de Tchernobyl en 1986. Après la catastrophe, les habitants des zones voisines avaient souffert de nombreux dysfonctionnements de la thyroïde.

Une étude non officielle, conduite par des docteurs dans la région de Fukushima, a rapporté que dix de 130 enfants examinés avaient des problèmes hormonaux et souffraient de dysfonctionnement de la glande thyroïde.

https://www.rtbf.be/info/societe/detail_fukushima-les-enfants-de-la-region-vont-subir-un-examen-de-la-thyroide?id=6884183

–---

L’émission « Behind the headlines » sur Global research TV revient sur les déclarations concernant les mesures prises par le gouvernement au lendemain de l’accident de Naoto Kan ex-premier ministre japonais lors de sa démission .


Mardi 4 octobre

Un réacteur nucléaire s'est arrêté automatiquement ce mardi 04/10 dans une centrale du sud-ouest du Japon. plus que 10 réacteurs sur 46 sont encore en activité sur le sol nippon

Un réacteur nucléaire s’est arrêté automatiquement mardi dans une centrale du sud-ouest du Japon, pour une raison qui n’était pas immédiatement explicable, a indiqué la compagnie exploitante.

L’unité numéro 4 de la centrale Genkai à Saga s’est stoppée à 13H40 locales (04H40 GMT), a précisé la société Kyushu Electric Power.

Nous n’avons pas identifié d’anomalie telle qu’une élévation de la radioactivité, a toutefois assuré un porte-parole, soulignant qu’il n’y avait pas non plus de fumée ou départ de feu.

Nous recherchons actuellement la cause de cet arrêt automatique, a-t-il ajouté.

Du fait de la suspension soudaine de ce réacteur, il n’en reste plus qu’un seul en service à Genkai sur les quatre que compte la centrale, deux autres étant actuellement stoppés pour maintenance régulière.

Sur l’ensemble des 54 réacteurs nucléaires du Japon, seulement dix sont actuellement en activité.

https://www.romandie.com/news/n/_Japon_arret_automatique_d_un_reacteur_nucleaire_raison_inconnue041020110910.asp


Lundi 3 octobre

Des quantités d’isotopes radioactifs de plutonium ont été détectées pour la première fois dans le sol en dehors de la centrale nucléaire accidentée de Fukushima, selon le ministère nippon de la Science.

Des échantillons de sol ont été prélevés en été mais les résultats de leur analyse n’ont pas été divulgués jusqu’ici. Depuis la catastrophe de la centrale survenue en mars dernier à la suite d’un violent séisme suivi d’un tsunami, des traces de radiation ont été décelées dans des légumes, des champignons, de la viande et du lait dans la préfecture de Fukushima mais également dans des régions éloignées, rappelle Echo de Moscou.

https://french.ruvr.ru/2011/10/03/58071134.html


Douze experts de l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA) sont en chemin pour le Japon. Leur mission ? Assister le Japon, qui a réclamé leur savoir-faire, dans sa tâche de décontamination autour du site de Fukushima-Daiichi.

"Pour de nombreux pays ou pour les ingénieurs, le plus important est ce qui se passe dans les réacteurs. Mais pour la population locale, le plus important est ce qui se passe avec leur maison ou les champs de riz. Nous devons décontaminer", avait déclaré fin septembre le directeur général de l’AIEA Yukiya Amano soulignant le peu d’expérience du Japon en la matière.

https://www.tdg.ch/actu/monde/experts-internationaux-route-decontaminer-fukushima-2011-10-04


Dimanche 2 octobre

Un panel d’experts mandatés par le gouvernement japonais pour superviser la restructuration de la compagnie d’électricité Tepco recommande des réductions drastiques de coûts, emplois et activités pour payer les dégâts dus à l’accident de la centrale nucléaire de Fukushima.

