Réseau Sortir du nucléaire
Boutique Agenda Faire un donEN

Des accidents nucléaires partout

France : Penly : Un équipement obligatoire hors service

Des câbles inversés.... depuis quand ?




5 juillet 2021


C’est à l’occasion d’un test fin juin 2021 qu’EDF s’en est aperçu. Une des sources électriques de secours du réacteur 1 de la centrale nucléaire de Penly (Normandie), un groupe électrogène à moteur diesel censé démarrer et fournir de l’électricité au réacteur en cas de coupure de courant, était hors service. Il ne pouvait pas fonctionner car des câbles ont été inversés. Quand ? Comment ? Pourquoi EDF ne s’en est pas rendu compte avant ? On ne sait pas. Pourtant les 2 diesels qui équipent chaque réacteur nucléaire doivent obligatoirement être en état de marche et prêts à prendre le relai immédiatement en cas de besoin lorsqu’il fonctionne.


Et ce n’est pas pour rien si tant de précautions sont prises concernant l’alimentation électrique des réacteurs nucléaires. Ces installations ne doivent jamais être privées d’électricité, car le combustible nucléaire, qu’il soit dans la cuve (en cours d’utilisation) ou dans les piscines (après utilisation), a toujours besoin d’être refroidi. Les systèmes de surveillance et les circuits de secours ont eux aussi besoin d’électricité pour fonctionner. D’où la multiplicité des sources électriques de secours pour chacun des 56 réacteurs nucléaires en fonctionnement en France.

Une multiplicité d’équipements pour une même fonction qui n’est pas de trop, puisqu’il n’est pas rare qu’une de ces sources électrique ne soit pas en état de fonctionner [1] . Manque d’entretien, ou, comme c’est le cas à Penly, à cause d’une erreur lors d’une maintenance. Au lieu de remettre le matériel en état, l’intervention a mis hors service l’équipement. Et cette erreur n’a pas été détectée par EDF.
C’est à l’occasion d’un essai que le problème sur un des diesels du réacteur 1 de Penly a été détecté. Un essai pour voir si le diesel fonctionnerai bien, même en cas de grosse chaleur. Un peu tard le 27 juin pour vérifier que l’équipement supporte les grosses chaleur peut-on se dire... Ne serait-il pas plus sérieux de faire ces tests avant l’été, afin de pouvoir anticiper et d’avoir le temps de réparer si besoin ?
Quoiqu’il en soit, le groupe électrogène n’a pas démarré. Et pas à cause de la chaleur. Mais parce que deux fils étaient inversés dans la machine. Depuis quand ? EDF ne le dit pas. L’Autorité de sûreté nucléaire précisera que c’est lors de la mise en place de l’instrumentation provisoire pour réaliser l’essai "grand chaud" que l’erreur a été faite, sans dire quand cette opération a eu lieu.
Pourquoi cette erreur de configuration n’a pas été détectée lors du contrôle technique post intervention ? Là non plus, aucune explication. L’exploitant nucléaire a lui-même mis hors service son diesel, et il a laissé fonctionner son réacteur plusieurs jours avec un équipement de secours en moins - non des moindres - et ne le savait même pas. Une preuve du manque de contrôle, de surveillance et des difficultés qu’a EDF à entretenir comme il se doit ses installations nucléaires afin de limiter les risques qu’elles génèrent. L’incident a d’ailleurs été déclaré significatif pour la sûreté.

Ce que dit EDF :

Indisponibilité d’une des alimentations électriques de secours de l’unité de production n°1

Evénement sûreté

Publié le 05/07/2021

L’essai « grand chaud » vise à s’assurer du bon fonctionnement des diesels d’alimentation de secours*, même en cas de canicule extrême. A cette fin, les équipes du service Automatisme rehaussent temporairement les seuils de température de sécurité qui, une fois atteints déclenchent l’arrêt des moteurs diesels. Ainsi, les circuits de refroidissement des moteurs peuvent être soumis provisoirement à de fortes températures.

Le 27 juin 2021, afin de procéder à l’essai grand chaud d’un des deux moteurs diesels de secours de l’unité de production n°1, le service Automatisme de la centrale nucléaire de Penly implémente les seuils de température rehaussés, grâce à l’installation provisoire d’instrumentations d’essai. Or, contrairement à l’attendu, à 11h30, le diesel ne démarre pas.

Les équipes décident alors de stopper l’essai et de remettre en conformité l’installation ; le diesel démarre à nouveau. A 15h30, l’installation est conforme. L’analyse identifie une inversion de câblages à l’intérieur même des boitiers d’instrumentation.

L’essai grand chaud de ce moteur diesel sera reprogrammé dans les jours à venir.

