Faire un don

Des accidents nucléaires partout

France : Nogent : Erreur de paramétrage, contrôle inefficace et lenteur d’analyse

La surveillance de la puissance d’un réacteur mise à mal par les incompétences d’EDF




28 mai 2024


Les faits remontent à presque 2 ans. Il aura fallu tout ce temps à EDF pour saisir la profondeur de ses erreurs. À l’été 2022, lors du redémarrage du réacteur 1 de Nogent-sur-Seine (Grand Est), le système qui mesure la puissance de la réaction nucléaire a été mal réglé. Le réacteur est monté en puissance et a fonctionné près de 2 semaines avant que EDF ne s’en rende compte. Les règles qui régissent le fonctionnement de l’installation nucléaire imposent pourtant de remettre en état le système de surveillance de la puissance dans délai maximal de 3 jours. EDF avait alors déclaré un incident à l’Autorité de sûreté nucléaire (ASN), mais après une analyse approfondie, effectuée avec l’aide des services nationaux, la direction de la centrale de Nogent vient de comprendre que le délai de détection du mauvais paramétrage était un facteur aggravant.


Crédit photo : André Paris

L’histoire commence en juillet 2022. Le réacteur 1 de Nogent est alors à l’arrêt pour changer le combustible qui est dans sa cuve, où est produite la réaction nucléaire. La cuve étant vidée, EDF en profite pour remplacer un des 4 capteurs qui sont placés sur sa paroi extérieur. Ces capteurs permettent de mesurer la puissance et la répartition de la réaction nucléaire (pour garder le contrôle de la réaction nucléaire [1], celle-ci doit être aussi homogène que possible, être la même partout dans la cuve). La surveillance de la puissance de la réaction produite dans la cuve du réacteur est obligatoire et doit être faite en continu. En cas de problème avec un des capteurs de ce système de mesure (dit RPN  [2] ), l’exploitant nucléaire doit mettre en place d’autres moyens de surveillance (notamment effectuer des calculs très régulièrement) et remettre le système en état de marche en moins de 3 jours.

Le nouveau capteur est paramétré lors des opérations préalables au redémarrage. Une fois rechargé de combustible, le réacteur redémarre et la puissance de la réaction nucléaire augmente progressivement. C’est une phase particulièrement délicate, car il faut garder le contrôle d’une réaction en chaîne qui est en évolution, ce qui est bien plus complexe que lorsque la réaction est stabilisée. Malgré la sensibilité bien connue de cette étape, les contrôles des équipements censés être effectués lors du redémarrage n’ont pas permis de déceler le mauvais réglage du capteur du système RPN.

Ce n’est que 13 jours plus tard qu’EDF procédera à un réglage correct du capteur. Bien après le délai maximal de 3 jours imposés par les règles de sûreté, établies pour éviter les accidents de fonctionnement [3].
Il est possible que l’exploitant ait mené les contrôles obligatoires pour s’assurer du bon fonctionnement de ces équipements en retard, après le redémarrage. Il est aussi possible que le temps de faire les analyses ait été tel qu’il aura fallu près de 2 semaines à EDF pour découvrir que le capteur remplacé avait été mal réglé. Il est aussi possible que l’intervention de paramétrage ait été mal préparée, et que des consignes de réglages aient été définies alors qu’elles n’étaient pas adaptées au matériel installé. Quoiqu’il en soit, le paramétrage du capteur aurait dû faire l’objet d’un contrôle technique juste après l’intervention, pour s’assurer de sa bonne réalisation. Si ce contrôle a été fait, il n’a pas permis de détecter l’erreur de réglage.

Dans cet incident, EDF démontre son manque de compétences en terme de contrôles et d’interventions de maintenance. Mais brille aussi par sa lenteur d’analyse et ses difficultés de compréhension. Il faudra près de 2 ans - et l’appui des services nationaux - pour que la direction de la centrale de Nogent saisisse que la détection et la remise en état très tardive (13 jours au lieu de 3 maximum) du système de surveillance de la puissance de la réaction nucléaire étaient problèmatiques. Pour les faits survenus entre le 28 juillet et le 9 août 2022, EDF a déclaré un incident significatif pour la sûreté au niveau 1 de l’échelle INES [4] le 6 mai 2024 à l’Autorité de sûreté. Avec un tel niveau d’incompétences et de réactivité, comment faire confiance à l’exploitant nucléaire pour réagir à temps et correctement en cas de problème ?

Ce que dit l’ASN :

Détection tardive de l’indisponibilité partielle d’une fonction de surveillance du cœur du réacteur 1

Publié le 28/05/2024

Centrale nucléaire de Nogent-sur-Seine Réacteurs de 1300 MWe - EDF

Le 6 mai 2024, l’exploitant de la centrale nucléaire de Nogent-sur-Seine a déclaré à l’ASN un évènement significatif pour la sûreté, relatif au non-respect de la conduite à tenir à la suite de l’indisponibilité partielle de la surveillance de la puissance du cœur du réacteur 1.

Sur un réacteur à eau sous pression, la réaction nucléaire cœur est surveillée par plusieurs moyens, dont un système de mesure appelé RPN constitué de quatre capteurs situés autour de la cuve. Ce système permet de connaître en continu le niveau et la distribution de puissance liée au flux neutronique.

Les spécifications techniques d’exploitation du réacteur imposent que l’ensemble des capteurs qui assurent la surveillance de la réaction nucléaire soit disponible.

