Réseau Sortir du nucléaire
Boutique Agenda Faire un donEN

Graves violations des règles de sûreté à l’usine FBFC de Romans-sur-Isère

19 juillet 2013 |




Usine FBFC de Romans-sur-Isère : le Réseau "Sortir du nucléaire" porte plainte pour dénoncer de graves violations des règles de sûreté et une absence criante de culture de sûreté qui met en danger les travailleurs et riverains.



Samedi 20 juillet, la Marche pour la sortie du nucléaire fait halte devant l’usine de combustible FBFC de Romans-sur-Isère (Drôme). À cette occasion, le Réseau "Sortir du nucléaire" révèle une plainte déposée contre Areva pour faire condamner de graves violations des règles de sûreté et dénoncer une absence criante de culture de sûreté.

Dans cette usine qui manipule de l’uranium enrichi pour constituer les barres de combustible nucléaire, des récipients de matière radioactive plus dangereux et plus susceptibles de déclencher une réaction en chaîne ont été allègrement mélangés avec d’autres, alors qu’ils auraient dû faire l’objet d’un étiquetage spécifique et de conditions bien précises d’entreposage et d’identification. Par ailleurs, l’usine a tardé à déclarer le problème, alors qu’elle était censée le faire immédiatement. Le Réseau "Sortir du nucléaire" a donc porté plainte pour dénoncer l’immunité dont jouissent ces pratiques, qui sont des délits.

En savoir plus sur ce recours

Lire notre communiqué de presse

Samedi 20 juillet, la Marche pour la sortie du nucléaire fait halte devant l’usine de combustible FBFC de Romans-sur-Isère (Drôme). À cette occasion, le Réseau "Sortir du nucléaire" révèle une plainte déposée contre Areva pour faire condamner de graves violations des règles de sûreté et dénoncer une absence criante de culture de sûreté.

Dans cette usine qui manipule de l’uranium enrichi pour constituer les barres de combustible nucléaire, des récipients de matière radioactive plus dangereux et plus susceptibles de déclencher une réaction en chaîne ont été allègrement mélangés avec d’autres, alors qu’ils auraient dû faire l’objet d’un étiquetage spécifique et de conditions bien précises d’entreposage et d’identification. Par ailleurs, l’usine a tardé à déclarer le problème, alors qu’elle était censée le faire immédiatement. Le Réseau "Sortir du nucléaire" a donc porté plainte pour dénoncer l’immunité dont jouissent ces pratiques, qui sont des délits.

En savoir plus sur ce recours

Lire notre communiqué de presse