Etudiant les perspectives de la société sur la décennie jusqu’au printemps 2021, les spécialistes estiment que Tokyo Electric Power (Tepco) risque de manquer cruellement de fonds et qu’elle doit dès lors faire des économies drastiques.

https://www.romandie.com/news/n/_Fukushima_Tepco_doit_sacrifier_une_partie_de_ses_effectifs_et_activites_031020111410.asp


C’est la nouvelle manie des producteurs de denrées au Japon, mélanger des produits potentiellement contaminés avec des produits sains afin de "diluer" la radioactivité totale du produit.
Des producteurs de thé japonais ont déjà commencé à proposer ce genre de produits au public afin d’éviter que leurs stocks soient contrôlés positifs en césium radioactif.

https://ex-skf.blogspot.com/2011/10/dilute-and-sell-radioactive-tea-blended.html


Samedi 1er octobre

Le magazine Rue 89 a interviewé Simon, un comédien professionnel japonais de passage à Paris qui a vécu pendant 10 ans à proximité de Fukushima jusqu’au jour ou la centrale a explosé.

A 47 ans, Simon veut tourner la page Fukushima. Il laisse derrière lui son appartement, son travail, ses amis, et restera en France les trois mois que lui autorise son visa touriste. Puis, peut-être l’Angleterre, ou l’île d’Okinawa, « un peu les Antilles du Japon, le plus loin possible de Fukushima. »

https://www.rue89.com/planete89/2011/10/01/simon-refugie-de-fukushima-suis-je-irradie-224068


TEPCO cherche à montrer tout le travail accompli par ses techniciens afin de prouver qu’elle n’est pas en train d’abandonner la situation dans un reportage décrivant les différents travaux réalisés sur les réacteurs accidentés au cours des mois d’août et septembre :


<nivoslider_doc|id=4197,4249,4407,4408,4409,4410,4523|captionOpacity=1|controlNav=true|effect=slideInLeft|width=500|height=400|imageBackcolor=000000>

Lundi 31 octobre

Diffusion d’un inventaire en produits de fission et d’activation de demi-vie supérieure à un an des 577 tonnes de combustible des 6 réacteurs de Fukushima.

A télécharger ici :

PDF - 8.4 ko

Vendredi 28 octobre

Reuters rapporte que l’opérateur électrique Kaznsai a présenté ce vendredi 28 octobre 2011 les premiers résultats de l’audit de sûreté des réacteurs nucléaires japonais. Le deuxième producteur du pays a remis à l’Agence japonaise de sûreté nucléaire et industrielle (Nisa) son rapport concernant le réacteur 3 de la centrale d’Ohi, au centre du Japon sur la façade maritime ouest.

L’opérateur a d’ores et déjà indiqué qu’il lui serait difficile de répondre à la demande cet hiver sans ce réacteur d’une puissance de 1.180 mégawatts. Reste, que la remise du rapport n’est que la première étape d’un long parcours qui s’achèvera "dans plusieurs mois", selon les termes utilisés par Yuki Edano, le ministère de l’Industrie.

https://www.actu-environnement.com/ae/news/audit-surete-japonais-13979.php4


Jeudi 27 octobre

Une très forte contamination radioactive du milieu marin s’est produite après l’accident dans la centrale japonaise de Fukushima, avec des rejets de césium 137 estimés à 27 millions de milliards de becquerels, a indiqué jeudi 27 octobre l’Institut de radioprotection et de sûreté nucléaire (IRSN). "Ce rejet radioactif en mer représente le plus important apport ponctuel de radionucléides artificiels pour le milieu marin jamais observé", relève l’IRSN. "Ce résultat est environ deux fois plus élevé que celui estimé par l’IRSN en juillet et vingt fois plus important que l’estimation faite par l’opérateur japonais Tepco, publiée en juin", précise l’institut français dans une note d’information.

