Réseau Sortir du nucléaire
Boutique Agenda Faire un donEN

Des accidents nucléaires partout

France : Tricastin : Le réacteur 1 arrêté à cause d’un problème de diesel




15 janvier 2019


Le réacteur 1 de la centrale nucléaire du Tricastin a dû être mis à l’arrêt le 14 janvier 2019. La raison : une des sources électrique de secours, obligatoire, ne fonctionne pas. Les réparations vont prendre du temps, et probablement coûter cher : l’exploitant évoque un "échange standard du diesel". En effet, il aura fallu 10 jours pour échanger l’équipement de 32 tonnes par un tout nouveau moteur et redémarrer le réacteur.


Les spécifications techniques, qui déclinent au plan opérationnel les règles générales d’exploitation de l’installation nucléaire, imposent un arrêt du réacteur si un de ses diesel n’est pas totalement fonctionnel plus de 3 jours. En l’occurrence, on ne sait presque rien du problème identifié sur un des diesels de Tricastin 1, mais la réparation prendra plus de 3 jours. L’exploitant a donc été contraint de stopper l’exploitation de son installation nucléaire. Quand on sait que déjà, en 2016, EDF faisait elle-même un diagnostic alarmant sur l’état de ses diesels et jugeait leur fiabilité dégradée (voir l’enquête du Journal de l’énergie faite par Martin Leers et Edmond Soularac), il n’y a pas de quoi être très surpris. Par contre, il y a de quoi être inquiet.

Chaque réacteur à eau sous pression est équipé de deux groupes électrogènes de secours à moteur diesel. Ils sont utilisés en cas de perte des alimentations électriques normales du réacteur, comme par exemple lors d’un tremblement de terre ou d’une inondation. Si certains systèmes venaient à ne plus être alimentés en électricité l’accident majeur serait alors inévitable. Rappelons que le site du Tricastin est sur une zone sismique (voir notre rubrique "Et si la terre tremble ?") mais aussi sur une zone inondable. En cas de rupture du barrage de Vouglans situé en amont (reportage Barrage, le scénario catastrophe diffusé par Envoyé Spécial le 13 septembre 2018). Mais aussi en raison des défauts de la digue qui sépare le site nucléaire du canal de Donzère-Mondragon et qui ne résisterait pas en cas de séisme. Les 4 réacteurs ont d’ailleurs été mis à l’arrêt à l’automne 2017 par décision de l’Autorité de sûreté nucléaire tant que le renforcement de la digue ne serait pas effectué. Les dysfonctionnement de l’exploitant dans la gestion du risque étaient tels que le Réseau "Sortir du nucléaire" et plusieurs autres association ont porté plainte contre EDF et son directeur de la direction du parc nucléaire le 30 novembre 2018 pour, entre autres, les délits de risque causés à autrui et de retard de déclaration d’incident.

Diesel hors-service, violations des règles lors de manœuvres d’exploitation courantes détectées 5 mois plus tard, réglages déclarés conformes alors qu’ils ne le sont pas... Le manque de rigueur d’EDF ne va pas sans conséquences pour la sûreté et pour les travailleurs. Le réacteur 1 de la centrale nucléaire du Tricastin sera le premier à passer son 4ème réexamen périodique en vu d’une prolongation de son exploitation au delà de 40 ans. Mais au vu des derniers évènements déclarés en à peine un mois et de qualité de la gestion par EDF de son installation, ces grands travaux et chantiers à venir censés améliorer la sûreté ne sont pas forcément rassurants.

Ce que dit EDF :

  • Mise à l’arrêt de l’unité de production numéro 1

Publié le 15/01/19

L’unité de production numéro 1 a été mise à l’arrêt lundi 14 janvier au soir à la suite du dysfonctionnement d’un diesel de secours, constaté lors des essais périodiques réalisés afin de vérifier le bon fonctionnement de ce matériel. Le deuxième diesel de l’unité est toujours opérationnel.

L’analyse immédiatement effectuée par les équipes de la centrale a montré que la réparation nécessitait davantage de temps que les trois jours autorisés par les spécifications techniques d’exploitation. Conformément aux règles d’exploitation, l’unité de production doit, dans ce cas, être arrêtée. Cet arrêt permettra d’effectuer l’échange standard du diesel.

La mise à l’arrêt nécessite de mettre en œuvre des systèmes spécifiques pour refroidir l’installation qui entraîne un dégagement de vapeur d’eau, visible de l’extérieur. Cette émission de vapeur d’eau n’a aucune conséquence sur la sécurité et la santé des personnes ni sur l’environnement.

Les unités de production n°2 et 4 sont en fonctionnement et sont connectées au réseau électrique national. L’unité de production n° 3 a été reconnectée ce week-end après la fin de son arrêt pour maintenance annuelle et atteindra bientôt 100 % de sa puissance.

https://www.edf.fr/groupe-edf/nos-energies/carte-de-nos-implantations-industrielles-en-france/centrale-nucleaire-du-tricastin/actualites/mise-a-l-arret-de-l-unite-de-production-numero-1

  • Préchauffage du nouveau diesel

Le 24/01/2019

Lundi 14 janvier au soir, l’unité n°1 a été mise à l’arrêt à la suite du dysfonctionnement de son diesel de secours. Son échange est en cours.

Transporté de nuit, 4 vérins ont levé à 6 mètres de hauteur le nouveau moteur de 32 tonnes. Celui-ci est posé sur un plateau tournant pour être mis en place à la place de l’ancien.

https://www.edf.fr/groupe-edf/nos-energies/carte-de-nos-implantations-industrielles-en-france/centrale-nucleaire-du-tricastin/actualites/prechauffage-du-nouveau-diesel

  • Les 4 unités alimentent le réseau

Le 24/01/2019

Les travaux pour échanger le diesel de l’unité de production n°1 sont terminés et l’unité produit à 100 % de sa puissance depuis 13 heures.

9 jours 1/2 seulement auront été nécessaires aux équipes de la centrale appuyées par celles de Dalkia pour mener à bien cette opération. De l’arrêt au redémarrage du réacteur en passant par les opérations de démontage et de remontage et la requalification de ce matériel de 32 tonnes, les équipes ont fait preuve d’un bel esprit collaboratif, de réactivité et de capacité d’aptation pour un chantier peu courant.

https://www.edf.fr/groupe-edf/nos-energies/carte-de-nos-implantations-industrielles-en-france/centrale-nucleaire-du-tricastin/actualites/les-4-unites-du-tricastin-alimentent-le-reseau


La surveillance des installations nucléaires au quotidien ? C’est grâce à vos dons que nous pouvons la mener !
Pour surveiller au jour le jour les incidents dans les installations nucléaires, les décrypter et dénoncer les risques permanents qui sont trop souvent minimisés - voire cachés par les exploitants, nous mobilisons tout au long de l’année des moyens humains et techniques.
Pour continuer ce travail de lanceur d’alerte et donner, au plus proche de leur survenue, des informations sur les inquiétants dysfonctionnements d’un parc nucléaire vieillissant, nous avons besoin de votre soutien financier !

Faire un don



Installation(s)

Tricastin

Nombre d'événements enregistrés dans notre base de données sur cette installation
86