Faire un don

Des accidents nucléaires partout

France : Tricastin : Un équipement mal branché depuis 2 ans

Une erreur commise durant la visite décennale, détectée sur insistance de l’Autorité de sûreté




17 juin 2024


La centrale du Tricastin (Rhône-Alpes) a déclaré avoir détecté le 11 juin 2024 le mauvais branchement d’un équipement sur le réacteur 3. L’erreur date d’un arrêt effectué en 2022. La même erreur a été commise à la centrale de Gravelines (Nord), là aussi détectée 2 ans après. Il aura fallu que l’Autorité de sûreté nucléaire (ASN) insiste pour que les vérifications soient faites au Tricastin.


Crédit photo : André Paris

C’est lors de la visite décennale, ce grand programme de vérifications et de modifications des installations réalisé tous les 10 ans et censé réduire le risque d’accident, que le mauvais branchement a été effectué. L’ébulliomètre, qui permet de mesurer le niveau d’eau dans la cuve du réacteur et la température d’ébullition de l’eau qui refroidit le combustible, n’était pas branché correctement. Or, dès que le réacteur fonctionne, les règles de sûreté imposent que le dispositif soit en état de fonctionner et correctement configuré.

Le même problème a été découvert sur un réacteur de la centrale de Gravelines. Là aussi, l’erreur a été commise durant la visite décennale. Et là encore, elle n’a été détectée que plusieurs années après. C’est dire si les vérifications des équipements ont été faites correctement avant de redémarrer la machine... D’autant que le réacteur a été arrêté et a été redémarré plusieurs fois avant que le mauvais branchement ne soit détecté.

EDF est censé prendre en compte les incidents survenus dans ses sites nucléaires et en tirer un retour d’expérience (un REX). L’idée étant qu’une erreur commise quelque part puisse servir à tous les sites, afin d’éviter qu’elle ne soit renouvelée ailleurs. EDF est censé mutualiser les "expériences" et tirer leçons de ses erreurs. Manifestement, ce n’a pas été le cas. C’est uniquement grâce à l’insistance de l’ASN que la centrale du Tricastin a pris en compte l’erreur commise à Gravelines et a vérifié ses branchements. C’est ce qui a permis de découvrir, le 11 juin 2024, que l’ébulliomètre du réacteur 3 était mal configuré, depuis 2 années.
À Gravelines comme au Tricastin, la qualité des interventions sur les équipements faites lors des arrêts - même ceux censés être approfondis et améliorer la sûreté - tout comme la qualité des contrôles préalables aux redémarrages laisse à désirer. De même que le "retour d’expérience" qu’EDF tire de ses erreurs, en l’occurrence inexistant. On notera d’ailleurs que le communiqué de l’industriel ne mentionne pas le fait que ce soit l’ASN qui l’ait obligé à aller vérifier comment les ébulliomètres des 4 réacteurs nucléaires du Tricastin étaient branchés.

Ce que dit EDF :

Déclaration d’un évènement significatif de sûreté de niveau 1 suite à la détection tardive d’une anomalie de lignage électrique sur un matériel de l’unité de production n°3

Publié le 17/06/2024

Dans une centrale nucléaire, un cadre de règles à respecter prescrit notamment les délais maximums de réparation et les conduites à tenir en cas d’indisponibilité des systèmes requis pour assurer la sûreté des réacteurs.

L’unité de production est équipée d’un ébulliomètre qui mesure certains paramètres du réacteur en situation accidentelle. Cet équipement dispose de deux voies d’alimentation électrique redondante voie A et voie B.

Le 11 juin 2024, sur l’unité de production n°3, des intervenants contrôlent l’alimentation électrique de l’ébulliomètre. Ils détectent une anomalie de branchement électrique. Il apparait que l’armoire électrique est alimentée par l’alimentation de secours, ce qui n’est pas permis par les spécifications techniques d’exploitation lorsque le réacteur est en fonctionnement. L’ébulliomètre est donc considéré indisponible. Le 11 juin 2024, les équipes de site remettent en conformité le matériel, en moins de 24h comme l’exige le délai réglementaire.