Les rejets marins de césium 137 estimés à 27 millions de milliards de becquerels

https://www.lemonde.fr/planete/article/2011/10/27/fukushima-rejets-records-d-elements-radioactifs-en-mer_1595116_3244.html


Les déchets de Fukushima atteindront Hawaï à Noël Le gigantesque amas de débris emportés par le tsunami japonais se déplace plus vite que prévu dans l’océan Pacifique. Avec des conséquences dramatiques pour l’environnement.

https://www.francesoir.fr/actualite/international/dechets-fukushima-atteindront-hawaii-noel-151068.html


Lundi 24 octobre

La balance commerciale du Japon est repassée dans le vert en septembre, grâce à une certaine reprise des exportations d’automobiles et malgré une facture énergétique renchérie, a annoncé lundi le ministère des Finances. La troisième puissance économique mondiale a dégagé un excédent commercial de 300,4 milliards de yens (2,86 milliards d’euros), en baisse de 61,2% sur un an toutefois. Elle avait subi de lourds déficits en mai et août et la balance commerciale était redevenue provisoirement positive en juin et juillet.

https://www.romandie.com/news/n/Japon_la_balance_commerciale_repasse_dans_le_vert_en_septembre241020110710.asp


Vendredi 21 octobre

Baptisé "Bekumiru" (signifiant "voir les becquerels"), il offre aux visiteurs la possibilité de louer des appareils afin de mesurer la radioactivité présente dans les aliments.

Une société japonaise a eu l’idée de créer un espace tout à fait original à quelque 200 kilomètres de Fukushima dans un petit immeuble de Kashiwa, dans la banlieue est de Tokyo. Baptisé "Bekumiru" (signifiant "voir les becquerels"), il offre aux visiteurs la possibilité de louer des appareils afin de mesurer la radioactivité présente dans les aliments. "Nous nous sommes installés ici, car c’est une zone considérée comme un hot-spot, autrement dit un lieu où la radioactivité est relativement élevée. Et les gens qui habitent ici sont particulièrement anxieux", a ainsi précisé Motohiro Takamatsu, le directeur du centre.

https://www.maxisciences.com/radioactivit%E9/japon-un-centre-pour-mesurer-la-radioactivite-des-aliments_art17964.html


Jeudi 20 octobre

La quantité d’eau radioactive accumulée à la centrale nucléaire accidentée de Fukushima a atteint les 175 000 tonnes dont la plus grande partie est concentrée dans les sous-sols et le système de drainage de la centrale, selon l’opérateur Tepco.

Cette quantité a augmenté depuis quatre mois en raison de l’afflux d’eaux souterraines et continue d’augmenter d’environ 450 tonnes par jour, à cause de nombreuses fissures dans les fondements.

https://french.ruvr.ru/2011/10/20/59030767.html

—  Les autorités administratives et scientifiques du Japon ont ainsi décidé qu’il fallait ôter 5cm de terre à la surface de milliers de km2 estimés être contaminés par les retombées radioactives en provenance des centrales nucléaires sinistrées situées à Fukushima. Ce qui se montera à pas moins de 29 millions de mètres cube de terre.

Les autorités administratives et scientifiques du Japon ont ainsi décidé qu'il fallait ôter 5cm de terre à la surface de milliers de km2, 23 fois le volume du Tokyo Dome

29 millions de mètres cube de terre, ça fait quoi d’ailleurs ? Eh bien cela représente 23 fois la quantité de terre permettant de remplir le célèbre palais omnisports de la capitale nippone. Oui, vous avez bien lu, 23 Tokyo dome de terre à peler, transporter, et remiser sans que l’on sache encore comment, où ni combien de temps.

En revanche, ce que l’on sait déjà, c’est le coût de la décontamination qui pourrait s’élever au bas mot à 13 milliards de dollars.

https://www.citizenside.com/fr/photos/planete/2011-10-20/44557/japon-l-equivalent-de-23-tokyo-domes-de-terre-a-eliminer.html


Mardi 18 octobre


Dans les "villes mortes" autour de Fukushima

D’Iitate à Hirono. Vallées où se succèdent rizières et vergers, les alentours de la centrale nucléaire accidentée de Fukushima sont une région connue pour ses cultures biologiques et son écotourisme. Mais entre Iitate, au nord, et Hirono, au sud - soit une bonne centaine de kilomètres -, beaucoup de villages et de hameaux sont désertés. Maisons fermées, étables vides, serres à l’abandon. La végétation gagne l’asphalte des routes de campagne. Parfois, on croise un chien errant.

