Réseau Sortir du nucléaire
Boutique Agenda Faire un donEN

Sortir du nucléaire n°85

printemps 2020

Dossier : Et l’humain dans tout ça ?

La société civile s’organise pour aider les victimes

printemps 2020




Nous avons demandé à différents collectifs citoyens de nous présenter leur action en faveur des victimes du nucléaire. Deux associations travaillant avec les victimes de Tchernobyl et deux associations travaillant avec celles de Fukushima vous sont présentées ici. Par ailleurs, nous avons déjà consacré récemment des sujets à la situation des travailleurs de l’industrie nucléaire et notamment à l’association Ma Zone Contrôlée (voir les revues n°78 et n°79) ainsi que dans notre dernier numéro aux victimes des essais nucléaires que nous vous invitons à relire.



© Les Enfants de Tchernobyl

Les Enfants de Tchernobyl

Depuis 27 ans, en relation avec des équipes scientifiques et médicales, l’association “Les Enfants de Tchernobyl“ apporte un soutien aux populations locales.

Ce sont 300 projets en France, Ukraine, Biélorussie et Fédération de Russie qui ont été réalisés par les 500 membres de l’association. Chaque été, l’association accueille chez des bénévoles des enfants ukrainiens et russes et apporte les preuves de l’intérêt de ces séjours par le biais de mesures des charges corporelles en césium 137 des enfants accueillis avant puis après leur séjour. Ces analyses scientifiques sont réalisées par les instituts indépendants BELRAD à Minsk (Biélorussie) et au Centre Écologie et Santé d’Ivankiv (Ukraine).

L’association lance un appel aux familles bénévoles des départements 25, 67, 68, 70, 88 et 90 pour l’accueil en juillet et août 2020 de 160 enfants pour trois semaines environ. N’hésitez pas à les contacter pour les aider !

Quelles difficultés rencontrez-vous ?

“Nous rencontrons quatre difficultés majeures : trouver des ressources financières, les mensonges des autorités politiques et scientifiques sur les conséquences sanitaires de Tchernobyl, la corruption endémique des anciennes républiques d’URSS concernées et la situation politique, géopolitique et sociale de ces pays qui n’autorisent que peu, voire pas, l’intervention d’étrangers sur ce dossier très sensible.“

Les Enfants de Tchernobyl Belarus

Fondée en 2001, l’association a pour mission de financer les activités de l’Institut BELRAD de Minsk, de venir en aide aux populations contaminées par l’accident de Tchernobyl, et d’informer des conséquences réelles de cet accident. BELRAD réalise des mesures de la contamination des aliments et de l’organisme des enfants en zones contaminées, et fournit de la pectine de pomme aux enfants pour accélérer l’élimination des radionucléides ingérés. L’association ETB informe le public par des films, des conférences, des livres et a entamé, après la catastrophe de Fukushima, des partenariats avec des ONG japonaises.

Quelles difficultés rencontrez-vous ?

“Privés de toute subvention, nous avons besoin de fonds pour nous permettre de poursuivre nos activités de prophylaxie et d’archivage des milliers de mesures prises plusieurs fois par an.“

© Les Enfants de Tchernobyl

Yosomono-net

Ce réseau a vu le jour suite aux actions contre le redémarrage de la centrale japonaise d’Ohi en juin 2012. Des ressortissants japonais en Europe décident la création d’un réseau international pour la sortie du nucléaire.

Ce réseau, baptisé Yosomono-net, a pour but d’échanger des informations en temps réel pour planifier et coordonner des initiatives à travers le monde. Il s’agit d’être plus efficace et plus fort pour dénoncer les effets de la catastrophe de Fukushima.

Pourquoi ce nom ?

