Réseau Sortir du nucléaire
BoutiqueAgendaFaire un donEN

Nos communiqués de presse

Soutien aux militants de Greenpeace en procès pour leur action à Fessenheim

Communiqué du 4 septembre 2014



Le Réseau "Sortir du nucléaire" apporte son soutien aux activistes de Greenpeace en procès ce 4 septembre à Colmar pour avoir, le 18 mars 2014, pénétré sur le site de Fessenheim.



Cette action, destinée à dénoncer le vieillissement de la centrale, a également démontré la grande vulnérabilité des sites nucléaires au risque d’intrusion. Si des militants peuvent y entrer facilement, si des personnes extérieures peuvent même y pénétrer par erreur (comme ce fut le cas de migrants clandestins à La Hague en juin dernier), comment prétendre que ces lieux dangereux sont sécurisés ? Les activistes de Greenpeace sont pacifistes, mais des actes malveillants sont possibles à tout moment : attaque terroriste, crash d’un avion sur une centrale (rappelons que les piscines de combustible ne peuvent être sécurisées)...

La répression contre ces militants n’est qu’un trompe-l’oeil pour faire oublier les nombreuses menaces sur la sûreté des centrales.

Tout comme Greenpeace, le Réseau "Sortir du nucléaire" souhaite attirer l’attention sur le vieillissement des réacteurs français. Fessenheim n’est que l’arbre qui cache la forêt de la trentaine de réacteurs ayant dépassé 30 ans de fonctionnement qu’EDF souhaite prolonger au-delà de leur durée prévue, au prix du gaspillage de centaines de milliards d’euros dans un rafistolage insuffisant pour empêcher une dégradation irréversible.

Par ailleurs, le Réseau "Sortir du nucléaire" souhaite attirer l’attention sur un autre risque, beaucoup moins médiatique que l’intrusion de militants mais qui pourtant s’exprime au quotidien : la dégradation des conditions de travail des intervenants, et en particulier des sous-traitants. Le Réseau "Sortir du nucléaire" s’inquiète particulièrement des problèmes susceptibles de survenir avec la programmation de lourds travaux pour la prolongation des réacteurs, à une cadence impossible à soutenir pour les travailleurs. Pour la protection des populations et des travailleurs et pour des raisons financières évidentes, la sortie du nucléaire est incontournable, en commençant par l’arrêt immédiat de Fessenheim et des réacteurs de plus de 30 ans.

Contact presse :
Martial Chateau - 02 43 94 72 88

Chargée de communication :
Charlotte Mijeon - 06 64 66 01 23

Cette action, destinée à dénoncer le vieillissement de la centrale, a également démontré la grande vulnérabilité des sites nucléaires au risque d’intrusion. Si des militants peuvent y entrer facilement, si des personnes extérieures peuvent même y pénétrer par erreur (comme ce fut le cas de migrants clandestins à La Hague en juin dernier), comment prétendre que ces lieux dangereux sont sécurisés ? Les activistes de Greenpeace sont pacifistes, mais des actes malveillants sont possibles à tout moment : attaque terroriste, crash d’un avion sur une centrale (rappelons que les piscines de combustible ne peuvent être sécurisées)...

La répression contre ces militants n’est qu’un trompe-l’oeil pour faire oublier les nombreuses menaces sur la sûreté des centrales.

Tout comme Greenpeace, le Réseau "Sortir du nucléaire" souhaite attirer l’attention sur le vieillissement des réacteurs français. Fessenheim n’est que l’arbre qui cache la forêt de la trentaine de réacteurs ayant dépassé 30 ans de fonctionnement qu’EDF souhaite prolonger au-delà de leur durée prévue, au prix du gaspillage de centaines de milliards d’euros dans un rafistolage insuffisant pour empêcher une dégradation irréversible.

Par ailleurs, le Réseau "Sortir du nucléaire" souhaite attirer l’attention sur un autre risque, beaucoup moins médiatique que l’intrusion de militants mais qui pourtant s’exprime au quotidien : la dégradation des conditions de travail des intervenants, et en particulier des sous-traitants. Le Réseau "Sortir du nucléaire" s’inquiète particulièrement des problèmes susceptibles de survenir avec la programmation de lourds travaux pour la prolongation des réacteurs, à une cadence impossible à soutenir pour les travailleurs. Pour la protection des populations et des travailleurs et pour des raisons financières évidentes, la sortie du nucléaire est incontournable, en commençant par l’arrêt immédiat de Fessenheim et des réacteurs de plus de 30 ans.

Contact presse :
Martial Chateau - 02 43 94 72 88

Chargée de communication :
Charlotte Mijeon - 06 64 66 01 23





Pour toute sollicitation médiatique, merci de contacter Charlotte Mijeon, chargée de communication et des relations extérieures.

charlotte.mijeon@sortirdunucleaire.fr
Tél : 06 64 66 01 23


Pétition : ne validez pas la
cuve défectueuse de l’EPR !





Thèmes
Fessenheim