Ces agglomérations fantômes sont situées dans un arc de cercle d’un rayon de 10 km autour de la zone évacuée - et toujours interdite d’accès - de 20 km autour de la centrale. Dans cette zone, les habitants n’étaient pas contraints de partir, mais ils devaient se calfeutrer chez eux et être prêts à évacuer. La moitié de la population (58 500 personnes) a préféré s’en aller. Début octobre, le gouvernement a annoncé qu’il n’y avait plus de danger et a levé les mesures de préparation à une évacuation d’urgence. Mais personne n’est revenu.

La suite ici : https://www.lemonde.fr/japon/article/2011/10/19/dans-les-villes-mortes-autour-de-fukushima_1590284_1492975.html


Tepco, va demander une première tranche d’aide publique de quelque 700 milliards de yens (6,7 milliards d’euros) pour financer une partie de l’indemnisation des victimes, selon la presse nippone de ce mardi.

La compagnie d’électricité Tokyo Electric Power (Tepco) devrait présenter au début du mois de novembre un plan de restructuration comprenant des réductions de coût et des ventes d’actifs, concocté avec un fonds spécial de soutien mis en place par le gouvernement pour gérer les conséquences de la catastrophe.

https://www.lefigaro.fr/flash-actu/2011/10/18/97001-20111018FILWWW00339-fukushima-tepco-reclame-l-aide-de-letat.php


Lundi 17 octobre


Sept mois après le début de la catastrophe, la situation reste préoccupante à la centrale nucléaire japonaise de Fukushima-Daiichi. La Compagnie électrique de Tokyo (Tepco), qui en est l’opérateur, est parvenue récemment à un « arrêt à froid » dans les trois premiers réacteurs, ce qui est une étape cruciale dans la résolution de la crise puisque le fluide revient à une température ambiante. Mais, dans le même temps, la découverte d’une accumulation d’hydrogène dans un conduit du réacteur numéro 1 laisse planer le doute car le risque d’une nouvelle explosion ne peut toujours pas être écarté. Et la gestion des tonnes d’eau, déversées lors des opérations de secours et désormais contaminées, est toujours loin d’être réglée. Un arrêt à froid… provisoire

https://www.sciencesetavenir.fr/crise-nucleaire-au-japon/20111017.OBS2622/ou-en-est-la-centrale-de-fukushima-sept-mois-apres-l-accident.html


Samedi 15 octobre


Message de Fukushima aux amis français

Ce message a été écrit par Yuko NISHIYAMA. Il m’a été transmis à l’occasion de la journée de manifestations antinucléaires du 15 octobre 2011.

Message de Fukushima aux amis français

« Je me suis enfuie de Fukushima, ma ville de naissance, avec ma fille et mes parents en laissant mon mari là-bas. D’abord, nous avons été à Tokyo, maintenant nous sommes à Kyoto. Notre famille est obligée de vivre séparément. On a perdu notre région, on ne sait même pas quand l’accident se terminera...

Après l’accident, l’Etat japonais, le préfet de Fukushima et le maire de la ville de Fukushima ne nous ont pas informés de ce qui se passait réellement. Ils n’ont même pas procédé à une évacuation correcte, ils ne nous ont pas du tout protégés. Donc, nous avons été obligés de nous sauver par nous-mêmes, avec notre propre jugement de la situation.

