Faire un don

La sortie du nucléaire marque des points

Victoire ! L’Allemagne sort définitivement du nucléaire

Article publié le 14 avril 2023



En fermant ses trois derniers réacteurs nucléaires, l’Allemagne réussit enfin son pari : sortir définitivement de l’atome, accélérer la fin du charbon et atteindre au plus vite le 100% renouvelable !

Crédit photo : Lars Hoff - ausgestrahlt


"Atomkraft ? Nie wieder !" : "L’énergie nucléaire ? Plus jamais !" C’est avec la projection du célèbre soleil antinucléaire et la modification de la formule "Atomkraft ? Nein danke" ("Nucléaire ? Non merci"), que le groupe antinucléaire .ausgestrahlt a fêté l’arrêt du nucléaire en Allemagne.

Après un report dû à la crise ukrainienne et à son impact sur le paysage énergétique allemand, Emsland, Isar-2 et Neckarwestheim-2, les trois derniers réacteurs du pays vont finalement être mis à l’arrêt ce samedi 15 avril 2023.

Pour Armin Simon du mouvement .ausgestrahlt, "la sortie du nucléaire et l’arrêt des dernières centrales nucléaires en Allemagne est le succès de l’engagement de centaines de milliers de citoyens. Pendant plus de cinq décennies, ils ont poussé les bons arguments contre le nucléaire avec persévérance, imagination et protestations répétées. Ensemble, ils ont gagné ce qui est probablement le plus grand conflit de l’histoire de la République fédérale. Probablement jamais auparavant un mouvement citoyen n’avait réalisé quelque chose de comparable." Pour le militant, même si "de nombreux problèmes nucléaires subsistent", comme les montagnes de déchets nucléaires qui doivent être stockées en toute sécurité et la politique pro-nucléaire de l’UE, cette sortie marque avant tout la diminution considérable du risque d’une super-fusion et de la production des déchets du nucléaire hautement radioactifs. "Dans le même temps, la fin des centrales nucléaires est une étape importante pour la transition énergétique. Il s’agit maintenant de sécuriser le succès obtenu."

12 ans après la catastrophe de Fukushima, l’Allemagne réussit ainsi son pari : sortir de l’atome, accélérer la fin du charbon et atteindre au plus vite le 100% renouvelable.

Allemagne, renouvelables, nucléaire et charbon

Argument favori des aficionados de l’atome, la décision de sortie du nucléaire n’a pas débouché sur un renfort du charbon, mais a donné l’impulsion pour une montée en puissance décisive des énergies renouvelables, qui a plus que compensé le déclin de l’atome. En parallèle, malgré l’extension de mines de charbon destructrices, de nombreux projets de centrales à charbon ont été abandonnés et une baisse du recours aux énergies fossiles a été constatée.

Tous secteurs confondus, les émissions de CO2 du pays sont ainsi passées de 942 [1] à 746 millions de tonnes équivalent CO2 entre 2010 et 2022 selon l’Office Fédérale pour l’Environnement. [2]

En ce qui concerne le type d’énergie produite, entre 2010 et 2021, la production d’énergies renouvelables a augmenté de 128,5 TWh alors que la production d’énergies fossiles a diminué de 100,5 TWh selon le World Nuclear Industry Status Report 2022.

Sortie du nucléaire : après l’Allemagne, la France ?

Contrairement à ce que tente de faire croire le gouvernement avec sa tentative de relance "à marche forcée" de l’atome, la France peut elle aussi sortir du nucléaire tout en réduisant sa production de gaz à effet de serre !

Un système énergétique 100% renouvelables d’ici 2050 est possible. C’est ce que démontre parution après parution l’Institut négaWatt dans ses rapports. [3]

D’autres scénarios 100% renouvelables existent, portés par Global Chance, le Réseau de Transport d’Électricité [4] ou encore l’ADEME.

