Réseau Sortir du nucléaire
BoutiqueAgendaFaire un donEN

Agenda

2
déc
Projection

Projection du film sur Fukushima : le couvercle du soleil

Blâmont (54) - Lorraine


Dimanche 2 décembre 2018


Projection du film "Le couvercle du soleil", sur la catastrophe de Fukushima.

SUIVI D’UN ÉCHANGE EN PRÉSENCE DE KOLIN KOBAYASHI, journaliste japonnais francophone

Le 2 décembre 2018 à 15h au cinéma de Blâmont (54) 5 rue des capucins



Le jour où « la pire crise de l’histoire » est arrivée, que se passait-il à la résidence du premier ministre ?

Une fiction journalistique puissante où apparaît l’ancien Premier ministre japonnais NAOTO KAN, devenu aujourd’hui fervent anti-nucléaire :

« franceinfo : Malgré la catastrophe, le Japon est-il passé près du pire ?

Naoto Kan : Si la radioactivité avait continué à s’étendre, si on n’avait pas pu contrôler certains éléments, on aurait dû évacuer une zone de 250 kilomètres autour de Fukushima. La population de Tokyo aurait dû être évacuée pendant une période de 30 à 50 ans. Grâce à beaucoup de petits coups de chance, au vent, aux efforts des employés de la centrale et des pompiers, le drame a pu être évité. Si ce scénario du pire avait été réalisé, il aurait fallu évacuer 50 millions d’habitants, soit 40% de la population japonaise. Cela aurait été pire qu’en cas de défaite dans une grande guerre. L’apocalypse du Japon. Dans la mesure où on a évité cela, on peut dire qu’on a eu de la chance. »

Le Japon de l’Est est aujourd’hui quasiment au bord du gouffre, et l’état d’urgence nucléaire toujours en vigueur, avec une situation toujours aussi dangereuse.

N’attendons pas la prochaine catastrophe, informons-nous et continuons de penser plus avant !

Le jour où « la pire crise de l’histoire » est arrivée, que se passait-il à la résidence du premier ministre ?

Une fiction journalistique puissante où apparaît l’ancien Premier ministre japonnais NAOTO KAN, devenu aujourd’hui fervent anti-nucléaire :

« franceinfo : Malgré la catastrophe, le Japon est-il passé près du pire ?

Naoto Kan : Si la radioactivité avait continué à s’étendre, si on n’avait pas pu contrôler certains éléments, on aurait dû évacuer une zone de 250 kilomètres autour de Fukushima. La population de Tokyo aurait dû être évacuée pendant une période de 30 à 50 ans. Grâce à beaucoup de petits coups de chance, au vent, aux efforts des employés de la centrale et des pompiers, le drame a pu être évité. Si ce scénario du pire avait été réalisé, il aurait fallu évacuer 50 millions d’habitants, soit 40% de la population japonaise. Cela aurait été pire qu’en cas de défaite dans une grande guerre. L’apocalypse du Japon. Dans la mesure où on a évité cela, on peut dire qu’on a eu de la chance. »

Le Japon de l’Est est aujourd’hui quasiment au bord du gouffre, et l’état d’urgence nucléaire toujours en vigueur, avec une situation toujours aussi dangereuse.

N’attendons pas la prochaine catastrophe, informons-nous et continuons de penser plus avant !




Proposer votre événement



Thèmes
Fukushima