Des points chauds se sont créés un peu partout dans la ville. Les enfants ne peuvent pas partir de Fukushima et ils portent un masque quand ils sortent dehors. Il leur est interdit de faire du sport, ils vivent avec beaucoup de limitations, sans la liberté que l’on offre aux enfants habituellement. Notre pays a reçu 770,000,000,000,000,000 Bq de radioactivité, mais le gouvernement fait vivre toute la population comme avant. Ils nous font croire que toutes les normes sont sécurisées. Même si les normes ont été augmentées, même pour les enfants.

Après le 11 mars, Fukushima, le Japon et le monde ont totalement changé. La radioactivité s’est échappée de la centrale nucléaire ; la priorité économique a sali le monde entier.

Qui a décidé que le nucléaire était très sûr ? Une centrale nucléaire est aussi une grosse machine. Des fois ça peut casser. Mais, quand ca casse, on ne peut plus revenir en arrière. L’accident de Fukushima est arrivé à cause du tsunami et du tremblement de terre, mais ils ont fait marcher cette énorme machine nucléaire qui ne résiste pas aux tremblements de terre, au grand pays des tremblements de terre qu’est le Japon. Donc, dans ce sens-là, c’est une catastrophe, un désastre totalement artificiel.

On ne peut plus vivre dans la région où on est né. On ne peut plus manger en étant sûr de ce que l’on mange. Il faut vivre tout le temps avec une inquiétude pour sa santé. Tout ça est le résultat du choix de l’énergie nucléaire.

J’ai entendu dire que la France est pro-nucleaire. L’énergie nucléaire a l’air d’être moins chère par rapport à d’autres solutions. Mais, quand un accident se produit, c’est très cher et dangereux, et quand on voit le problème des déchets...

Plus jamais Fukushima ! Je ne veux pas que vous subissiez la même expérience que nous, car c’est une grande tristesse, de la souffrance et du chagrin... Arrêtez les centrales nucléaires ! Maintenant !

Et puis, face à cette infâme destinée pour les enfants de Fukushima, face à ce spécialiste qui nous explique que jusqu’à100 mSv/an c’est sans danger pour notre santé, et aussi face à ce préfet qui l’a invité... secourez-nous !

S’il vous plait....ONEGAI-SHIMASU

Yuko NISHIYAMA » (Traduction française : Yumiko) https://fukushima.over-blog.fr/article-message-de-fukushima-aux-amis-fran-ais-86611730.html


Vendredi 14 octobre


Forte radioactivité à Tokyo : de vieilles bouteilles de radium en cause
Forte radioactivité à Tokyo : de vieilles bouteilles de radium en cause Les autorités japonaises sont parvenues vendredi à élucider le mystère du foyer radioactif découvert dans une rue de Tokyo, qui avait ravivé la psychose d’une contamination provenant de la centrale nucléaire accidentée de Fukushima. Les experts ont découvert que les radiations provenaient en fait de vieilles bouteilles contenant du radium, autrefois utilisé dans la fabrication de peinture luminescente. Un taux de rayonnements radioactifs de 3,35 microsieverts par heure avait été mesuré devant une haie de quelques mètres de long, dans une rue de l’arrondissement de Setagaya, dans l’ouest de la capitale, située à quelque 220 kilomètres de Fukushima. En l’absence d’indices, les experts et les médias avaient émis l’hypothèse d’une accumulation d’eau de pluie porteuse de particules radioactives en provenance de la centrale accidentée.

https://www.20minutes.fr/ledirect/805958/forte-radioactivite-tokyo-vieilles-bouteilles-radium-cause


Mercredi 12 octobre


Comme nul ne l’ignore plus, de l’iode radioactif s’est échappé massivement dès les premières heures de la catastrophe. Cet iode allant ensuite se fixer tout particulièrement dans la glande thyroïde des personnes exposées, conduisant à une émission radioactive interne -qui peut provoquer un cancer.