Cependant, après analyse de l’évènement, la direction de la centrale considère, à titre conservatoire, que le mauvais branchement électrique de l’ébulliomètre est daté de la dernière intervention qui a eu lieu sur ce matériel lors de la visite décennale de 2022. De ce fait, la conduite à tenir n’a pas été respectée a posteriori. L’évènement n’a eu aucune conséquence réelle sur la sûreté des installations. Cet évènement a été déclaré à l’Autorité de Sûreté nucléaire le 14 juin 2024, au niveau 1 de l’échelle INES qui en compte 7.

https://www.edf.fr/la-centrale-nucleaire-du-tricastin/les-actualites-de-la-centrale-nucleaire-du-tricastin/declaration-dun-evenement-significatif-de-surete-de-niveau-1-suite-a-la-detection-tardive-dune-anomalie-de-lignage-electrique-sur-un-materiel-de-lunite-de-0


Ce que dit l’ASN :

Détection tardive de l’indisponibilité partielle de l’ébulliomètre du réacteur 3

Publié le 24/06/2024

Centrale nucléaire du Tricastin Réacteurs de 900 MWe - EDF

Le 14 juin 2024, EDF a déclaré à l’Autorité de sûreté nucléaire (ASN) un événement significatif pour la sûreté relatif à la détection tardive de l’indisponibilité de l’ébulliomètre d’une voie de sûreté du réacteur 3 de la centrale nucléaire du Tricastin.

L’ébulliomètre est un dispositif électronique utilisé en situation accidentelle : il permet de mesurer à tout moment (dès que le couvercle du réacteur est fermé) le niveau d’eau dans la cuve, ainsi que l’écart entre la température de l’eau dans la cuve et la température d’ébullition à la pression actuelle. Le résultat de ces mesures est un paramètre important pour la conduite du réacteur en situation accidentelle. L’ébulliomètre utilise deux voies de calcul redondantes (voie A et voie B). Les règles générales d’exploitation demandent la disponibilité des deux voies de l’ébulliomètre dès la fermeture effective de la cuve du réacteur.

Le 9 janvier 2024, EDF a déclaré à l’ASN un évènement significatif portant sur l’indisponibilité de la voie B de l’ébulliomètre du réacteur 3 de la centrale de Gravelines, due à une erreur de câblage de l’armoire électrique l’alimentant. Cet événement a été classé au niveau 1 de l’échelle INES. Cette armoire électrique était connectée à l’alimentation électrique de la voie A. Cette configuration a entraîné la perte de redondance électrique, amenant à considérer l’ébulliomètre comme partiellement indisponible.

Le 10 juin 2024, au cours d’une inspection, l’ASN a demandé à l’exploitant de la centrale du Tricastin de prendre en compte le retour d’expérience de l’évènement significatif survenu sur le site de Gravelines, ce qu’il n’avait pas fait spontanément. Les contrôles alors menés sur les quatre réacteurs de la centrale nucléaire du Tricastin ont montré une configuration non conforme pour le réacteur 3.

Dès la découverte du mauvais branchement, l’ébulliomètre a été remis en configuration conforme à l’attendu. Toutefois, cette erreur de branchement a duré plus longtemps que la durée tolérée par les règles générales d’exploitation (RGE) du réacteur.

En raison du non-respect du délai de la remise en configuration de cet équipement prévue par les RGE, liée à sa détection tardive, cet événement a été classé au niveau 1 de l’échelle INES.

https://www.asn.fr/l-asn-controle/actualites-du-controle/installations-nucleaires/avis-d-incident-des-installations-nucleaires/detection-tardive-de-l-indisponibilite-partielle-de-l-ebulliometre-du-reacteur-3


La surveillance des installations nucléaires au quotidien ? C’est grâce à vos dons que nous pouvons la mener !
Pour surveiller au jour le jour les incidents dans les installations nucléaires, les décrypter et dénoncer les risques permanents qui sont trop souvent minimisés - voire cachés par les exploitants, nous mobilisons tout au long de l’année des moyens humains et techniques.
Pour continuer ce travail de lanceur d’alerte et donner, au plus proche de leur survenue, des informations sur les inquiétants dysfonctionnements d’un parc nucléaire vieillissant, nous avons besoin de votre soutien financier !

Faire un don



Installation(s) concernée(s)

Tricastin

Nombre d'événements enregistrés dans notre base de données sur cette installation
141