"Atomkraft ? Nie wieder !" : "L’énergie nucléaire ? Plus jamais !" C’est avec la projection du célèbre soleil antinucléaire et la modification de la formule "Atomkraft ? Nein danke" ("Nucléaire ? Non merci"), que le groupe antinucléaire .ausgestrahlt a fêté l’arrêt du nucléaire en Allemagne.

Après un report dû à la crise ukrainienne et à son impact sur le paysage énergétique allemand, Emsland, Isar-2 et Neckarwestheim-2, les trois derniers réacteurs du pays vont finalement être mis à l’arrêt ce samedi 15 avril 2023.

Pour Armin Simon du mouvement .ausgestrahlt, "la sortie du nucléaire et l’arrêt des dernières centrales nucléaires en Allemagne est le succès de l’engagement de centaines de milliers de citoyens. Pendant plus de cinq décennies, ils ont poussé les bons arguments contre le nucléaire avec persévérance, imagination et protestations répétées. Ensemble, ils ont gagné ce qui est probablement le plus grand conflit de l’histoire de la République fédérale. Probablement jamais auparavant un mouvement citoyen n’avait réalisé quelque chose de comparable." Pour le militant, même si "de nombreux problèmes nucléaires subsistent", comme les montagnes de déchets nucléaires qui doivent être stockées en toute sécurité et la politique pro-nucléaire de l’UE, cette sortie marque avant tout la diminution considérable du risque d’une super-fusion et de la production des déchets du nucléaire hautement radioactifs. "Dans le même temps, la fin des centrales nucléaires est une étape importante pour la transition énergétique. Il s’agit maintenant de sécuriser le succès obtenu."

12 ans après la catastrophe de Fukushima, l’Allemagne réussit ainsi son pari : sortir de l’atome, accélérer la fin du charbon et atteindre au plus vite le 100% renouvelable.

Allemagne, renouvelables, nucléaire et charbon

Argument favori des aficionados de l’atome, la décision de sortie du nucléaire n’a pas débouché sur un renfort du charbon, mais a donné l’impulsion pour une montée en puissance décisive des énergies renouvelables, qui a plus que compensé le déclin de l’atome. En parallèle, malgré l’extension de mines de charbon destructrices, de nombreux projets de centrales à charbon ont été abandonnés et une baisse du recours aux énergies fossiles a été constatée.

Tous secteurs confondus, les émissions de CO2 du pays sont ainsi passées de 942 [1] à 746 millions de tonnes équivalent CO2 entre 2010 et 2022 selon l’Office Fédérale pour l’Environnement. [2]

En ce qui concerne le type d’énergie produite, entre 2010 et 2021, la production d’énergies renouvelables a augmenté de 128,5 TWh alors que la production d’énergies fossiles a diminué de 100,5 TWh selon le World Nuclear Industry Status Report 2022.

Sortie du nucléaire : après l’Allemagne, la France ?

Contrairement à ce que tente de faire croire le gouvernement avec sa tentative de relance "à marche forcée" de l’atome, la France peut elle aussi sortir du nucléaire tout en réduisant sa production de gaz à effet de serre !

Un système énergétique 100% renouvelables d’ici 2050 est possible. C’est ce que démontre parution après parution l’Institut négaWatt dans ses rapports. [3]

D’autres scénarios 100% renouvelables existent, portés par Global Chance, le Réseau de Transport d’Électricité [4] ou encore l’ADEME.



Le saviez-vous ?
Le Réseau "Sortir du nucléaire" est un véritable contre-pouvoir citoyen. Totalement indépendants de l’État, nous dépendons exclusivement du soutien de nos donateurs. C’est grâce à votre soutien financier que nous pouvons nous permettre de tout mettre en œuvre pour offrir aux générations futures l’espoir d’un avenir sans risques nucléaires. Aidez-nous à obtenir cet objectif et à nous permettre de continuer la lutte au quotidien contre cette énergie mortifère et pour promouvoir la sobriété énergétique et les alternatives renouvelables.

Faire un don