Problème majeur : aucune contremesure spécifique n’a été prise à ce moment crucial. En particulier, n’ont pas été immédiatement distribuées les pastilles d’iode nécessaires. Ces dernières, rappelons-le, doivent venir « saturer » la thyroïde en iode non radioactif (empêchant donc ensuite la fixation de l’iode radioactif). C’est le journal américain Wall Street journal, qui l’a clairement révélé le 29 septembre (3) après avoir mené l’enquête sur le terrain et obtenu des « documents officiels » sur lesquels l’auteur de l’article Yuka Hayashi, base sa publicaton : « Tokyo n’a donné l’ordre de distribuer les pilules que cinq jours après les débuts de l’accident du 11 mars, bien que les experts en sûreté nucléaire aient recommandé de le faire immédiatement ». Autrement dit, trop tard, après les premiers pics d’arrivée de l’élément radioactif.

https://zurbain.blogs.nouvelobs.com/archive/2011/10/12/fukushima-le-scandale-de-l-iode-sept-mois-apres-les-debuts-d.html


Le riz cultivé cette année dans la préfecture de Fukushima, où se trouve la centrale nucléaire accidentée, peut être commercialisé, ont affirmé mercredi les autorités locales.

La préfecture a testé un total de 1.174 échantillons de riz récolté dans 48 communes de cette préfecture du nord-est du Japon.Aucun n’a présenté une teneur en césium radioactif dépassant la limite des 500 becquerels par kilogramme fixée par l’Etat.

En dépit des mesures rassurantes effectuées, les agriculteurs et autorités locales savent qu’elles vont se heurter à la méfiance des consommateurs, notamment des mères de jeunes enfants qui ne veulent pas faire courir le moindre risque à leur famille.

La préfecture de Fukushima est habituellement l’une des principales régions japonaises productrice de riz.

https://www.romandie.com/news/n/_Le_riz_nouveau_de_la_region_de_Fukushima_est_propre_a_la_consommation121020111410.asp


Des traces de strontium-90 ont été détectées sur le toit d'un immeuble à Yokohama, à 250 km de la centrale nucléaire de Fukushima. Des traces de strontium-90 ont été détectées sur le toit d’un immeuble à Yokohama, à 250 km de la centrale nucléaire de Fukushima. Selon le journal, les spécialistes d’un centre de recherche privé ont enregistré une teneur élevée en strontium dans les échantillons de sol et d’argile prélevés dans une gouttière de l’immeuble. Il s’agit du premier cas de détection de strontium radioactif au-delà de 100 km de la centrale accidentée. Les autorités locales comptent effectuer une analyse supplémentaire. Le strontium-90 est un élément hautement radioactif émetteur de rayonnement bêta.

https://fr.ria.ru/world/20111012/191457374.html


Un niveau de radioactivité anormalement élevé a été décelé le long d’une rue de l’arrondissement de Setagaya à Tokyo, a indiqué mercredi la municipalité qui a demandé aux citoyens de ne pas approcher de ce lieu situé à plus de 200 km de la centrale nucléaire accidentée de Fukushima. "Puisque cet endroit est situé à proximité d’établissements scolaires et de jardins d’enfants et qu’il longe le chemin de l’école, nous allons agir en nous appuyant sur les conseils d’experts afin de rassurer les parents d’enfants légitimement inquiets", a expliqué une responsable municipale. Un niveau de rayonnement radioactif de 2,7 microsieverts par heure a été confirmé en ce point précis à la suite d’un signalement effectué au début du mois par des habitants.

https://www.liberation.fr/terre/01012365261-japon-radioactivite-anormalement-elevee-dans-un-arrondissement-de-tokyo


Mardi 11 octobre

Les premiers résultats du suivi sanitaire d’une fraction significative de la population évacuée suite à la catastrophe nucléaire viennent d’être publiés par le Mainichi Daily News et ils sont préoccupants. Environ 9,7% des enfants évacué de la préfecture de Fukushima et qui ont transité par la ville de Chino présenteraient des troubles thyroïdiens. Premiers résultats préoccupants C’est l’hôpital de Shinsu avec l’aide de la Japan Chernobyl Foundation qui a mené cette étide épidémiologique sur les enfants de moins de 16 ans évacués de la préfecture de Fukushima et en transit à Chino. L’étude qui a duré un mois (en août dernier) incluait des analyses systématiques de prélèvements sanguins et d’urine, sur un total de 130 enfants.