“Yosomono signifie “étranger, celui qui vient d’ailleurs“. Parce qu’en plus de notre statut de résidents étrangers dans les pays où nous vivons, nous sommes parfois considérés comme des “étrangers“ au Japon. Nous pensons que la catastrophe de Fukushima a eu et aura encore des conséquences très graves. Il est plus que nécessaire d’agir de l’extérieur pour soutenir ceux qui souffrent et luttent sur place. Nous nous associons aux réflexions et aux actions destinées à faire sortir le Japon et le reste du monde, de la domination non démocratique du nucléaire.“

© Les Enfants de Tchernobyl

Nos Voisins Lointains 3.11

L’association a été créée à Lyon en 2013, à la suite de la catastrophe de Fukushima, pour soutenir les familles les plus nécessiteuses. Aujourd’hui l’association concentre ses activités vers la création de relations entre la population française et japonaise, menacées toutes deux par l’omniprésence nucléaire.

En particulier l’association organise des tournées de conférences, en France et en Europe, avec des mères réfugiées du nucléaire. En partageant leurs expériences, l’association s’efforce de sauvegarder le droit fondamental de vivre dans un environnement exempt de radioactivité. Elle organise également des projections de films, de théâtre de papier (kamishibai [1] ), afin de diffuser l’information sur la vie des sinistrés de Fukushima.

Quelles difficultés rencontrez-vous ?

“Nos difficultés récentes proviennent essentiellement de la baisse d’intérêt du public, que ce soit au Japon ou en France. Parallèlement à cela, nous souffrons de problèmes de recrutement d’adhérents et sympathisants autour de ce sujet.“

Les associations

Pour contacter ces associations :

Les enfants de Tchernobyl
14 rue des Dahlias 68740 ROGGENHOUSE
lesenfantsdetchernobyl@gmail.com - Tél. : 06 73 15 15 81
www.lesenfantsdetchernobyl.fr
https://www.facebook.com/lesenfantsdetchernobyl

Enfants de Tchernobyl Belarus
Résidence Les Clairières,
3 Avenue Pierre Poivre D11, 49240 AVRILLÉ
Tél. : 09 67 59 19 03

Yosomono.net
25 rue Gandon, 75013 PARIS

Nos voisins lointains 3.11
Chez Mme VAREYON,
34A rue François Peissel, 69300 CALUIRE
Tél. : 06 62 20 86 55
voisins311@gmail.com
https://nosvoisinslointains311.home.blog/


Notes

[1Le kamishibai (紙芝居, littéralement “pièce de théâtre sur papier“) est un genre narratif japonais, sorte de théâtre ambulant où des artistes racontent des histoires en faisant défiler des illustrations devant les spectateurs.

© Les Enfants de Tchernobyl

Les Enfants de Tchernobyl

Depuis 27 ans, en relation avec des équipes scientifiques et médicales, l’association “Les Enfants de Tchernobyl“ apporte un soutien aux populations locales.

Ce sont 300 projets en France, Ukraine, Biélorussie et Fédération de Russie qui ont été réalisés par les 500 membres de l’association. Chaque été, l’association accueille chez des bénévoles des enfants ukrainiens et russes et apporte les preuves de l’intérêt de ces séjours par le biais de mesures des charges corporelles en césium 137 des enfants accueillis avant puis après leur séjour. Ces analyses scientifiques sont réalisées par les instituts indépendants BELRAD à Minsk (Biélorussie) et au Centre Écologie et Santé d’Ivankiv (Ukraine).

L’association lance un appel aux familles bénévoles des départements 25, 67, 68, 70, 88 et 90 pour l’accueil en juillet et août 2020 de 160 enfants pour trois semaines environ. N’hésitez pas à les contacter pour les aider !

Quelles difficultés rencontrez-vous ?

