Réseau Sortir du nucléaire
BoutiqueAgendaFaire un donEN

Revue de presse

Juillet 2013 / Le Dauphiné

AIN Une foule d’anti-nucléaire à la centrale du Bugey



Source : Le Dauphiné

https://www.ledauphine.com/ain/2013/07/27/une-foule-d-anti-nucleaire-dans-l-ain-a-la-centrale-du-bugey
 

AIN Une foule d'anti-nucléaire à la centrale du Bugey


La centrale du Bugey. Photo d'archives DL

 

Sur les traces de l'uranium... Plus de 70 militants ont achevé ce samedi un mois de périple anti-nucléaire dans la vallée du Rhône. Ils viennent d'atteindre leur destination finale : la centrale du Bugey dans l'Ain.

Plusieurs dizaines de militants anti-nucléaires ont achevé aujourd'hui samedi dans l’Ain une marche d’un mois dans la vallée du Rhône, en suivant les étapes de traitement de l’uranium, pour sensibiliser la population aux dangers du nucléaire.

« On a terminé vers 12h30 à Blyes », au sud d’Ambérieu-en-Bugey, « après être passés vers09h00 devant la centrale du Bugey », a raconté Albert Monti, militant contre le nucléaire, venu de Picardie.
Les marcheurs, qui étaient « 70 voire plus » pour cette dernière journée, selon M. Monti, ont joué « deux-trois saynètes » pour illustrer notamment les alternatives à l’énergie nucléaire. Après une fête en fin de journée, ils prévoient de se disperser dimanche.
Leur « Marche internationale pour la paix et la sortie du nucléaire » est partie le 29 juin de Malvesi, près de Narbonne, où se situe la Comurex-Areva, une usine de raffinage et de conversion d’uranium.

Lors de leur passage à Romans-sur-Isère, les militants ont rendu public le dépôt d’une plainte contre Areva

Il s’agissait de suivre « les étapes de traitement de l’uranium avant d’arriver dans les réacteurs », avait expliqué jeudi Jocelyn Peyret, un des organisateurs du périple, membre du réseau Sortir du nucléaire.
Les manifestants ont notamment effectué une halte devant une usine de combustible nucléaire à Romans-sur-Isère (Drôme) mi-juillet, durant laquelle ils ont rendu public le dépôt d’une plainte contre Areva pour « violation des règles de sûreté ».
Areva avait signalé en septembre 2012 un événement survenu dans l’usine FBFC de Romans (fabrication de combustible), que l’Autorité de sûreté nucléaire avait classé au niveau 2 sur 7 « en raison du défaut de culture de sûreté » notamment.
Les participants à la marche sont accompagnés de quelques militants australiens, qui souhaitent alerter l’opinion sur les menaces pesant sur les Aborigènes, à cause de l’exploitation de mines d’uranium par Areva dans leur pays.
« L’Australie est le troisième exportateur au monde d’uranium, nous n’avons pas de centrale mais Areva explore 120 mines d’uranium sur les territoires aborigènes », a souligné Bilbo Taylor, militant australien.

> Voir la source