https://www.agoravox.fr/actualites/environnement/article/fukushima-depistage-et-nouvelles-102241

–---

Le Japon, sous l’égide de son Office national du tourisme, projette d’offrir au printemps prochain 10 000 billets d’avion à des visiteurs étrangers, dans le but de relancer son industrie touristique, plombée par le tsunami et l’accident nucléaire de Fukushima, a rapporté la presse nippone, ce lundi.

L’Office national du tourisme japonais demandera aux candidats au voyage de remplir une demande sur internet, en précisant la zone qu’ils entendent visiter. Les heureux élus devront en échange faire un récit de leur voyage et le publier sur le web.

https://www.leparisien.fr/flash-actualite-economie/le-japon-projette-d-offrir-des-billets-d-avion-pour-relancer-le-tourisme-10-10-2011-1647376.php


Diffusion d’un reportage sur les travailleurs de Fukushima réalisé par la chaîne francophone internationale FRANCE 24

–---

Le ministre japonais des Finances a annoncé mardi qu’il demanderait aux Européens d’agir pour contenir leur crise de la dette, lors d’une réunion avec ses homologues du G20 en fin de semaine. "Une situation plus stable en Europe permettrait de stopper la hausse du yen et de conduire à une croissance stable de l’économie japonaise", a expliqué Jun Azumi lors d’une conférence de presse.

https://www.leparisien.fr/flash-actualite-economie/le-japon-va-demander-a-l-europe-d-agir-contre-sa-dette-11-10-2011-1649066.php


Dimanche 9 octobre

La préfecture japonaise de Fukushima, où s’est déroulé en mars le plus grave accident nucléaire depuis Tchernobyl, a démarré dimanche des examens médicaux auprès de 360 000 enfants pour vérifier si les radiations ont entraîné des problèmes de thyroïde.

Beaucoup de parents avaient réclamé ce type d’examens, s’appuyant sur l’exemple de Tchernobyl en 1986. Après la catastrophe, les habitants des zones voisines avaient souffert de nombreux dysfonctionnements de la thyroïde.

Une étude non officielle, conduite par des docteurs dans la région de Fukushima, a rapporté que dix de 130 enfants examinés avaient des problèmes hormonaux et souffraient de dysfonctionnement de la glande thyroïde.

https://www.rtbf.be/info/societe/detail_fukushima-les-enfants-de-la-region-vont-subir-un-examen-de-la-thyroide?id=6884183

–---

L’émission « Behind the headlines » sur Global research TV revient sur les déclarations concernant les mesures prises par le gouvernement au lendemain de l’accident de Naoto Kan ex-premier ministre japonais lors de sa démission .


Mardi 4 octobre

Un réacteur nucléaire s'est arrêté automatiquement ce mardi 04/10 dans une centrale du sud-ouest du Japon. plus que 10 réacteurs sur 46 sont encore en activité sur le sol nippon

Un réacteur nucléaire s’est arrêté automatiquement mardi dans une centrale du sud-ouest du Japon, pour une raison qui n’était pas immédiatement explicable, a indiqué la compagnie exploitante.

L’unité numéro 4 de la centrale Genkai à Saga s’est stoppée à 13H40 locales (04H40 GMT), a précisé la société Kyushu Electric Power.

Nous n’avons pas identifié d’anomalie telle qu’une élévation de la radioactivité, a toutefois assuré un porte-parole, soulignant qu’il n’y avait pas non plus de fumée ou départ de feu.

Nous recherchons actuellement la cause de cet arrêt automatique, a-t-il ajouté.

