Réseau Sortir du nucléaire
Boutique Agenda Faire un donEN

Agenda

30
nov
Actions

Chaine humaine de Cruas à Rochemaure

Cruas, Meysse, Rochemaure (07) - Rhône-Alpes


Samedi 30 novembre 2019


Cruas, Meysse, Rochemaure (07)



Rendez-vous le samedi 30 novembre à partir de 14h00 à Cruas, Meysse et Rochemaure (Drôme).

Appel à mobilisation des riverains

Suite au tremblement de terre et ses répliques qui ont ébranlé la ville du Teil le 11 novembre 2019, nous organisons une chaîne humaine qui reliera la centrales de Cruas et Rochemaure, le samedi 30 novembre prochain, à 14h00.

Trois éléments nous ont décidé d’agir sans tarder :

> Un des seuils de sécurité a été atteint à Cruas entrainant l’arrêt des 4 réacteurs de la Centrale nucléaire en vue d’un "audit approfondi". Régis Clément, directeur adjoint de la production nucléaire d’EDF attend le feu vert de l’Autorité de Sûreté Nucléaire pour une réouverture progressive d’ici à mi-décembre 2019.

> Depuis Fukushima, nous savons qu’une atteinte des bâtiments n’est pas la seule à mettre en danger le fonctionnement des réacteurs d’une centrale nucléaire. Sont à prendre en compte, les ruptures de barrages en amont (au moins 8) ainsi que les rupture de digues des canaux. Celles-ci peuvent avoir pour conséquences des inondations des installations comme cela c’est produit à Fukushima.

> En Auvergne-Rhône-Alpes, les centrales du Tricastin, de Cruas et de Saint-Alban sont concernées par la corrosion de ses pompes de refroidissement. Plus particulièrement les réacteurs 1 et 4 de la centrale de Cruas, qui ont été classifiés à 2 sur 7 sur l’échelle internationale des événements nucléaires (Ines). Si des réservoirs d’eau sont prévus en cas de défaillance temporaire, une réaction en chaîne qui mènerait à la fusion du combustible nucléaire reste à redouter si aucune action n’est entreprise. C’est notamment l’une des causes de l’incident nucléaire de Fukushima.

Dans l’immédiat, nous demandons à l’État Français de fermer CRUAS et LE TRICASTIN jusqu’à ce que le durcissement des normes de sécurité post-Fukushima soit mis en œuvre. À plus long terme, c’est l’accompagnement de ces centrales vieillissantes jusqu’à l’arrêt total qu’il faut envisager.

Contact : Réaction en Chaîne Humaine – RECH

Page Facebook : https://www.facebook.com/chainehumaine.fr

Christine Hasse 06 24 61 03 74

Rendez-vous le samedi 30 novembre à partir de 14h00 à Cruas, Meysse et Rochemaure (Drôme).

Appel à mobilisation des riverains

Suite au tremblement de terre et ses répliques qui ont ébranlé la ville du Teil le 11 novembre 2019, nous organisons une chaîne humaine qui reliera la centrales de Cruas et Rochemaure, le samedi 30 novembre prochain, à 14h00.

Trois éléments nous ont décidé d’agir sans tarder :

> Un des seuils de sécurité a été atteint à Cruas entrainant l’arrêt des 4 réacteurs de la Centrale nucléaire en vue d’un "audit approfondi". Régis Clément, directeur adjoint de la production nucléaire d’EDF attend le feu vert de l’Autorité de Sûreté Nucléaire pour une réouverture progressive d’ici à mi-décembre 2019.

> Depuis Fukushima, nous savons qu’une atteinte des bâtiments n’est pas la seule à mettre en danger le fonctionnement des réacteurs d’une centrale nucléaire. Sont à prendre en compte, les ruptures de barrages en amont (au moins 8) ainsi que les rupture de digues des canaux. Celles-ci peuvent avoir pour conséquences des inondations des installations comme cela c’est produit à Fukushima.

> En Auvergne-Rhône-Alpes, les centrales du Tricastin, de Cruas et de Saint-Alban sont concernées par la corrosion de ses pompes de refroidissement. Plus particulièrement les réacteurs 1 et 4 de la centrale de Cruas, qui ont été classifiés à 2 sur 7 sur l’échelle internationale des événements nucléaires (Ines). Si des réservoirs d’eau sont prévus en cas de défaillance temporaire, une réaction en chaîne qui mènerait à la fusion du combustible nucléaire reste à redouter si aucune action n’est entreprise. C’est notamment l’une des causes de l’incident nucléaire de Fukushima.

Dans l’immédiat, nous demandons à l’État Français de fermer CRUAS et LE TRICASTIN jusqu’à ce que le durcissement des normes de sécurité post-Fukushima soit mis en œuvre. À plus long terme, c’est l’accompagnement de ces centrales vieillissantes jusqu’à l’arrêt total qu’il faut envisager.

Contact : Réaction en Chaîne Humaine – RECH

Page Facebook : https://www.facebook.com/chainehumaine.fr

Christine Hasse 06 24 61 03 74




Depuis plus de 20 ans Le Réseau "Sortir du nucléaire" apporte son soutien aux groupes antinucléaires. Ils sont le fondement de notre association et du mouvement antinucléaire en France. Chaque année, le Réseau relaie massivement leurs actions et les soutient financièrement. Nous souhaitons pouvoir continuer à impulser et amplifier cette dynamique d’actions contre le nucléaire, et ce sera grâce à votre soutien :

Faire un don


Ajoutez votre événement antinucléaire à l’agenda



Recevez par mail les infos sur les actions antinucléaires dans votre département :