Réseau Sortir du nucléaire
BoutiqueAgendaFaire un donEN

Fukushima, la catastrophe nucléaire continue

Archives > Archives Mobilisations > Les Japonais se mobilisent

23 avril : 5000 manifestants à Shibuya (Tokyo)




Le 23 avril, dans le quartier de Shibuya (Tôkyô), 5000 manifestants se sont rassemblés. Ils portaient des des fleurs de colza qui ont la vertu d’absorber le césium radioactif, et demandaient la sortie du nucléaire.



Lors de la manifestation du 10 avril à Nagoya, des élèves d’un lycée de filles ont eu l’idée de se munir de fleurs de colza en tant que symbole de renaissance. L’idée d’utiliser cette fleur vient du fait que les fleurs de colza sont utilisées en Ukraine pour réduire la contamination du sol. L’idée a plu et fait l’unanimité depuis lors et c’est pour cette raison que le mouvement antinucléaire est aussi appelé : la "Révolution des fleurs de colza".

Environ 5000 personnes ont pris part à la manifestation et parmi eux se trouvaient aussi quelques célébrités japonaises, comme par exemple le compositeur Riuichi Sakamoto (la musique du film "Furyo"...). Les manifestants ont déambulé dans les rues en portant des fleurs et au son des tambours.

Beaucoup de personnes avouent qu’avant l’accident de Fukushima, elles n’avaient absolument aucune idée du nombre et de la localisation des réacteurs nucléaires au Japon. Cet accident leur a fait prendre conscience de la réalité et elles luttent maintenant pour ne pas laisser les réacteurs nucléaires en héritage à leurs enfants et à leurs descendance.

"Bye, Bye le nucléaire", "Nous n’avons pas besoin du nucléaire"... Leur voeu est que le plus de monde possible participe au manifestations et que le mouvement s’amplifie de plus en plus.

Lors de la manifestation du 10 avril à Nagoya, des élèves d’un lycée de filles ont eu l’idée de se munir de fleurs de colza en tant que symbole de renaissance. L’idée d’utiliser cette fleur vient du fait que les fleurs de colza sont utilisées en Ukraine pour réduire la contamination du sol. L’idée a plu et fait l’unanimité depuis lors et c’est pour cette raison que le mouvement antinucléaire est aussi appelé : la "Révolution des fleurs de colza".

Environ 5000 personnes ont pris part à la manifestation et parmi eux se trouvaient aussi quelques célébrités japonaises, comme par exemple le compositeur Riuichi Sakamoto (la musique du film "Furyo"...). Les manifestants ont déambulé dans les rues en portant des fleurs et au son des tambours.

Beaucoup de personnes avouent qu’avant l’accident de Fukushima, elles n’avaient absolument aucune idée du nombre et de la localisation des réacteurs nucléaires au Japon. Cet accident leur a fait prendre conscience de la réalité et elles luttent maintenant pour ne pas laisser les réacteurs nucléaires en héritage à leurs enfants et à leurs descendance.

"Bye, Bye le nucléaire", "Nous n’avons pas besoin du nucléaire"... Leur voeu est que le plus de monde possible participe au manifestations et que le mouvement s’amplifie de plus en plus.