Du fait de la suspension soudaine de ce réacteur, il n’en reste plus qu’un seul en service à Genkai sur les quatre que compte la centrale, deux autres étant actuellement stoppés pour maintenance régulière.

Sur l’ensemble des 54 réacteurs nucléaires du Japon, seulement dix sont actuellement en activité.

https://www.romandie.com/news/n/_Japon_arret_automatique_d_un_reacteur_nucleaire_raison_inconnue041020110910.asp


Lundi 3 octobre

Des quantités d’isotopes radioactifs de plutonium ont été détectées pour la première fois dans le sol en dehors de la centrale nucléaire accidentée de Fukushima, selon le ministère nippon de la Science.

Des échantillons de sol ont été prélevés en été mais les résultats de leur analyse n’ont pas été divulgués jusqu’ici. Depuis la catastrophe de la centrale survenue en mars dernier à la suite d’un violent séisme suivi d’un tsunami, des traces de radiation ont été décelées dans des légumes, des champignons, de la viande et du lait dans la préfecture de Fukushima mais également dans des régions éloignées, rappelle Echo de Moscou.

https://french.ruvr.ru/2011/10/03/58071134.html


Douze experts de l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA) sont en chemin pour le Japon. Leur mission ? Assister le Japon, qui a réclamé leur savoir-faire, dans sa tâche de décontamination autour du site de Fukushima-Daiichi.

"Pour de nombreux pays ou pour les ingénieurs, le plus important est ce qui se passe dans les réacteurs. Mais pour la population locale, le plus important est ce qui se passe avec leur maison ou les champs de riz. Nous devons décontaminer", avait déclaré fin septembre le directeur général de l’AIEA Yukiya Amano soulignant le peu d’expérience du Japon en la matière.

https://www.tdg.ch/actu/monde/experts-internationaux-route-decontaminer-fukushima-2011-10-04


Dimanche 2 octobre

Un panel d’experts mandatés par le gouvernement japonais pour superviser la restructuration de la compagnie d’électricité Tepco recommande des réductions drastiques de coûts, emplois et activités pour payer les dégâts dus à l’accident de la centrale nucléaire de Fukushima.

Etudiant les perspectives de la société sur la décennie jusqu’au printemps 2021, les spécialistes estiment que Tokyo Electric Power (Tepco) risque de manquer cruellement de fonds et qu’elle doit dès lors faire des économies drastiques.

https://www.romandie.com/news/n/_Fukushima_Tepco_doit_sacrifier_une_partie_de_ses_effectifs_et_activites_031020111410.asp


C’est la nouvelle manie des producteurs de denrées au Japon, mélanger des produits potentiellement contaminés avec des produits sains afin de "diluer" la radioactivité totale du produit.
Des producteurs de thé japonais ont déjà commencé à proposer ce genre de produits au public afin d’éviter que leurs stocks soient contrôlés positifs en césium radioactif.

https://ex-skf.blogspot.com/2011/10/dilute-and-sell-radioactive-tea-blended.html


Samedi 1er octobre

Le magazine Rue 89 a interviewé Simon, un comédien professionnel japonais de passage à Paris qui a vécu pendant 10 ans à proximité de Fukushima jusqu’au jour ou la centrale a explosé.

A 47 ans, Simon veut tourner la page Fukushima. Il laisse derrière lui son appartement, son travail, ses amis, et restera en France les trois mois que lui autorise son visa touriste. Puis, peut-être l’Angleterre, ou l’île d’Okinawa, « un peu les Antilles du Japon, le plus loin possible de Fukushima. »

https://www.rue89.com/planete89/2011/10/01/simon-refugie-de-fukushima-suis-je-irradie-224068


TEPCO cherche à montrer tout le travail accompli par ses techniciens afin de prouver qu’elle n’est pas en train d’abandonner la situation dans un reportage décrivant les différents travaux réalisés sur les réacteurs accidentés au cours des mois d’août et septembre :