Réseau Sortir du nucléaire
Boutique Agenda Faire un donEN

Des accidents nucléaires partout

France : Orano Tricastin : Des fûts de déchets radioactifs retrouvés au mauvais endroit




2 octobre 2020


L’incident parait anodin, mais montre la manière dont Orano assure le suivi des déchets radioactifs produits par ses usines du Tricastin (Drôme). Deux fûts contenant des filtres radioactifs ont été mis au mauvais endroit, parce que leurs fiches de suivi n’étaient pas correctement remplies. Où exactement ont-ils été retrouvés, depuis quand étaient-ils là ? Quels étaient les risques de ces entreposages non conformes ? Orano ne livre aucun élément de compréhension.


Les déchets nucléaires doivent être l’objet d’un entreposage particulier, afin de protéger les travailleurs des radiations émises par ces déchets et de limiter les risques qu’ils représentent pour l’environnement mais aussi pour la sûreté du site. Le contenu des fûts de déchets nucléaires doit être identifié et lisible, afin que ces fûts soient manipulés avec toutes les précautions nécessaires et éviter une contamination des personnes et de l’environnement. Ils doivent être entreposés sur des zones spécifiques, délimitées et identifiées comme telles, et évacués vers des filières adaptées.

Des erreurs dans les fiches de suivi de ces fûts de déchets courants - puisqu’ils résultent du fonctionnement des usines Orano du site - n’ont donc rien d’anodin. Elles sont à la source de toute une cascade de risques. Et sont révélatrices d’un profond manque de culture de sûreté et de radioprotection. Elles démontrent clairement la manière dont Orano traite les déchets dangereux qu’il génère (et ses employés avec). Un manque de sérieux et un laisser-aller qui peut coûter cher, aux travailleurs et à l’environnement. Mais pas à l’industriel, pourtant premier responsable, qui continu d’exploiter les usines du site du Tricastin sans être aucunement inquiété et présente les faits comme anecdotiques, sans conséquences et sans dangers.

Le Dauphiné Libéré aura heureusement communiqué rapidement sur l’incident, en soulignant le caractère radioactif des fûts, information qu’il faut déduire du communiqué d’Orano et qui n’est à aucun moment explicitement mentionnée par l’exploitant nucléaire. Une manière de cacher le danger ?

Ce que dit Orano :

Non-conformité d’entreposage de deux fûts

Le 02/10/2020

Le 30 septembre, lors d’une opération de contrôle de fûts de déchets d’exploitation réalisée sur la station de traitement des déchets historique du site arrêtée pour démantèlement, un opérateur a identifié un écart dans la liste de suivi de deux fûts. Cet écart avait conduit à entreposer ces fûts, en attente de transfert, dans un emplacement non adapté de l’atelier.

Dès la détection de cet écart, les opérations ont été suspendues, des analyses ont été réalisées afin de compléter les caractéristiques de leur contenu et leur entreposage remis en conformité. Ces fûts de déchets contiennent de l’oxyde d’aluminium utilisé dans les systèmes de filtration d’usines.

L’exploitant a proposé à l’Autorité de sûreté de classer cet écart au référentiel d’exploitation, sans conséquence sur le personnel et l’environnement, au niveau 1 de l’échelle internationale des évènements nucléaires (INES) graduée jusqu’à 7.

https://www.orano.group/fr/actus/nos-actualites-locales/actualites-tricastin/2020/octobre/non-conformite-d%E2%80%99entreposage-de-deux-f%C3%BBts


Ce que disent les médias :

Le Dauphiné Libéré, par E.B. :

Pierrelatte Orano : une anomalie dans l’entreposage de fûts

Le 09 oct. 2020

Alors qu’Orano (ex-Areva) est en train de “faire le ménage” dans les différentes unités du site du Tricastin fermées et qui seront démantelées dans le futur à Pierrelatte, une anomalie a été constatée dans l’entreposage des fûts. Deux fûts contenant de l’oxyde d’aluminium ont été retrouvés dans un emplacement non adapté de l’ancienne usine de traitement des déchets solides du site.

L’erreur a été identifiée le 30 septembre. « Des analyses ont été réalisées » et « l’entreposage a été remis en conformité », précisait Orano le 2 octobre.

L’oxyde d’aluminium contenu dans les fûts servait à filtrer l’air des anciennes usines d’enrichissement d’uranium du Commissariat à l’énergie atomique (CEA) du site. Son rôle était d’arrêter les particules radioactives. Les fûts sont donc marqués en uranium.

Ils ont été entreposés temporairement dans un emplacement adapté, en attendant d’être, à terme, comme l’ensemble des déchets radioactifs, acheminés vers le centre de l’Agence nationale pour la gestion des déchets radioactifs (Andra), dans l’est de la France.

Anomalie de niveau 1

Orano a demandé à l’autorité de sûreté nucléaire (ASN) de classer cet « écart » comme anomalie de niveau 1 sur l’échelle des événements nucléaires. Il assure que cette anomalie est sans conséquence sur le personnel et l’environnement extérieur au site.

En 2019, trois anomalies de niveau 1 ont été recensées sur les sites du Tricastin exploités par Orano. La plupart du temps, le groupe déclare des anomalies de niveau 0 (sans importance du point de vue de la sûreté). L’ASN doit émettre un avis le sujet dans les jours à venir.

https://www.ledauphine.com/environnement/2020/10/08/orano-une-anomalie-dans-l-entreposage-de-futs


La surveillance des installations nucléaires au quotidien ? C’est grâce à vos dons que nous pouvons la mener !
Pour surveiller au jour le jour les incidents dans les installations nucléaires, les décrypter et dénoncer les risques permanents qui sont trop souvent minimisés - voire cachés par les exploitants, nous mobilisons tout au long de l’année des moyens humains et techniques.
Pour continuer ce travail de lanceur d’alerte et donner, au plus proche de leur survenue, des informations sur les inquiétants dysfonctionnements d’un parc nucléaire vieillissant, nous avons besoin de votre soutien financier !

Faire un don



Installation(s)

Orano

Nombre d'événements enregistrés dans notre base de données sur cette installation
2


Tricastin

Nombre d'événements enregistrés dans notre base de données sur cette installation
102