Le 28 juillet 2022, dans le cadre du redémarrage du réacteur 1 à la suite de son arrêt pour rechargement en combustible, et à la suite du remplacement d’un des quatre capteurs de mesure du flux neutronique du système RPN, l’exploitant a procédé au paramétrage de ce capteur. Quelques jours plus tard, il s’est avéré que les paramètres utilisés étaient erronés au regard du type de ce capteur, ce qui le rendait indisponible. Les spécifications techniques d’exploitation du réacteur imposent, dans une telle situation, de procéder à la réparation sous trois jours des équipements concernés. L’implantation de paramètres adaptés n’ayant été opérée que le 9 août 2022, soit treize jours après l’erreur initiale, ce délai de trois jours n’a pas été respecté.

L’indisponibilité du capteur, et par conséquent le non-respect de la conduite à tenir, n’ont été détectés qu’après une analyse approfondie de la situation réalisée a posteriori.

Cet événement n’a pas eu de conséquence sur les personnes et l’environnement. Toutefois, il a affecté la fonction de sûreté liée à la réactivité du réacteur.

L’évènement avait initialement été classé au niveau 0 de l’échelle INES (échelle internationale des événements nucléaires et radiologiques, graduée de 0 à 7 par ordre croissant de gravité). Toutefois, en raison de sa détection tardive, il a été reclassé au niveau 1 de cette échelle.

https://www.asn.fr/l-asn-controle/actualites-du-controle/installations-nucleaires/avis-d-incident-des-installations-nucleaires/detection-tardive-de-l-indisponibilite-partielle-d-une-fonction-de-surveillance-du-caeur


Ce que dit EDF :

Détection tardive de l’indisponibilité d’un capteur du système de mesure de la puissance neutronique

Publié le 29/05/2024

Le 28 juillet 2022, l’unité de production n°1 est en arrêt programmé pour maintenance. Les équipes de la centrale réalisent le remplacement et le paramétrage de l’un des quatre capteurs du système de mesure de la puissance neutronique (RPN)  [5] . Le 5 août 2022, lors des opérations de démarrage du réacteur, des analyses démontrent que les paramètres implantés dans le capteur n’étaient pas adaptés au matériel installé, ce qui le rendait indisponible. Le 9 août 2022, de nouveaux paramètres sont implantés et les nouvelles mesures réalisées sont déclarées conformes.

La centrale de Nogent a déclaré, le 13 août 2022, un événement significatif sûreté (ESS) de niveau 0 à l’Autorité de sûreté nucléaire en raison de l’erreur de paramétrage.

L’analyse de 2ème niveau réalisée avec l’appui des experts nationaux a conduit à reconsidérer le caractère déclaratif de cet événement au titre de sa détection tardive et de l’indisponibilité du capteur.

En raison du non-respect du délai de réparation requis par les spécifications techniques d’exploitation, et bien qu’il n’y ait pas eu de conséquence sur la sûreté des installations, la centrale de Nogent-sur-Seine a déclaré un événement significatif sûreté de niveau 1 le 6 mai 2024 auprès de l’ASN.

https://www.edf.fr/la-centrale-nucleaire-de-nogent-sur-seine/les-actualites-de-la-centrale-nucleaire-de-nogent/detection-tardive-de-lindisponibilite-dun-capteur-du-systeme-de-mesure-de-la-puissance-neutronique


[1Réaction nucléaire : Processus entraînant la modification de la structure d’un ou de plusieurs noyaux d’atome. La transmutation peut être soit spontanée, c’est-à-dire sans intervention extérieure au noyau, soit provoquée par la collision d’autres noyaux ou de particules libres. La réaction nucléaire de certains atomes s’accompagne d’un dégagement de chaleur. Il y a fission lorsque, sous l’impact d’un neutron isolé, un noyau lourd se divise en deux parties sensiblement égales en libérant des neutrons dans l’espace. Il y a fusion lorsque deux noyaux légers s’unissent pour former un noyau plus lourd.
Réaction en chaîne : Suite de fissions nucléaires au cours desquelles les neutrons libérés provoquent de nouvelles fissions, à leur tour génératrices de neutrons expulsés vers des noyaux cibles, etc.

[2Le système de mesure de la puissance nucléaire (RPN) assure la surveillance permanente de la puissance du réacteur. Cette surveillance, qui consiste à mesurer le flux de neutrons, est assurée par des détecteurs disposés à l’extérieur de la cuve.

[3La sûreté nucléaire est l’ensemble des dispositions techniques et des mesures d’organisation relatives à la conception, à la construction, au fonctionnement, à l’arrêt et au démantèlement des installations nucléaires de base, ainsi qu’au transport des substances radioactives, prises en vue de prévenir les accidents ou d’en limiter les effets. https://www.asn.fr/Lexique/S/Surete-nucleaire

[4INES : International nuclear and radiological event scale (Échelle internationale des événements nucléaires et radiologiques) - Description et niveaux ici - https://www.asn.fr/Lexique/I/INES

[5Le système de mesure de la puissance neutronique (système RPN) permet d’assurer la surveillance permanente de la puissance du réacteur. Cette surveillance, qui consiste à mesurer le flux de neutrons issus de la réaction nucléaire en chaîne, est effectuée par l’intermédiaire de quatre capteurs disposés à l’extérieur de la cuve.


La surveillance des installations nucléaires au quotidien ? C’est grâce à vos dons que nous pouvons la mener !
Pour surveiller au jour le jour les incidents dans les installations nucléaires, les décrypter et dénoncer les risques permanents qui sont trop souvent minimisés - voire cachés par les exploitants, nous mobilisons tout au long de l’année des moyens humains et techniques.
Pour continuer ce travail de lanceur d’alerte et donner, au plus proche de leur survenue, des informations sur les inquiétants dysfonctionnements d’un parc nucléaire vieillissant, nous avons besoin de votre soutien financier !

Faire un don



Installation(s) concernée(s)

Nogent

Nombre d'événements enregistrés dans notre base de données sur cette installation
93