Réseau Sortir du nucléaire
Boutique Agenda Faire un donEN

Vidéos

Ségolène Royal : scandaleux changement de discours sur le nucléaire entre 2011 et 2014

18 juin 2014 | 343 vues




Lors de la conférence de presse de Ségolène Royal diffusée en direct sur le web mercredi 18 juin 2014 pour présenter le projet de loi de programmation sur la transition énergétique, Charlotte Mijeon, chargée de communication du Réseau "Sortir du nucléaire", a pu interpeller la ministre de l’environnement sur la réduction de la part du nucléaire et l’arrêt concret de centrales.



Réponse de S. Royal à la porte-parole du Réseau "Sortir du nucléaire" :

"L’objectif, il a été fixé de passer de 75 % à 50 % de la part du nucléaire dans la production d’électricité et de définir le cheminement qui va nous permettre d’atteindre cet objectif. Nous ne sortirons pas du nucléaire, ce n’est pas le choix qui est fait. Je dirais même que c’est grâce à l’énergie nucléaire aujourd’hui, à la sécurité qu’elle apporte que nous pouvons accélérer et faire sereinement la transition énergétique mais bien évidemment nous devons diversifier nos sources d’énergies et la part du nucléaire devra baisser, être stabilisée puis baissée en ce ce qui concerne la production d’électricité. je ne veux pas qu’on oppose les énergies les unes aux autres. Je respecte l’ensemble des points de vue mais je rappellerai que derrière la production d’énergie nucléaire il y a 200 000 emplois donc pour moi ce n’est pas une bataille dogmatique qui est en jeu, c’est de trouver des solutions fermes et claires pour faire en sorte que la France diversifie ses sources d’énergies y compris par rapport à l’énergie nucléaire."

En 2011, à l’occasion des primaires du parti socialiste en vue des présidentielles, Ségolène Royal s’était exprimée clairement en faveur de la sortie du nucléaire.


Invitée sur Europe1, Ségolène Royal a estimé que la décision de la chancelière Angela Merkel de sortir l’Allemagne du nucléaire était "très audacieuse". "Je pense qu’elle a raison", a jugé la présidente de la région Poitou-Charentes, indiquant toutefois qu’il est "plus facile en Allemagne de faire ça".

Selon Ségolène Royal, sortir du nucléaire en France relève d’une "décision politique, il n’y a aucun obstacle technique".

"Mon choix, c’est que l’on peut sortir du nucléaire en 40 ans", a ambitionné la candidate à la primaire socialiste, selon qui, il faut se "fixer un objectif ferme pour que l’ensemble de la mutation énergétique et industrielle puisse se faire dans de bonnes conditions".

Réponse de S. Royal à la porte-parole du Réseau "Sortir du nucléaire" :

"L’objectif, il a été fixé de passer de 75 % à 50 % de la part du nucléaire dans la production d’électricité et de définir le cheminement qui va nous permettre d’atteindre cet objectif. Nous ne sortirons pas du nucléaire, ce n’est pas le choix qui est fait. Je dirais même que c’est grâce à l’énergie nucléaire aujourd’hui, à la sécurité qu’elle apporte que nous pouvons accélérer et faire sereinement la transition énergétique mais bien évidemment nous devons diversifier nos sources d’énergies et la part du nucléaire devra baisser, être stabilisée puis baissée en ce ce qui concerne la production d’électricité. je ne veux pas qu’on oppose les énergies les unes aux autres. Je respecte l’ensemble des points de vue mais je rappellerai que derrière la production d’énergie nucléaire il y a 200 000 emplois donc pour moi ce n’est pas une bataille dogmatique qui est en jeu, c’est de trouver des solutions fermes et claires pour faire en sorte que la France diversifie ses sources d’énergies y compris par rapport à l’énergie nucléaire."

En 2011, à l’occasion des primaires du parti socialiste en vue des présidentielles, Ségolène Royal s’était exprimée clairement en faveur de la sortie du nucléaire.


Invitée sur Europe1, Ségolène Royal a estimé que la décision de la chancelière Angela Merkel de sortir l’Allemagne du nucléaire était "très audacieuse". "Je pense qu’elle a raison", a jugé la présidente de la région Poitou-Charentes, indiquant toutefois qu’il est "plus facile en Allemagne de faire ça".

Selon Ségolène Royal, sortir du nucléaire en France relève d’une "décision politique, il n’y a aucun obstacle technique".

"Mon choix, c’est que l’on peut sortir du nucléaire en 40 ans", a ambitionné la candidate à la primaire socialiste, selon qui, il faut se "fixer un objectif ferme pour que l’ensemble de la mutation énergétique et industrielle puisse se faire dans de bonnes conditions".



Le saviez-vous ?
Le Réseau "Sortir du nucléaire" est un véritable contre-pouvoir citoyen. Totalement indépendants de l’État, nous dépendons exclusivement du soutien de nos donateurs. C’est grâce à votre soutien financier que nous pouvons nous permettre de tout mettre en œuvre pour offrir aux générations futures l’espoir d’un avenir sans risques nucléaires. Aidez-nous à obtenir cet objectif et à nous permettre de continuer la lutte au quotidien contre cette énergie mortifère et pour promouvoir la sobriété énergétique et les alternatives renouvelables.

Faire un don


Thèmes
Politique énergétique