Bien que trois autres sources électriques de secours soient restées disponibles lors de l’essai (le second diesel, la turbine à combustion et le diesel d’ultime secours), l’indisponibilité du diesel, lorsque le réacteur est en production, constitue un non-respect des spécifications techniques d’exploitation. La direction de la centrale nucléaire de Penly a déclaré, à l’autorité de sûreté nucléaire, un événement significatif sûreté au niveau 1 de l’échelle INES qui en compte 7 le 1er juillet 2021.

*Les diesels de secours sont de puissants groupes électrogènes, qui fournissent en cas de défaillances des autres alimentations, l’électricité nécessaire au fonctionnement des systèmes de sûreté. Ils sont au nombre de deux par réacteur.

https://www.edf.fr/la-centrale-nucleaire-de-penly/les-actualites-de-la-centrale-nucleaire-de-penly/indisponibilite-d-une-des-alimentations-electriques-de-secours-de-l-unite-de-production-ndeg1


Ce que dit l’ASN :

Non-respect des règles générales d’exploitation du réacteur 1 de la centrale nucléaire de Penly

Publié le 08/07/2021

Centrale nucléaire de Penly - Réacteurs de 1300 MWe - EDF

Le 1er juillet 2021, EDF a déclaré à l’ASN un événement significatif relatif au non-respect des règles générales d’exploitation du réacteur 1 de la centrale nucléaire de Penly à la suite de l’indisponibilité des sources d’alimentation électrique de secours et des alimentations électriques externes de ce réacteur.

Par conception, les réacteurs nucléaires de 1300 MWe exploités par EDF comportent deux sources électriques externes (transformateur de soutirage et transformateur auxiliaire), deux sources internes (deux groupes électrogènes de secours à moteur diesel pour chaque réacteur) et une turbine à combustion permettant de pallier l’indisponibilité ou la défaillance d’un groupe électrogène.

Le 27 juin 2021, EDF a programmé un essai de fonctionnement sur l’un des deux groupes électrogènes de secours à moteur diesel du réacteur 1 en condition équivalente à des températures estivales élevées. A cette fin, les seuils de sécurité déclenchant l’arrêt des moteurs en cas de température élevée ont été rehaussés par l’installation d’une instrumentation provisoire. Lors du lancement de l’essai, le groupe électrogène de secours n’a cependant pas démarré et l’exploitant a décidé d’annuler la réalisation de l’essai afin de remettre en conformité l’installation avec l’instrumentation d’origine de l’équipement.

Le 29 juin 2021, une expertise a permis d’identifier une inversion de câblages à l’intérieur des boitiers de l’instrumentation provisoire. Cette erreur a conduit à rendre indisponible le groupe électrogène de secours à moteur diesel, ce qui n’est pas autorisé par les règles générales d’exploitation.

De plus, cette erreur de configuration a également conduit à ne pas respecter une deuxième prescription des règles générales d’exploitation relative à la disponibilité de deux sources électriques externes.

Cet évènement n’a pas eu de conséquence pour les personnes et l’environnement. Néanmoins, dans la mesure où plusieurs dispositions des règles générales d’exploitation n’ont pas été respectées, cet événement a été classé au niveau 1 de l’échelle INES.

L’exploitant a restauré une situation normale de fonctionnement le jour même. L’alimentation par le transformateur de soutirage a été rétablie et le groupe électrogène de secours concerné a été remis en conformité et déclaré fonctionnel. L’analyse de cet évènement devra néanmoins définir des actions correctives visant à éviter le renouvellement de cet écart. L’exploitant doit désormais transmettre à l’ASN le retour d’expérience approfondi de cet évènement.

https://www.asn.fr/Controler/Actualites-du-controle/Avis-d-incident-des-installations-nucleaires/Non-respect-des-regles-generales-d-exploitation-du-reacteur-1-de-Penly


[1Déjà en 2016, une enquête du Journal de l’énergie révélait un état alarmant des diesels de secours. Depuis, de nombreuses déclarations d’incidents en lien avec l’état de ces équipements et leur incapacité à fonctionner ont été faites par EDF. Voir notamment notre rubrique Et si la terre tremble ?


La surveillance des installations nucléaires au quotidien ? C’est grâce à vos dons que nous pouvons la mener !
Pour surveiller au jour le jour les incidents dans les installations nucléaires, les décrypter et dénoncer les risques permanents qui sont trop souvent minimisés - voire cachés par les exploitants, nous mobilisons tout au long de l’année des moyens humains et techniques.
Pour continuer ce travail de lanceur d’alerte et donner, au plus proche de leur survenue, des informations sur les inquiétants dysfonctionnements d’un parc nucléaire vieillissant, nous avons besoin de votre soutien financier !

Faire un don



Installation(s)

Penly

Nombre d'événements enregistrés dans notre base de données sur cette installation
59