“Nous rencontrons quatre difficultés majeures : trouver des ressources financières, les mensonges des autorités politiques et scientifiques sur les conséquences sanitaires de Tchernobyl, la corruption endémique des anciennes républiques d’URSS concernées et la situation politique, géopolitique et sociale de ces pays qui n’autorisent que peu, voire pas, l’intervention d’étrangers sur ce dossier très sensible.“

Les Enfants de Tchernobyl Belarus

Fondée en 2001, l’association a pour mission de financer les activités de l’Institut BELRAD de Minsk, de venir en aide aux populations contaminées par l’accident de Tchernobyl, et d’informer des conséquences réelles de cet accident. BELRAD réalise des mesures de la contamination des aliments et de l’organisme des enfants en zones contaminées, et fournit de la pectine de pomme aux enfants pour accélérer l’élimination des radionucléides ingérés. L’association ETB informe le public par des films, des conférences, des livres et a entamé, après la catastrophe de Fukushima, des partenariats avec des ONG japonaises.

Quelles difficultés rencontrez-vous ?

“Privés de toute subvention, nous avons besoin de fonds pour nous permettre de poursuivre nos activités de prophylaxie et d’archivage des milliers de mesures prises plusieurs fois par an.“

© Les Enfants de Tchernobyl

Yosomono-net

Ce réseau a vu le jour suite aux actions contre le redémarrage de la centrale japonaise d’Ohi en juin 2012. Des ressortissants japonais en Europe décident la création d’un réseau international pour la sortie du nucléaire.

Ce réseau, baptisé Yosomono-net, a pour but d’échanger des informations en temps réel pour planifier et coordonner des initiatives à travers le monde. Il s’agit d’être plus efficace et plus fort pour dénoncer les effets de la catastrophe de Fukushima.

Pourquoi ce nom ?

“Yosomono signifie “étranger, celui qui vient d’ailleurs“. Parce qu’en plus de notre statut de résidents étrangers dans les pays où nous vivons, nous sommes parfois considérés comme des “étrangers“ au Japon. Nous pensons que la catastrophe de Fukushima a eu et aura encore des conséquences très graves. Il est plus que nécessaire d’agir de l’extérieur pour soutenir ceux qui souffrent et luttent sur place. Nous nous associons aux réflexions et aux actions destinées à faire sortir le Japon et le reste du monde, de la domination non démocratique du nucléaire.“

© Les Enfants de Tchernobyl

Nos Voisins Lointains 3.11

L’association a été créée à Lyon en 2013, à la suite de la catastrophe de Fukushima, pour soutenir les familles les plus nécessiteuses. Aujourd’hui l’association concentre ses activités vers la création de relations entre la population française et japonaise, menacées toutes deux par l’omniprésence nucléaire.

En particulier l’association organise des tournées de conférences, en France et en Europe, avec des mères réfugiées du nucléaire. En partageant leurs expériences, l’association s’efforce de sauvegarder le droit fondamental de vivre dans un environnement exempt de radioactivité. Elle organise également des projections de films, de théâtre de papier (kamishibai [1] ), afin de diffuser l’information sur la vie des sinistrés de Fukushima.

Quelles difficultés rencontrez-vous ?

“Nos difficultés récentes proviennent essentiellement de la baisse d’intérêt du public, que ce soit au Japon ou en France. Parallèlement à cela, nous souffrons de problèmes de recrutement d’adhérents et sympathisants autour de ce sujet.“

Les associations

Pour contacter ces associations :

Les enfants de Tchernobyl
14 rue des Dahlias 68740 ROGGENHOUSE
lesenfantsdetchernobyl@gmail.com - Tél. : 06 73 15 15 81
www.lesenfantsdetchernobyl.fr
https://www.facebook.com/lesenfantsdetchernobyl

Enfants de Tchernobyl Belarus
Résidence Les Clairières,
3 Avenue Pierre Poivre D11, 49240 AVRILLÉ
Tél. : 09 67 59 19 03

Yosomono.net
25 rue Gandon, 75013 PARIS

Nos voisins lointains 3.11
Chez Mme VAREYON,
34A rue François Peissel, 69300 CALUIRE
Tél. : 06 62 20 86 55
voisins311@gmail.com
https://nosvoisinslointains311.home.blog/



Thèmes
Luttes et actions Organisations antinucléaires françaises Tchernobyl et Fukushima